Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Usine métallurgique dite Forges et Ateliers de Wasselonne Kolb & Cie

Dossier IA67006796 réalisé en 1996

Fiche

  • Vue d'ensemble depuis le nord-ouest.
    Vue d'ensemble depuis le nord-ouest.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • forge
    • atelier de fabrication
    • bureau
    • atelier de réparation
    • cheminée d'usine
    • logement patronal
    • garage
    • magasin industriel
    • cour

La mise à jour du dossier intervient dans le cadre d'une opération ponctuelle menée par Frank Schwarz en septembre 2012 en raison d'une réflexion autour de la reconversion du site menée par la Communauté de Communes des Coteaux de la Mossig, dénommée aujourd'hui la Communauté de Communes Mossig et Vignoble, pouvant conduire à la démolition de tout ou partie des bâtiments industriels. La campagne de prises de vues est assurée par Jérôme Raimbault.

La nouvelle synthèse ci-dessous apporte des compléments d’information relatifs à l’historique et à la description de l'usine. Le titre courant du dossier a également été précisé. Une cartographie du site a en outre été réalisée par Abdessalem Rachedi.

Historique

L’origine de l’usine métallurgique Kolb remonte à l’année 1873. Georges Kolb s’établit alors comme charron dans le bourg de Wasselonne et fournit les cerclages de roue pour les voitures à cheval. Son fils lui succède.

Souhaitant transférer ses ateliers à l’extérieur de l’agglomération wasselonnaise, l’entreprise fait l’acquisition, en 1923, d’un terrain en bordure de l’actuelle route nationale 4. Le transfert des activités est autorisé par arrêté préfectoral du 26 mai 1923. Il semble cependant que l’installation définitive sur le site actuel n’intervienne qu’en 1928-1929. L’usine se compose alors, du nord-ouest vers le sud-est, d’une forge à deux travées de sheds (disparue), d’un atelier de fabrication (D, E) prolongé d’un magasin industriel avec, en retour d’équerre, un garage (J) flanqué de bureaux (K). A cette époque, la production concerne des ferrures pour lignes électriques à basse et moyenne tension et des crochets pour les wagons des mines de potasse. A la fin des années 1930, les bureaux (K), originellement couverts d’un toit en terrasse, sont rehaussés et adoptent une toiture à longs pans. En 1940, la forge à deux travées de sheds est remplacée par une nouvelle construction (A) à deux travées de longs pans accolées qui en double la surface. En 1944, on projette la construction d’un nouvel atelier de galvanisation à l’est de l’emprise. Il semble cependant que cette extension n’ait pas été réalisée.

En 1948, la société Forges et Ateliers de Wasselonne Kolb & Cie fait édifier un garage (I) et une maison d’habitation (H) au sud-est de l’emprise. Les plans en sont dressés par l’architecte Henri Muller, établi à Molsheim. Un atelier de soudure (B) vient également flanquer la forge, à l’ouest. En 1960, les ateliers sont agrandis (F) à l’ouest, en bordure de l’actuelle route nationale 4 et, en 1967, les bureaux (K) sont remaniés. Ces différentes campagnes de travaux sont conduites sous la direction d’Henri Muller. Ce dernier conçoit également une nouvelle extension des ateliers, à l’est du site, qui ne sera jamais réalisée.

L’entreprise connaît son apogée entre 1975 et 1990 où elle compte un effectif de 35 personnes. Dans les années 1990, elle se diversifie pour produire des antennes de téléphonie mobile mais se voit contrainte de cesser son activité en avril 1999. L’effectif est alors de 24 personnes. Faisant l’objet d’une liquidation judiciaire, le site est désormais désaffecté et se cherche un nouvel avenir. Préoccupé par les problèmes de pollution des sols, la Communauté de Communes de la Mossig et du Vignoble étudie un projet de reconversion qui n’a pas encore abouti, au moment de la rédaction de la présente notice, en 2018.

Description

Le site des Forges et Ateliers de Wasselonne Kolb & Cie, d'une superficie d'environ 5000 m², est localisé au sud-est du centre-ville de Wasselonne, en secteur périurbain. Il est bordé, sur sa façade sud-ouest, par la route nationale 4. Il est clos d’un mur maçonné avec portail en fer forgé à l’ouest et d’un grillage à l’est. Pour l'identification des bâtiments, se reporter au plan de situation du site figurant dans les illustrations (IVR42_20186702008NUDA).

L’usine se compose, du nord-ouest vers le sud-est, de la forge (A), flanquée à l’ouest d’un atelier de soudure (B) et au sud-est d’un bureau (C), d’un atelier de réparation (D), prolongé par l’atelier de galvanisation (E) lequel est flanqué d’une extension à l’ouest (F) et dominé à l’est par la cheminée d’usine (G), et enfin, sur un même alignement, d’une maison d’habitation (H), d’un garage (I), d’un magasin industriel (J) et des bureaux (K) qui ouvrent sur la route de Strasbourg.

La forge (A), de plan rectangulaire, se compose de deux vaisseaux accolés couverts de toits à longs pans en ciment amiante avec lanterneaux équipés de dispositifs d’aération à claires-voies. Elle est édifiée en pan de fer et maçonnerie de briques enduites et présente une charpente métallique apparente en treillis. Le sol est recouvert de plaques métalliques. Les élévations sont partiellement ajourées, en partie haute, de baies en bandeaux et les pignons sont percés d’oculi. A l’intérieur, quatre foyers de forge avec hotte métallique sont en place. L’angle nord-est du bâtiment est occupé par un transformateur électrique. L’atelier de soudure (B), qui lui est accolé à l’ouest, est en rez-de-chaussée sous un toit en appentis supporté par une charpente métallique apparente et couvert de tôles ondulées en ciment amiante. Il est bâti en pan de fer et maçonnerie enduite et ajouré de baies rectangulaires avec châssis métalliques. Le bureau (C), qui prolonge la forge au sud-est, se déploie en rez-de-chaussée sous un toit à longs pans avec couverture en ciment amiante. Il est construit en maçonnerie enduite.

