Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Brasserie et auberge Seiller, puis restaurant et hôtel de voyageurs Seiller-Weiher, puis restaurant Auberge du Hugstein

Dossier IA68009507 réalisé en 2014

La rédaction de ce dossier intervient dans le cadre d'une enquête thématique, menée en 2014 par Jérôme Raimbault et Frank Schwarz, visant à interroger la transformation du paysage des vallées vosgiennes du Haut-Rhin sous l’effet de l’industrialisation. La synthèse ci-dessous, qui précise l'historique de l'usine et sa description, donne ainsi lieu à une organisation spécifique des informations permettant de mettre en exergue divers aspects de la problématique retenue.

La campagne de prises de vues professionnelles est assurée par Christophe Hamm, complétée des vues prises au cours de l'enquête par Jérôme Raimbault.

Historique

Implantation originelle

La brasserie Xavier Seiller est établie hors les murs de la ville de Guebwiller, en amont de la cité, à la limite des bans communaux de Guebwiller et de Buhl. Implanté sur la rive droite du ruisseau Murbachlein, l’établissement est bâti sur des prés de fauche et de pâture dénommés Felsenmatten. En aval, au sud-est du site, se dressent la filature Bourcart édifiée en 1852 (étudiée, IA68009508) à proximité du moulin Gilg et de l’autre côté du chemin vicinal reliant Lautenbach à Guebwiller, la résidence de Charles Bourcart agrémentée d’un vaste parc et connue sous le nom du domaine du Bois Fleuri (étudiée, IA68009523). La brasserie est desservie par le chemin vicinal reliant Lautenbach à Guebwiller qui la borde, au sud-ouest.

Développement du site

La date de création de la brasserie Xavier Seiller n’est pas établie avec précision. En 1866, Xavier Seiller est cité parmi les quatre brasseurs exploitant un établissement à Guebwiller sans que l’on sache s’il est déjà établi sur le site actuel. La brasserie est attestée à cet emplacement en 1884. Elle se compose alors de deux corps de bâtiment accolés à un étage carré, couverts de toits à longs pans et flanqués à l’est d’une construction en rez-de-chaussée. Deux étangs, destinés à produire de la glace en hiver, ont été aménagés en pratiquant une dérivation sur le cours du ruisseau Murbachlein. Une petite auberge, établie au bord de l’étang principal, complète l’ensemble. La bière est produite et débitée sur place. Le site, agrémenté d’un jardin avec gloriette, devient un lieu de villégiature pour la population qui se livre à des parties de canotage sur l’étang. Vers 1904, l’auberge est augmentée d’un étage et l’année suivante, la brasserie est dotée d’une touraille destinée à faire sécher le malt. Celle-ci prend la forme d’une construction de grande hauteur et de plan carré qui vient flanquer une partie de l’élévation orientale de l’usine.

L’activité de brassage, encore attestée en 1914, a probablement pris fin après la Première Guerre mondiale remplacée par une activité de restauration. Au début des années 1920, l'entreprise de constructions locale Adolphe Sautier est chargée de travaux de transformation d'une partie des locaux en salle de restaurant. L’établissement est alors exploité sous la raison sociale « Restaurant Seiller-Weiher ». En 1930, on procède à la construction d’un nouveau corps de bâtiment à un étage carré dans le prolongement nord de la touraille. Les plans en sont livrés par l'architecte colmarien André Guettier. A la fin des années 1950, le site est cédé par la famille Seiller. Il prend alors le nom d’auberge du Hugstein. Dans le dernier quart du 20e siècle, un hôtel est édifié au nord de l’emprise foncière, là où était aménagé le plus petit des deux étangs. Au moment de l'enquête, le site abrite toujours un établissement de restauration.

Description

Le site de l’ancienne brasserie Seiller se compose des bâtiments de production au sud et des bâtiments dédiés à la restauration et à l’hôtellerie au nord et à l’est. Les deux corps de bâtiment originels de la brasserie sont toujours présents. Ils prennent la forme de deux constructions accolées à un étage carré, de plan rectangulaire, édifiées en maçonnerie enduite et pan-de-bois pour l’étage et couvertes d’un toit à longs pans et tuiles mécaniques. Leurs pignons ouest sont essentés de planches à couvre-joints. La touraille, dans l’angle sud-est de la brasserie, comporte un rez-de-chaussée, deux étages carrés élevés en maçonnerie enduite et un dernier niveau exécuté en pan-de-bois et remplissage en briques apparentes. L’édifice a perdu sa couverture originelle en terrasse et se trouve aujourd’hui coiffé d’un toit à deux pans avec tuiles mécaniques.

