Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Filature Paul Cuny, puis Filature de Sélestat, puis usine d’ouate Indéfil, puis usine de meubles Ameublement Bigart Décoration

Dossier IA67080359 réalisé en 2018

Fiche

  • Vue aérienne de l'usine, depuis le sud.
    Vue aérienne de l'usine, depuis le sud.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • atelier de fabrication
    • chaufferie
    • cheminée d'usine
    • entrepôt industriel
    • magasin industriel
    • hangar industriel
    • cour
    • atelier de réparation
    • garage
    • transformateur

La rédaction de ce dossier intervient dans le cadre d'une opération d'urgence menée par Frank Schwarz en juin 2018 en raison de la démolition programmée des bâtiments en lien avec le projet de reconversion de l'entrée sud de la ville de Sélestat, porté par la commune et dont la réalisation a été concédée à la société Citivia. La campagne de prises de vues est assurée par Frédéric Harster et la cartographie du site par Abdessalem Rachedi.

Appellations Paul Cuny, puis Indéfil, puis Ameublement Bigart Décoration
Destinations usine d'ouate, usine de meubles
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, chaufferie, cheminée d'usine, entrepôt industriel, magasin industriel, hangar industriel, cour, atelier de réparation, garage, transformateur
Dénominations filature, usine d'ouate, usine de meubles
Aire d'étude et canton aire d'étude du département 67 - Sélestat
Adresse Commune : Sélestat
Adresse : 36 route de Colmar
Cadastre : 2018 24 168

L’industriel vosgien Paul Cuny (1872-1925) dirige, depuis 1907, une filature qu’il a fondée à Sélestat, route de Strasbourg (étudiée, IA67080369). En 1924, il décide la construction d’une nouvelle usine au sud de la ville, sous la forme d’ateliers en rez-de-chaussée couverts de sheds. Les plans en sont livrés par l’entreprise de construction locale Killy Frères. L’établissement comprend en outre une conciergerie et un réfectoire, implantés au nord du site et aujourd’hui disparus. En 1929, les Ets Killy Frères livrent les plans d'une maison de sous-directeur qu'ils construisent au nord-est des bâtiments productifs (disparue). Dans les années 1930, l’usine est exploitée sous la raison sociale Filature de Sélestat. Un magasin industriel (D) et un entrepôt (F) sont édifiés au sud-ouest et au nord-ouest des bâtiments originels (A, B, E). En 1940, un atelier de réparation des véhicules (G) est construit à l’ouest du site. En 1946, l’usine, reconvertie en unité de retorderie, est augmentée d’une buanderie aménagée au sein du bâtiment de la conciergerie et du réfectoire. La même année, on procède au transfert sur place d’un hangar (I) précédemment implanté sur le site de la filature de la route de Strasbourg. En 1951, l’atelier de réparation des véhicules (G) est agrandi de deux travées au nord tandis que le réfectoire est transformé en logement. La chaufferie est également remaniée avec la mise en place d’une chaudière au charbon. Les plans de situation de cette époque figurent un logement patronal sur la parcelle située au nord de l’usine et aujourd’hui disparu. Vers 1960, un bâtiment de garages (H) est édifié au sud-ouest de l’emprise.

En janvier 1964, la société Indéfil – Manufacture de pansements installe son activité de fabrication d’ouate hydrophile, obtenue par le cardage et le conditionnement de fibranne, au sein des anciens ateliers de retorderie de la Filature de Sélestat. En 1975, le site est repris par les Ets Ameublement Bigart Décoration représentée par Jacques Simon-Bigart qui procède à la construction d’un hangar de stockage de bois (J). Dessiné par le cabinet d’architectes Georges Deschamps père et fils de Sélestat, celui-ci est accolé à l’ouest des bâtiments existants. Un étage est également aménagé au-dessus de la chaufferie pour accueillir un réfectoire et le local de la médecine du travail. La société fabrique et commercialise des meubles. Elle aménage ainsi un magasin d’exposition au sein d’une partie des locaux et transforme les anciens vestiaires, le long de la façade sur rue, en bureaux.

Après la cessation d’activité des Ets Bigart, le site est racheté en 2017 par la Ville de Sélestat qui signe une concession d’aménagement avec la société Citivia, office public d’aménagement implanté à Mulhouse. Le projet de reconversion de l’entrée sud de la ville, porté par cette dernière, excède le périmètre du site et concerne une zone de 5,5 ha. Il prévoit la démolition intégrale de l’usine et la construction de 6000 m2 de plancher d’activités de loisirs, 1000 m2 de surface de restauration et 1000 m2 de commerces. Les travaux de démolition sont programmés pour l’automne 2018.

Période(s) Principale : 1er quart 20e siècle , daté par source
Secondaire : 2e quart 20e siècle , daté par source
Secondaire : 2e moitié 20e siècle , daté par source
Dates 1924, daté par source
1929, daté par source
1940, daté par source
1946, daté par source
1949, daté par source
1951, daté par source
1975, daté par source
Auteur(s) Auteur : Killy Frères,
Killy Frères

Entreprise de Travaux Publics active à Sélestat entre les années 1920 et 1970.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, attribution par source
Auteur : Deschamps Georges,
Georges Deschamps

Cabinet d'architecture Georges Deschamps père et fils établi à Sélestat (Bas-Rhin).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Cuny Paul,
Paul Cuny (1872 - 1925)

Industriel du textile dans les Vosges où il fonde trois usines. Il est actionnaire de la blanchisserie teinturerie thaonnaise, proche d'Armand Lederlin. Il exerce un mandat de député radical. En 1907, il s'implante en Alsace alors sous régime allemand en fondant une filature à Sélestat (Bas-Rhin).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
auteur commanditaire, attribution par source

Le site, d'une superficie de 26000 m2 dont 12000 m2 construits, se compose de l’atelier de fabrication initial (A), prolongé au nord-ouest par la chaufferie (B) avec sa cheminée (C) et des entrepôts industriels (E, F) et flanqué au sud-ouest par un magasin industriel (D) et un hangar industriel (J). Au sud-ouest de la cour d’usine, se déploient un atelier de réparation automobile (G) et un garage (H). Au sud, se dresse un hangar industriel (I). Pour l'identification des bâtiments, se reporter au plan de situation du site figurant dans les illustrations (IVR42_20186702003NUDA).

