Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Eglise paroissiale Notre-Dame

Dossier IA68006176 réalisé en 2000

Fiche

  • Impression
Vocables Notre-Dame
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Altkirch
Adresse Commune : Altkirch
Adresse : place de la République
Cadastre : 1977 01

L'édifice est connu par un tableau du 19e siècle conservé au musée d'Altkirch, un dessin au trait par Schacre (1829) et un dessin de Charles Gutzwiller (2e quart 19e siècle). Les deux derniers ont été publiés par H. Cetty (Geschichte..., 1932) et par J. Perrin (Annuaire de la Société d'histoire sundgauvienne, 1965). Charles Gutzwiller a rédigé un historique de la construction de l'église d'Altkirch (Archives de la ville) où il livre quelques observations faites lors de la démolition, reprises par Cetty et Perrin. L'église Notre-Dame-de-l'Assomption, annexe de l'église du prieuré Saint-Morand, ne devient paroissiale qu'après le concordat de 1801. Elle semble remonter non pas au VIIe siècle comme l'a cru Charles Gutzwiller, mais sans doute au 12e siècle, alors que la ville d'Altkirch commence à se former en agglomération d'importance. Le clocher et l'abside, visibles sur des gravures et peinture du 19e siècle, pourraient dater de cette époque. La nef et le choeur remontent sûrement à 1255, date donnée par une pierre commémorative retrouvée lors de la démolition, selon Henri Cetty (Geschichte der Pfarrei, 1932, p. 5). Les dessins de Schacre et de Gutzwiller corroborent cette date. Une clé de voûte, actuellement scellée dans l'entrée orientale de la nouvelle église, portant les armoiries et le nom de Thoman Hilmayer, daterait, selon Perrin (1965) et Cetty, du milieu du 13e siècle, mais semble bien postérieure, du 15e siècle sans doute : elle marquerait donc une rénovation ou un nouveau voûtement d'une partie de l'église. Le sanctuaire ne semble pas connaître d'importantes modifications architecturales jusqu'au 19e siècle. La large toiture qui occulte les fenêtres hautes de la nef est posée à une date indéterminée, sans doute au 18e siècle. La nef, insuffisante au 18e siècle, selon une visite canonique effectuée en 1783 (Archives de l'Ancien Evêché de Bâle-Porrentruy, A 22/2), est agrandie d'une travée en 1804. Les abords sont réaménagés en 1807. A cette même époque on projette de donner une allure néo-classique à l'église (projet aux Archives de la ville). Mais les bancs de la nef et les deux tribunes restent insuffisants pour la population. L'état de délabrement entraîne la fermeture du lieu de culte en 1843 puis sa démolition en 1844.

Période(s) Principale : Moyen Age

L'église se compose d'une nef à 3 vaisseaux, de style gothique, la nef centrale se prolongeant par le choeur terminé par un chevet semi-circulaire, de petites proportions par rapport au reste de l'édifice, d'un style proche sinon identique à celui du clocher. Le bas-côté sud est prolongé par une abside semi-circulaire, également plus basse que le reste de ce vaisseau. La nef est couverte d'une large toiture à longs pans et à croupe, qui a occulté les fenêtres hautes de la nef (d'après le dessin de Gutzwiller). Le clocher est accolé au choeur, sur son mur-gouttereau nord, décoré de frises d'arcatures aveugles. De grandes baies gothiques ont été pratiquées au niveau du beffroi. Toit en bâtière, avec, sur le pignon est, une baie étroite gothique à deux lancettes. Petit campanile octogonal (?) sur le pan nord du toit. La sacristie se situe en saillie, à la base du clocher, contre le choeur. A l'angle sud-est du choeur, statue de la Vierge, conservée.

Étages 3 vaisseaux
Couvertures toit à longs pans
croupe
Typologies chevet semi-circulaire, campanile
États conservations détruit
(c) Inventaire général - Jordan Benoît - Bardout Michèle