Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Abbaye de Bénédictines : Sainte-Odile, Saint-Pierre, Saint-Jean-Baptiste

Dossier IA00075612 réalisé en 1986

Fiche

Œuvres contenues

Genre de bénédictines, de chanoinesses régulières de saint Augustin, de prémontrés
Vocables Sainte-Odile, Saint-Pierre, Saint-Jean-Baptiste
Parties constituantes non étudiées jardin potager, terrasse en terre-plein, cour, église, chapelle, bâtiment conventuel, puits, restaurant, bibliothèque, musée, remise, cimetière, monument sépulcral, hôtellerie
Dénominations abbaye
Aire d'étude et canton Rosheim
Adresse Commune : Ottrott
Lieu-dit : Mont Sainte-Odile
Cadastre : 1832 D2 303 A 309 ; 1980 17 1

Un établissement religieux aurait été fondé par le duc d'Alsace Etichon (Adalrich) dès la 2e moitié du 7e siècle ; au 8e siècle, 3 bâtiments sont construits, peut-être à l'instigation de sainte Odile, première abbesse, morte vers 720 : l'église, la chapelle Saint-Jean-Baptiste et la chapelle Saint-Pierre, adoption de la règle de Saint-Benoît ; vers 1050, le pape Léon IX aurait consacré une nouvelle église dédiée à sainte Odile ; la travée flanquant le choeur du côté nord pourrait dater de cette époque ; à la limite 11e siècle 12e siècle, on reconstruit la chapelle Saint-Jean-Baptiste, plafonnée, un cloître devait y être accolé à l'ouest ; à la suite d'incendie, intense période de construction durant la 2e moitié du 12e siècle sous l'impulsion des abbesses Relinde qui introduisit la règle de Saint-Augustin et Herade, de cette époque datent : la base des murs de l'église, la chapelle de la croix, le voûtement de la chapelle Saint-Jean-Baptiste, la chapelle des larmes, la chapelle des anges ; vraisemblablement au 14e siècle, voûtement du choeur de la chapelle Saint-Jean-Baptiste ; les fenêtres de l'église pourraient dater de travaux suite à un incendie au 15e siècle ; abandon de l'abbaye au 16e siècle, renouveau au 17e siècle dû à la présence des chanoines de prémontrés, la chapelle Saint-Pierre n'a pas été reconstruite ; chapelle des anges restaurée en 1617 : date inscrite ; incendie 1681 ; reconstruction aile est des bâtiments conventuels datée 1683, de l'église entre 1687 et 1696 (date inscrite 1692) ; les ailes nord et ouest des bâtiments conventuels datent du début du 18e siècle, de même que la nouvelle sacristie et la façade ouest de l'église (datée 1719 par travaux historiques) ; entre 1734 et 1738 construction du bâtiment d'entrée (hôtellerie) ; bâtiments inoccupés de 1791 à 1853 (date 1854 inscrite dans l'église) ; le grand bâtiment dans la cour d'entrée a été construit entre 1904 et 1908, date inscrite : 1906 ; étage du clocher avec tourelle d'escalier datés 1924 ; de 1930 à 1937 grand projet d'ensemble visant à la rénovation complète, notamment pour l'accueil des pèlerins, par l'architecte Robert Danis.

Période(s) Principale : 8e siècle
Principale : 12e siècle
Principale : 17e siècle
Principale : 1ère moitié 18e siècle
Principale : 1ère moitié 20e siècle
Secondaire : 11e siècle
Secondaire : 14e siècle
Secondaire : 15e siècle
Dates 1617, porte la date ; daté par travaux historiques ; daté par source
1650
1681
1683
1687
1690
1692
1854
1906
1924
1934
Auteur(s) Auteur : Danis Robert, architecte, attribution par source

La pierre de taille en moyen appareil ne concerne que quelques murs : mur ouest et base du mur nord de l'église, mur est de la chapelle de la croix, murs ouest et nord de la chapelle des larmes, murs de la chapelle des anges ; tous les autres murs sont faits de moellons de grès avec chaînes en pierre de taille ; la nef de l'église comporte 3 vaisseaux, les 2 églises dites chapelles (des anges et des larmes) , 1 seul vaisseau ; les divers bâtiments : hôtellerie, restaurant, bâtiments conventuels comportent un ou deux étages de comble au dessus d'un étage carré ; la chapelle de la croix possède un étage carré qui abritait musée et bibliothèque au début du 20e siècle ; la grande majorité des bâtiments sont voûtés d'arêtes ; la voûte en berceau est présente en quelques endroits : passage de l'hôtellerie, chapelle du 11e siècle flanquant le choeur, une partie du rez-de-chaussée et de l'étage de l'aile est, une partie de la chapelle des larmes, l'autre partie étant couverte d'une coupole en pendentifs, la chapelles des anges ; les étages sont desservis par des escaliers dans-oeuvre, de type droit (menant à l'étage de la chapelle de la croix) ou tournant à retours avec jour, la tourelle d'escalier adossée au clocher abrite un escalier en vis.

Murs grès
enduit
pierre de taille
moyen appareil
moellon
Toit ardoise
Étages 1 vaisseau, 3 vaisseaux, sous-sol, 1 étage carré, étage de comble, 2 étages de comble
Couvrements voûte en berceau
voûte d'arêtes
coupole en pendentifs
Élévations extérieures élévation à travées, élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans
toit à longs pans brisés
toit en pavillon
dôme circulaire
pignon couvert
pignon découvert
croupe
croupe brisée
noue
Escaliers
escalier droit
escalier tournant à retours avec jour

escalier en vis sans jour
en maçonnerie
Typologies cour fermée, tourelle d'escalier
Techniques sculpture
peinture
sculpture
mosaïque
vitrail
Représentations sainte Odile armoiries scène chrétienne
Précision représentations

sujet statue de sainte Odile, support : tourelle d'escalier du clocher ; sujet : armoiries d'évêque, support : façade nord bâtiments conventuels, datée 1934 ; sujet : scènes peintes de l'hortus deliciarum ; support : murs

Statut de la propriété propriété privée
Protections classé MH partiellement, 1840
classé MH partiellement, 1930
(c) Inventaire général - Poinsot Gilbert