Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Filature de laine peignée et usine de construction mécanique F.-J. Grün, puis Construction de machines ci-devant F.-J. Grün, puis école professionnelle, puis lycée Théodore Deck

Dossier IA68009511 réalisé en 2014

Fiche

La rédaction de ce dossier intervient dans le cadre d'une enquête thématique, menée en 2014 par Jérôme Raimbault et Frank Schwarz, visant à interroger la transformation du paysage des vallées vosgiennes du Haut-Rhin sous l’effet de l’industrialisation.

La synthèse ci-dessous, qui précise l'historique de l'usine, donne ainsi lieu à une organisation spécifique des informations permettant de mettre en exergue divers aspects de la problématique retenue.

La campagne de prises de vues est assurée par Jérôme Raimbault au cours de l'enquête de terrain.

Historique

Implantation originelle

L’usine de construction mécanique Grün est établie au sein de l’enceinte fortifiée de Guebwiller, en partie à l’emplacement des anciennes écuries du château abbatial mitoyen, la Neuenbourg. L’emprise foncière, située dans l’angle sud-ouest de la ville, est occupée à l’est par l’aile occidentale des vastes écuries qui s’appuient au sud sur le rempart médiéval et délimitent une vaste cour centrale. A partir de 1765 est engagée la construction de l’église Notre-Dame sur le terrain qui fait face aux anciennes écuries. Des maisons canoniales sont également érigées à l’ouest. En 1777, Jean-Baptiste-Louis de Rathsamhausen fait ainsi construire sous la direction de l’architecte Gabriel-Ignace Ritter la maison située au chevet du nouvel édifice. L’aile occidentale des anciennes écuries du château, qui est doté de nouvelles installations plus à l’est, semble alors servir de dépendances à Jean-Baptiste-Louis de Rathsamhausen.

Réaffectation d’un site protoindustriel

Suite à leur saisie comme biens nationaux, l’aile occidentale des anciennes écuries ainsi que la maison canoniale de Jean-Baptiste-Louis de Rathsamhausen, sont réinvesties en 1808 par la raffinerie de sucre fondée par le Bâlois Riggenbach. Du fait du blocus continental qui fait du sucre une denrée rare, cette fabrique connaît une période de prospérité allant jusqu'à compter 110 ouvriers en 1814. La canne à sucre d’origine coloniale et la betterave d’origine locale y sont raffinées par ébullition dans des chaudières. Par la suite, l’activité ralentit. En 1823, on y dénombre encore 38 employés mais l’affaire est liquidée quelques années plus tard du fait de la concurrence des producteurs bas-rhinois qui vendent leur produit meilleur marché.

Développement du site

François-Jacques Grün (1788-1876) est engagé comme apprenti dans les Ets Koechlin de Masevaux (Haut-Rhin) puis se lance dans l’industrie en fondant une première filature en 1811. En 1818, il est appelé par Nicolas Schlumberger en qualité d’ingénieur pour créer à Guebwiller un atelier de construction mécanique (étudié, IA68009504). En 1832, il s’établit à son compte sous la raison sociale F.-J. Grün en fondant une petite filature de laine peignée et un atelier de construction mécanique au sein d’un ancien moulin à farine situé à proximité du pont de l’Abattoir et du mur d’enceinte nord. Vers 1835, il abandonne l’activité de filature et se consacre exclusivement à la construction de machines textiles notamment pour la filature de laine et les tâches accessoires qui s’y rapportent. Ses ateliers se révèlent alors trop exigus et il envisage, dès 1836, de transférer l’activité productive au sein des anciens locaux de la raffinerie de sucre Riggenbach et Cie sis rue des Chanoines dont il a fait l’acquisition. Occupant un terrain de près de 40 ares, celle-ci remployait l’aile occidentale des anciennes écuries du château abbatial de la Neuenbourg ainsi que la maison canoniale de Jean-Baptiste-Louis de Rathsamhausen dans laquelle François-Jacques Grün établit son habitation.