L’atelier de réparation (D) est séparé de la forge par un passage couvert d’un auvent en charpente métallique et tôles ondulées en ciment amiante. De plan rectangulaire allongé, il comporte un rez-de-chaussée couvert d’un toit à longs pans avec ciment amiante et vitrage partiel sur le versant nord-est. L’ensemble est supporté par une charpente apparente en bois. Édifié en maçonnerie enduite, il conserve en partie médiane, la trace d’une voie de circulation pour wagonnets. Cet atelier est prolongé, vers le sud-est, par l’atelier de galvanisation (E) en rez-de-chaussée sous un toit à longs pans avec charpente métallique apparente en treillis, lanterneau et couverture en ciment amiante. Construit en maçonnerie enduite et au sol partiellement revêtu de briques, cet atelier conserve ses bacs de trempe en pierre ou en métal et son four de séchage. L’élévation occidentale est ajourée, en partie haute, de baies en bandeau avec châssis métalliques. Le fût tronconique de la cheminée d’usine (G) en briques est engagé dans son élévation orientale. Elle porte, en partie sommitale, la raison sociale de l’entreprise (« KOLB ») sous la forme de grandes lettres blanches découpées dans des plaques de ciment et insérées dans la maçonnerie.

L’extension des ateliers (F), en rez-de-chaussée et en maçonnerie enduite, se compose d’une travée de plan rectangulaire, couverte d’un toit à longs pans partiellement vitré, supporté par une charpente métallique apparente en treillis. Celle-ci est prolongée, au nord-ouest, par quatre courtes travées transversales accolées, coiffées de toits à longs pans brisés. L’ensemble est couvert de tôles ondulées en ciment amiante.

Au sud-est du site, se dresse la maison d’habitation (H) en maçonnerie enduite. Elle comporte un rez-de-chaussée surélevé et un étage en surcroît sous un toit à longs pans avec tuiles en écaille et demi-croupes. Les encadrements rectangulaires des baies, le bandeau d’appui et l’auvent saillant de la porte d’entrée sont en pierre artificielle. Le garage (I) qui la prolonge, se déploie en rez-de-chaussée couvert d’un toit à longs avec ciment amiante en couverture et grande lucarne de chargement en position axiale. Édifié en maçonnerie enduite, il est percé sur cour de quatre grandes portes rectangulaires. Placé dans le prolongement sud-ouest du garage, le magasin industriel (J) en reprend la morphologie et la mise en œuvre.

Les bureaux (K), qui délimitent le site au sud-ouest, comportent un sous-sol, un rez-de-chaussée surélevé et un comble à surcroît sous un toit à longs pans en ciment amiante. Ils sont flanqués, au nord-ouest, d’une extension couverte d’un toit en terrasse. Édifiés en maçonnerie enduite, ils sont ajourés de baies rectangulaires avec appuis saillants en ciment.

Appellations Forges et Ateliers de Wasselonne Kolb & Ci
Parties constituantes non étudiées forge, atelier de fabrication, bureau, atelier de réparation, cheminée d'usine, logement patronal, garage, magasin industriel, cour
Dénominations usine métallurgique
Aire d'étude et canton Wasselonne - Wasselonne
Adresse Commune : Wasselonne
Lieu-dit : Kronthal
Adresse : 9 route de Strasbourg , 2 rue des Rochers
Cadastre : 1990 5 11

Les forges et ateliers de Wasselonne Kolb et Cie datent du début du 20e siècle mais des bâtiments ont été construits durant la 2e moitié du 20e siècle. Toujours en activité.

Période(s) Principale : 1ère moitié 20e siècle
Secondaire : 3e quart 20e siècle
Dates 1940, daté par source
1948, daté par source
1960, daté par source
1967, daté par source
Auteur(s) Auteur : Muller Henri,
Henri Muller

Architecte établi à Molsheim (Bas-Rhin) actif après le Deuxième Guerre mondiale.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Murs fer pan de fer
brique maçonnerie enduit
Toit ciment amiante en couverture, verre en couverture, tuile en écaille
Plans plan rectangulaire régulier
Étages 2 vaisseaux, sous-sol, en rez-de-chaussée, rez-de-chaussée surélevé, étage en surcroît, comble à surcroît
Couvertures terrasse
toit à longs pans lanterneau
demi-croupe
appentis
toit à longs pans brisés
États conservations établissement industriel désaffecté, menacé
Statut de la propriété propriété d'une société privée
(c) Région Grand Est – Inventaire général - Poinsot Gilbert - Haegel Olivier
Olivier Haegel

Chercheur à l'Inventaire Général du patrimoine culturel; site de Strasbourg, depuis de longues années.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Schwarz Frank
Frank Schwarz

Chercheur spécialisé en patrimoine industriel au Service de l'Inventaire de la Région Grand Est (site de Strasbourg).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Raimbault Jérôme
Jérôme Raimbault

Chercheur au Service de l'Inventaire Général du Patrimoine Culturel de la Région Grand Est.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.