Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Cité ouvrière de la Filature de Sélestat S.A.

Dossier IA67080370 réalisé en 2018

Fiche

La rédaction de ce dossier intervient dans le cadre d'une opération ponctuelle menée par Frank Schwarz en novembre 2018, parallèlement à l'étude du site fortement dégradé de l'ancienne Filature de Sélestat. La campagne de prises de vues aériennes est assurée par Christophe Hamm et les prises de vues au sol par Frédéric Harster.

Elle a donné lieu à la rédaction d'une synthèse qui précise l'historique de l'usine et sa description.

Historique

En 1908, Paul Cuny (1872-1925), industriel du textile dans les Vosges, fait construire une nouvelle filature à Sélestat (étudiée, IA67080369). Pour loger une partie des 500 ouvriers qui y sont employés à ses débuts, le manufacturier entreprend immédiatement la construction d’une cité ouvrière sur le terrain qui jouxte l’usine au sud, de l’autre côté de la voie de chemin de fer Sélestat-Sundhouse, inaugurée en 1909 et aujourd’hui déferrée.

Cette première tranche de travaux voit l’édification de 21 immeubles à logements répondant à deux modèles qui se distribuent le long du tracé en coude de l’actuel boulevard Paul-Cuny. L’ensemble comprend également un lavoir collectif aujourd’hui disparu. Durant l’entre-deux-guerres, deux nouveaux immeubles viennent compléter les logements existants (n°9-11 et 13-15 boulevard Paul-Cuny).

En 1946, l’architecte sélestadien Paul Kieffer livre un avant-projet qui prévoit l’urbanisation de l’ensemble du terrain vers le sud, jusqu’à la rue de Dambach (actuelle rue du Champ-de-Mars). Il envisage la construction de 20 nouveaux immeubles à destination de la main-d’œuvre de la filature. Trois seulement seront effectivement réalisés soit deux immeubles identiques, dont les plans sont établis par Paul Kieffer, comportant chacun quatre logements aux n°14 et 16 de la rue du Champ-de-Mars en 1947, puis un troisième au n°18 de la même rue.

Vers la fin des années 1950, un dernier immeuble collectif est bâti dans le prolongement ouest des premières implantations, au n° 58 boulevard Paul-Cuny. Au début des années 1970, deux des constructions originelles, situées au début du boulevard Paul-Cuny, sont démolies pour permettre la construction d’immeubles HLM qui voient le jour sur le terrain qui borde la filature et sa cité ouvrière, à l’est.

Au courant de l’année 1978, la Filature de Sélestat, confrontée à de sérieuses difficultés financières, commence à céder ses logements ouvriers à leurs occupants, sans toutefois éviter la fermeture définitive de l’usine le 21 septembre de la même année. Les logements restants sont alors tous vendus.

Description

La cité ouvrière se compose de 22 immeubles à logements distribués le long du tracé courbe du boulevard Paul-Cuny, complétée de trois immeubles, localisés en partie centrale de la rue du Champ-de-Mars.

De part et d’autre du boulevard Paul-Cuny, se succèdent 19 des 21 premières constructions de la cité, environnées de parcelles de jardins. Elles répondent à deux modèles qui ne diffèrent que par leur taille. Le premier, réunissant huit spécimens, comporte quatre travées d’ouvertures sur rue et deux sur cour. Le second modèle, reproduit onze fois, comporte cinq travées sur rue et trois sur cour. Il est en outre sommé, sur ses deux versants de toiture, d’une petite lucarne axiale à deux pans. Pour le reste, la mise en œuvre est en tous points identique : plan rectangulaire, construction en maçonnerie enduite, présence d’un sous-sol, d’un rez-de-chaussée surélevé, d’un étage carré et d’un comble à surcroît sous un toit à longs pans avec demi-croupes et tuiles mécaniques, baies en arc segmentaire avec encadrements en briques et appuis saillants en grès, portes d’entrée collective rejetées à l’arrière avec linteau métallique (ou en arc segmentaire en briques dans certains cas) et jambages associant briques et granite.

Aux n° 9-11 et 13-15 du boulevard Paul-Cuny, deux immeubles à logements plus tardifs, reprennent le même parti architectural et une mise en œuvre comparable, à l’exception des baies qui, ici, sont rectangulaires avec encadrements en ciment et d’une grande lucarne rampante sur chacun des deux versants de toiture.