Les bâtiments dédiés à la restauration et à l’hôtellerie se composent de l’auberge originelle, établie au nord-ouest du site en bordure d’étang, et de l’extension qui vient flanquer l’ensemble au nord-est, réunis en partie arrière par un bâtiment de liaison en rez-de-chaussée couvert d’un toit en appentis et tôle nervurée. L’auberge originelle, comportant un rez-de-chaussée et un étage de comble sous un toit en appentis couvert de tôle nervurée, est construite en pan-de-bois avec remplissage en maçonnerie enduite. L’extension sur l’élévation orientale se compose d’un corps de bâtiment principal à un étage carré et cinq travées d’ouverture prolongé au nord par une construction de plus petit développement. L’ensemble est exécuté en maçonnerie enduite et couvert d’une toiture en terrasse. Les baies rectangulaires sont encadrées de pierre artificielle avec crossettes, fausses clés et appuis saillants.

Le plus grand des deux étangs aménagés au moment de la fondation de la brasserie existe toujours. Le second, plus petit et creusé au nord de l'emprise, a été remblayé pour laisser place à un hôtel de voyageurs. De l’autre côté de la route départementale qui longe la brasserie au sud, une cave de garde voûtée en berceau a été aménagée par creusement de la roche.

Appellations Brasserie et auberge Seiller , hôtel Seiller-Weiher , Auberge du Hugstein
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, étang, cour
Dénominations brasserie, auberge, restaurant, hôtel de voyageurs
Aire d'étude et canton Haut-Rhin - Guebwiller
Hydrographies Murbachlein
Adresse Commune : Guebwiller
Lieu-dit : Felsenmatt
Adresse : 244 rue de la République
Cadastre : 2018 29 25, 176, 194, 214, 215, 262, 263, 265 à 268

La brasserie et deux étangs pour produire de la glace en hiver sont attestés sur place en 1884. Une petite auberge, établie au bord de l’étang principal, complète l’ensemble. Le site devient un lieu de villégiature pour la population locale. Vers 1904, l’auberge est augmentée d’un étage et l’année suivante, la brasserie est dotée d’une touraille destinée à faire sécher le malt.

L’activité de brassage, encore attestée en 1914, a probablement pris fin après la Première Guerre mondiale remplacée par une activité de restauration. En 1930, on procède à la construction d’un nouveau corps de bâtiment à un étage carré dans le prolongement nord de la touraille. Les plans en sont livrés par l'architecte colmarien André Guettier. Au moment de l’enquête d'inventaire, en 2015, le site abrite toujours un établissement de restauration.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle , daté par source
Secondaire : 1ère moitié 20e siècle , daté par source
Dates 1905, daté par source
1930, daté par source
Auteur(s) Auteur : Seiller Xavier,
Xavier Seiller

Brasseur à Guebwiller (Haut-Rhin) dans la seconde moitié du 19e siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
auteur commanditaire, attribution par source
Auteur : Guettier André,
André Guettier

Architecte établi à Colmar (Haut-Rhin) et actif dans la première moitié du 20e siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

Le site de l’ancienne brasserie Seiller se compose des bâtiments de production au sud et des bâtiments dédiés à la restauration et à l’hôtellerie au nord et à l’est. Les deux corps de bâtiment originels de la brasserie se présentent sous la forme de constructions accolées à un étage carré, de plan rectangulaire, édifiées en maçonnerie enduite et pan-de-bois pour l’étage et couvertes d’un toit à longs pans et tuiles mécaniques. La touraille, dans l’angle sud-est de la brasserie, comporte un rez-de-chaussée, deux étages carrés élevés en maçonnerie enduite et un dernier niveau exécuté en pan-de-bois et remplissage en briques apparentes sous un toit à deux pans avec tuiles mécaniques.

L’auberge originelle, comportant un rez-de-chaussée et un étage de comble sous un toit en appentis couvert de tôle nervurée, est construite en pan-de-bois avec remplissage en maçonnerie enduite. L’extension sur l’élévation orientale se compose d’un corps de bâtiment principal à un étage carré prolongé au nord par une construction de plus petit développement. L’ensemble est exécuté en maçonnerie enduite et couvert d’une toiture en terrasse.

Murs maçonnerie enduit
brique pan de bois

Toit tuile mécanique, tôle nervurée
Plans plan rectangulaire régulier
Étages rez-de-chaussée, étage de comble, 2 étages carrés
Couvertures terrasse toit à longs pans
appentis
Statut de la propriété propriété privée
(c) Région Grand-Est - Inventaire général - Schwarz Frank
Frank Schwarz

Chercheur spécialisé en patrimoine industriel au Service de l'Inventaire de la Région Grand Est (site de Strasbourg).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Raimbault Jérôme