L’entreprise se développe, innove et équipe de nombreuses usines textiles entre les années 1850 et 1870, notamment les filatures de laine peignée de la région de Fourmies dans le Nord. En 1853, elle occupe 245 ouvriers. Après son diplôme d’ingénieur des Arts et Manufactures obtenu en 1854, Adolphe Grün est associé à son père dans la conduite de la société. A cette époque, l’usine se compose d’un atelier de fabrication prolongé au sud par une fonderie. Ces deux bâtiments correspondent à l’emprise de l’atelier de fabrication conservé de nos jours. Ils intègrent à leur jonction la salle des machines et la chaufferie. Ils sont par ailleurs flanqués, à leur rencontre, d’une aile en retour d’équerre qui abrite une forge et un hangar d’emballage.

Après la guerre de 1870 et l’annexion de l’Alsace au Reich allemand, Adolphe Grün fonde en son nom propre un établissement de construction mécanique à Lure, en Haute-Saône, afin d’exploiter divers brevets de machines pour des clients français. Le champ d’action de la maison Grün s’étend dès lors, pour la France, aux centres de filature de laine peignée comme Roubaix, Tourcoing, Reims mais aussi à ceux d’autres industries textiles : laine cardée, déchets de laine et coton, schappe, étoupes, etc. dans les régions de Louviers, Elbeuf, Sedan, Mazamet, Lyon, Cours, Thizy et Lille. Son activité s’exerce aussi à l’étranger où elle fournit de nombreuses installations complètes de filature et de peignage en Allemagne, Belgique, Suisse, Italie, Espagne, Angleterre, Russie, Autriche, Japon et États-Unis.

En 1876, au décès de François-Jacques Grün, son fils Adolphe assume la direction des deux usines et engage le renouvellement complet de l’outillage. En 1893, la maison est transformée en société par actions sous la raison sociale Construction de machines ci-devant F.-J. Grün avec siège social à Lure. Elle jouit alors d’une grande renommée. En 1895, Adolphe Grün décède laissant la direction de la nouvelle société à Eugène Delette pour la partie technique et Alphonse Schmirer pour la partie commerciale.

En 1910, les ateliers sont étendus avec la construction, par les Ets Preiswerk de Bâle en Suisse, d’un bâtiment couvert de sheds qui vient flanquer, au sud, l’ancienne maison canoniale de Jean-Baptiste-Louis de Rathsamhausen. En 1912, de nouveaux travaux d’agrandissement sont menés sur les plans des architectes guebwillerois Virgile (1845-1918) et Adolphe (1870-1944) Sautier. Ils consistent en la construction d’une nouvelle fonderie en rez-de-chaussée au sud-ouest des bâtiments existants et en l’élargissement de l’atelier à étage originel qui se voit doter d’un nouveau mur-pignon sur rue percé de quatre grandes baies rectangulaires.

Durant la Première Guerre mondiale, l’usine est mise sous séquestre et une partie du matériel est enlevé par les troupes allemandes. Cependant, dès la fin des hostilités, la production est relancée pour contribuer à la reconstitution des filatures des régions dévastées de France et de Belgique. Un nouvel atelier est aménagé au sein de l’ancienne teinturerie des Ets De Bary-Mérian (étudié, IA68009512) située à l’ouest de l’enceinte usinière. Cependant, l’entreprise est durement affectée par la crise de 1929 qui provoque sa liquidation en 1930.

Durant la Seconde Guerre mondiale, les locaux sont occupés successivement par les troupes françaises et allemandes et sont acquis après 1945 par l’État pour accueillir un Centre d’apprentissage et de formation professionnelle, devenu lycée professionnel en 1962. Pour permettre la construction de nouveaux bâtiments scolaires en cœur de parcelle, les ateliers à sheds qui flanquaient l’ancienne maison canoniale au sud et la fonderie établie dans leur prolongement sont démolis vers 1995.

Sources d’énergie

L’usine de construction mécanique Grün est équipée d’une machine à vapeur, de système Wolf, d’une puissance de six CV produite par les Ets Rissler Frères et Dixon à Cernay. Autorisée par arrêté préfectoral du 9 mai 1838, elle est alimentée par deux chaudières à vapeur. En 1853, François-Jacques Grün sollicite l’autorisation d’installer une seconde machine à vapeur, de système Meyer de Mulhouse, d’une puissance de 12 CV. Elle est autorisée par arrêté préfectoral du 18 mars 1854. Une troisième machine à vapeur d’une puissance de dix CV est autorisée par arrêté préfectoral du 2 août 1863.