L’atelier de fabrication (A), édifié en maçonnerie enduite, se compose de 15 travées de sheds en rez-de-chaussée avec sous-sol partiel, orientées est-ouest, vitrées au nord et couvertes de tuiles mécaniques. Les sept travées méridionales sont plus étendues vers l’ouest. Les élévations sud et est sont couronnées d’un acrotère. Cet atelier est flanqué, à l’est, d’une travée en rez-de-chaussée couverte d’un toit en appentis qui accueillait originellement les vestiaires du personnel prolongée au nord par une tourelle à deux niveaux sous un toit à longs pans avec croupes et tuiles en écaille. Cette dernière, édifiée en maçonnerie enduite et dont l’élévation sud est ornée d’une fausse-bretèche, abrite un transformateur électrique. Le soutènement intérieur de l’atelier de fabrication est assuré par des rangées de poteaux circulaires en fonte qui supportent des sous-poutres métalliques profilées en I et renforcés, pour les travées occidentales, de tirants transversaux.

La chaufferie (B) est édifiée en maçonnerie enduite avec une ossature de poteaux et de poutres en béton armé. Elle comporte un étage carré coiffé d’un toit à longs pans avec tuiles mécaniques. Elle est ajourée de baies rectangulaires et les pignons rehaussés sont percés d’oculi cernés de briques. La cage d’escalier, qui ouvre à l’ouest, est ajourée d’une baie vitrée toute hauteur avec modénature en béton à décor géométrique. La cheminée d’usine, de forme tronconique, est en briques rouges avec cerclages en fer.

Le magasin industriel (D), qui flanque l’atelier de fabrication au sud-ouest, est de plan rectangulaire. Construit en maçonnerie enduite, il se déploie en rez-de-chaussée sous un toit à longs pans couvert de tôles ondulées en ciment-amiante. Son élévation orientale est couronnée d’un acrotère et il est ajouré, au sud, de baies rectangulaires en bandeau avec châssis métalliques.

La chaufferie est prolongée, au nord, par un entrepôt industriel (E). En rez-de-chaussée et de plan rectangulaire, il est édifié en maçonnerie enduite et couvert d’un toit-terrasse en béton avec lanterneaux vitrés. Son élévation occidentale est percée de sept baies rectangulaires avec châssis métalliques et appuis saillants en béton. L’ensemble est soutenu par quatre rangées de huit poteaux faits de profilés métalliques en U assemblés au moyen de platines boulonnées qui supportent des sous-poutres métalliques profilées en I. Il est flanqué, au nord, d’un second entrepôt (F). Celui-ci se compose de deux travées parallèles en rez-de-chaussée, coiffées d’un toit cintré en tôles ondulées. Édifié en maçonnerie enduite, il est percé au nord et à l’ouest de baies rectangulaires avec châssis métalliques et appuis saillants en béton. Son élévation orientale est ajourée, en partie haute, de baies rectangulaires en bandeau.

Le hangar industriel (J) de plan rectangulaire, qui flanque l’usine à l’ouest, est bâti en pan-de-fer et maçonnerie enduite. Il est essenté de tôles nervurées en partie haute. Il se déploie en rez-de-chaussée sous un toit à longs pans et tôles nervurées supporté par une charpente métallique apparente. Il est prolongé au nord par un auvent sur poteaux métalliques. Le hangar industriel (I) implanté au sud du site est de plan rectangulaire allongé. En rez-de-chaussée, il est construit en pan-de-bois et maçonnerie enduite et couvert d’un toit à longs pans avec ardoises. La charpente en bois est apparente.

Le bâtiment de garage (H) se compose de trois travées de longs pans accolées, en rez-de-chaussée avec couverture en tuiles mécaniques. Il est édifié en pan-de-bois et maçonnerie enduite. Les pignons à l’est sont essentés de planches. L’atelier de réparation automobile (G), équipé de fosses de vidange, comporte cinq travées de sheds en rez-de-chaussée, orientées est-ouest et couvertes de tuiles mécaniques. Élevé en maçonnerie enduite, il est ajouré de baies rectangulaires avec châssis métalliques et appuis saillants en béton. Les pignons orientaux sont percés d’oculi cernés de briques.

Murs maçonnerie enduit
pan de fer essentage de tôle
pan de bois
essentage de planches
Toit tuile mécanique, tuile en écaille, verre en couverture, ciment amiante en couverture, béton en couverture, tôle ondulée, tôle nervurée, ardoise
Plans plan rectangulaire régulier
Étages sous-sol, en rez-de-chaussée, 1 étage carré
Couvertures terrasse lanterneau
shed
toit à longs pans
appentis
toit bombé
Énergies énergie thermique produite sur place
énergie électrique achetée
États conservations détruit après inventaire

Références documentaires

Périodiques
  • GUIDAT, Robert. Une page d'histoire économique. Annuaire des Amis de la Bibliothèque Humaniste de Sélestat, 1983, 33, p. 109-110.

(c) Région Grand Est – Inventaire général - Schwarz Frank
Frank Schwarz

Chercheur spécialisé en patrimoine industriel au Service de l'Inventaire de la Région Grand Est (site de Strasbourg).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.