Les deux immeubles à quatre logements sis aux n°14 et 16 rue du Champ-de-Mars sont de plan rectangulaire. Édifiés en maçonnerie enduite, ils comportent un sous-sol, un rez-de-chaussée surélevé et un étage carré coiffé d’un toit à longs pans avec croupes, lucarnes rampantes et tuiles mécaniques. Les élévations sur rue sont animées de huit travées d’ouvertures rectangulaires avec encadrements en pierre artificielle et appuis saillants. Ils comptent chacun quatre entrées individuelles et autant de parcelles de jardins.

L’immeuble à logements situé sur la parcelle voisine, au n° 18 rue du Champ-de-Mars, est desservi par une seule entrée collective rejetée sur l’élévation postérieure. De plan rectangulaire et édifié en maçonnerie enduite, il compte un sous-sol, un rez-de-chaussée surélevé et un étage carré coiffé d’un toit à longs pans avec croupes, lucarnes à croupes et tuiles mécaniques. L’élévation sur rue est ponctuée de deux avant-corps en légère saillie, surmontés d’un balcon à garde-corps en fer forgé. L’élévation sur cour, à huit travées d’ouvertures et trois balcons est occupée, en partie centrale, par la porte d’entrée avec encadrement mouluré et fausse clé saillante, surmontée d’une baie toute hauteur qui ajoure la cage d’escalier. Elle est encadrée, comme l’ensemble des ouvertures, en pierre artificielle avec appuis saillants.

Le dernier bâtiment, implanté à l’ouest de l’emprise, au n° 58 boulevard Paul-Cuny, comporte un sous-sol, un rez-de-chaussée surélevé et deux étages carrés sous un toit à longs pans couvert de tuiles mécaniques. De plan rectangulaire, il est édifié en maçonnerie enduite et percé de baies rectangulaires avec appuis saillants en béton.

Appellations cité ouvrière de la Filature de Sélestat S.A.
Parties constituantes non étudiées logement d'ouvriers, jardin
Dénominations cité ouvrière
Aire d'étude et canton Bas-Rhin - Sélestat
Adresse Commune : Sélestat
Adresse : 01 à 58 boulevard Paul-Cuny , 14 à 18 rue du Champ-de-Mars

La construction de la cité est entreprise en 1908 par Paul Cuny, au sud de sa nouvelle filature à Sélestat. Une première tranche de travaux voit l’édification de 21 immeubles à logements et d'un lavoir collectif. Durant l’entre-deux-guerres, deux nouveaux immeubles viennent compléter les logements existants.

En 1947, deux nouveaux immeubles à destination de la main-d’œuvre de la filature sont édifiés le long de la rue du Champ-de-Mars, sur les plans de l’architecte sélestadien Paul Kieffer. Ils sont suivis d'un troisième, sur la parcelle qui les jouxte à l'ouest.

Vers la fin des années 1950, un dernier immeuble collectif est bâti dans le prolongement ouest des premières implantations. La fermeture de la Filature de Sélestat a entraîné la vente de l'ensemble des logements de la cité ouvrière.

Période(s) Principale : 1er quart 20e siècle , daté par source
Secondaire : milieu 20e siècle
Dates 1908, daté par source
1947, daté par source
Auteur(s) Auteur : Kieffer Paul
Auteur : Cuny Paul,
Paul Cuny (1872 - 1925)

Industriel du textile dans les Vosges où il fonde trois usines. Il est actionnaire de la blanchisserie teinturerie thaonnaise, proche d'Armand Lederlin. Il exerce un mandat de député radical. En 1907, il s'implante en Alsace alors sous régime allemand en fondant une filature à Sélestat (Bas-Rhin).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
auteur commanditaire, attribution par source, attribution par travaux historiques

La cité ouvrière se compose de 25 immeubles à logements distribués le long du boulevard Paul-Cuny et de la rue du Champ-de-Mars.

Hormis des différences mineures liées à la forme et aux matériaux employés pour les encadrements de baies ainsi qu'à la présence ou non de lucarnes et de demi-croupes ou croupes, ils répondent tous à une même mise en œuvre : plan rectangulaire, construction en maçonnerie enduite, présence d’un sous-sol, d’un rez-de-chaussée surélevé, d’un étage carré (deux pour le dernier bâtiment construit) et d’un comble à surcroît sous un toit à longs pans et tuiles mécaniques.

Murs maçonnerie enduit
Toit tuile mécanique
Plans plan rectangulaire régulier
Étages sous-sol, rez-de-chaussée surélevé, 2 étages carrés, comble à surcroît
Couvertures toit à longs pans croupe
demi-croupe
États conservations remanié
Statut de la propriété propriété d'une personne privée
(c) Région Grand-Est - Inventaire général - Schwarz Frank
Frank Schwarz

Chercheur spécialisé en patrimoine industriel au Service de l'Inventaire de la Région Grand Est (site de Strasbourg).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.