Précision dénomination filature de laine peignée
Appellations F.-J. Grün , Construction de machines ci-devant F.-J. Grün , lycée Théodore Deck
Destinations lycée
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, cour
Dénominations filature, usine de construction mécanique, école professionnelle, lycée
Aire d'étude et canton aire d'étude du département 68 - Guebwiller
Adresse Commune : Guebwiller
Adresse : 5 rue des Chanoines
Cadastre : 2018 11 90

Vers 1836, François-Jacques Grün (1788-1876) installe son activité de construction de machines textiles au sein des anciens locaux de la raffinerie de sucre Riggenbach et Cie. En 1854, Adolphe Grün est associé à son père dans la conduite de la société. Après la guerre de 1870, une seconde usine est fondée à Lure, en Haute-Saône. A partir de 1876, Adolphe Grün assume seul la direction des deux usines et engage le renouvellement complet de l’outillage.

En 1910, les ateliers sont étendus avec la construction par les Ets Preiswerk de Bâle en Suisse d’un bâtiment couvert de sheds. En 1912, de nouveaux travaux d’agrandissement sont menés sur les plans des architectes guebwillerois Virgile (1845-1918) et Adolphe (1870-1944) Sautier. Après la Première Guerre mondiale, un nouvel atelier est aménagé au sein de l’ancienne teinturerie des Ets De Bary-Mérian mitoyens (étudié, IA68009512). Cependant, l’entreprise est durement affectée par la crise de 1929 qui provoque sa liquidation en 1930.

Après la Seconde Guerre mondiale, les locaux sont acquis par l’État pour accueillir un Centre d’apprentissage et de formation professionnelle, devenu lycée professionnel en 1962.

Période(s) Principale : milieu 19e siècle , daté par source
Secondaire : 1er quart 20e siècle , daté par source
Dates 1910, daté par source
1912, daté par source
Auteur(s) Auteur : Preiswerk et Cie,
Preiswerk et Cie

Architectes et entrepreneurs installés à Bâle en Suisse et à Saint-Louis (Haut-Rhin)


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Sautier V. et A. (architecte)

De l’usine de construction mécanique Grün ne subsistent aujourd’hui que deux bâtiments : l’ancienne maison canoniale de Jean-Baptiste-Louis de Rathsamhausen (étudiée, IA00054856) et un atelier de fabrication de plan rectangulaire allongé associant deux corps de bâtiment en maçonnerie enduite, tous deux couverts de deux travées de longs pans accolées avec tuiles en écaille et corniche à ressauts en briques.

Le premier corps de bâtiment, au nord, résulte du remploi de constructions anciennes qui ont fait l’objet d’un élargissement en 1912. Il comporte un rez-de-chaussée et un étage carré. Ses élévations est et ouest sont rythmées par 20 travées d’ouvertures rectangulaires avec appuis saillants en béton au rez-de-chaussée et en arc segmentaire avec encadrements en briques, pierres d’imposte et appuis saillants en grès à l’étage. Le mur-pignon nord est ajouré de quatre grandes baies rectangulaires avec appuis saillants.

Le second corps de bâtiment, au sud, résulte également d’un remploi de constructions anciennes. Il comporte un rez-de-chaussée et deux étages carrés. Ses élévations est et ouest comptent dix travées d’ouvertures de même facture que celle du corps de bâtiment voisin : rectangulaires avec appuis saillants en béton au rez-de-chaussée et en arc segmentaire avec encadrements en briques, pierres d’imposte et appuis saillants en grès aux étages.

Murs maçonnerie enduit
Toit tuile en écaille
Plans plan rectangulaire régulier
Étages rez-de-chaussée, 2 étages carrés
Couvertures toit à longs pans
Statut de la propriété propriété d'un établissement public régional

Références documentaires

Bibliographie
  • STOLTZ, Guy. Manufacture de machines F.J. Grun. In Deux siècles d'Industrie Textile dans le Florival. Guebwiller, 2001, t. 1, p. 43-45.

  • Les grandes industries modernes et les centraux. Paris : M. de Brunoff éditeur, 1929, p. 230-231.

(c) Région Grand-Est - Inventaire général - Schwarz Frank
Frank Schwarz

Chercheur spécialisé en patrimoine industriel au Service de l'Inventaire de la Région Grand Est (site de Strasbourg).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Raimbault Jérôme