Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Cité ouvrière

Dossier IA68009569 réalisé en 2018

Fiche

La rédaction de ce dossier intervient dans le cadre d'une enquête thématique, menée en 2018 par Jérôme Raimbault et Frank Schwarz, visant à interroger la transformation du paysage des vallées vosgiennes du Haut-Rhin sous l’effet de l’industrialisation. La présentation de l'historique de la cité ouvrière donne ainsi lieu à une organisation spécifique des informations permettant de mettre en exergue divers aspects de la problématique retenue.

La campagne de prises de vues professionnelles est assurée par Christophe Hamm.

Parties constituantes non étudiées logement d'ouvriers, cour, jardin
Dénominations cité ouvrière
Aire d'étude et canton aire d'étude du département 68 - Rouffach
Adresse Commune : Soultzmatt
Adresse : 02 à 16 rue du Progrès
Cadastre : 2019 9 112 à 119

Implantation originelle

La cité ouvrière est établie à l’extrémité nord-ouest du village de Soultzmatt, dans le bas du versant oriental du Heidenberg qui surplombe la commune. Elle est bâtie sur des parcelles de vignes bordées au sud par la route menant à Wintzfelden et à l’est par la cité ouvrière (étudiée, IA68009568) composée de trois logements collectifs et appartenant à la Société Industrielle de la Schappe de Bâle. Elle est implantée à proximité des deux usines textiles de la commune exploitées l’une par la Société Industrielle de la Schappe de Bâle (disparue), l’autre par la Filature et Tissage de Soultzmatt (étudiée, IA68009572) et dont elle accueille les ouvriers. Sa réalisation nécessite le percement d’une nouvelle voie d’accès, l’actuelle rue du Progrès.

Développement du site

En 1937, Jacques André procède à la reprise de l’usine de la Filature et Tissage de Soultzmatt avec l’aide de la Société Industrielle de la Schappe de Bâle. Dès lors, les deux usines textiles de la commune ont des intérêts liés. En 1954, elles décident la construction d’une cité ouvrière pour loger une partie de leur main d’œuvre. Un plan d’implantation en date du 22 décembre 1954, dressé par l’urbaniste Lemoine, prévoit la réalisation de neuf pavillons identiques selon les plans établis par l'architecte Jean Chomel (1919-2007). Ce sont finalement huit maisons ouvrières qui sont construites, six pour le compte de la Société Industrielle de la Schappe et deux pour celui de la Filature et Tissage de Soultzmatt. Les permis de construire sont délivrés le 27 décembre 1954 et les travaux démarrent le 30 du même mois sous la conduite de l’entreprise E.A.C. Mader de Guebwiller (Haut-Rhin). La Société Industrielle de la Schappe conserve la propriété de ses six maisons ouvrières jusqu’en 1967, date à laquelle elle décide de lotir le terrain afin de pouvoir les vendre individuellement.

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle , daté par source
Dates 1954, daté par source
Auteur(s) Auteur : Chomel Jean, architecte, attribution par source
Auteur : Lemoine, architecte urbaniste, attribution par source

La cité ouvrière se compose de huit pavillons identiques, de plan carré, édifiés sur des parcelles parallèles selon une implantation en dents de scie permettant de rompre la monotonie de l’ensemble et de ménager à chacun une certaine intimité.

D’une mise en œuvre extrêmement sobre, ils sont édifiés en maçonnerie enduite et comportent un sous-sol avec garage, un rez-de-chaussée surélevé et un comble à surcroît sous un toit à longs pans avec tuiles mécaniques. Des consoles maçonnées, qui ferment les extrémités de l’avant-toit dans les angles inférieurs des pignons, les rendent particulièrement identifiables. Le mur-pignon antérieur est percé au rez-de-chaussée de deux baies rectangulaires et d’une seule baie en comble. Le mur-pignon postérieur comporte une baie rectangulaire et trois petites baies en bandeau au rez-de-chaussée et une baie en comble. La porte d’entrée est percée sur le mur-gouttereau nord. Elle est surmontée de trois petites baies en bandeau tandis que le mur-gouttereau sud est ajouré d’une seule baie. Toutes ces ouvertures disposent d’un appui saillant en ciment.

Murs maçonnerie enduit
Toit tuile mécanique
Plans plan carré régulier
Étages sous-sol, rez-de-chaussée surélevé, comble à surcroît
Couvertures toit à longs pans
Statut de la propriété propriété d'une personne privée
(c) Région Grand-Est - Inventaire général - Schwarz Frank
Frank Schwarz

Chercheur spécialisé en patrimoine industriel au Service de l'Inventaire de la Région Grand Est (site de Strasbourg).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Raimbault Jérôme
Jérôme Raimbault

Chercheur au service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Grand Est (site de Strasbourg).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.