Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Fonderie Strasbourgeoise en Fer et Métaux H. Motz (ou Fonderie du Rhin Motz), puis Fonderie Mécanique Holl et Decocq, puis Fonderie et Ateliers du Rhin J. Spiertz et Cie, puis Spiertz SA

Dossier IA67012033 réalisé en 1992

Fiche

  • Vue d'ensemble du site, depuis le sud-ouest.
    Vue d'ensemble du site, depuis le sud-ouest.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • atelier de fabrication
    • magasin industriel
    • chaufferie
    • cheminée d'usine
    • transformateur
    • voie ferrée
    • bâtiment administratif d'entreprise
    • conciergerie
    • cour

La mise à jour du dossier intervient dans le cadre d'une opération d'urgence menée par Frank Schwarz en novembre 2018 en raison d'une demande de permis de démolir visant l'ensemble des bâtiments à l'exception du bâtiment administratif. La campagne de prises de vues aérienne est assurée par Frédéric Harster et les vues au sol par Siméon Levaillant.

Dans le cadre de cette reprise d'étude, une synthèse a été rédigée qui apporte des précisions sur l'historique et la description de l'usine.

Historique

En 1912, la Ville de Strasbourg décide la mise en valeur, à des fins industrielles, d’un terrain de 134 ha connu sous le nom de Plaine-des-Bouchers (Metzgerau), qu’elle possède au sud de l’agglomération. Les premières installations industrielles sur le site ont lieu avant la Première Guerre mondiale avec notamment les usines de construction automobile E.E.C. Mathis qui s’y établissent dès l’origine.

En 1921, Henri Motz, exploitant de la Fonderie Strasbourgeoise en fer et en métaux Ph. Bowé, se porte acquéreur de l’un des terrains de cette zone industrielle, à l’angle de la rue de la Plaine-des-Bouchers et de la rue Schertz. La construction des premiers bâtiments sur le site, édifiés en béton armé au nord de l’emprise, est attestée en 1922. Henri Motz exploite désormais son entreprise sous la raison sociale Fonderie du Rhin et produit des pièces mécaniques, des pièces de bâtiments et de travaux publics, des poulies et des pièces de rechange pour machines agricoles. En 1928, le site passe aux mains de la S.A. Spiertz née de la fusion de la société Fonderies et Ateliers du Rhin et de la société en nom collectif J. Spiertz & Cie. La production s’oriente vers les presses mécaniques.

En 1929, la fonderie est agrandie par la construction d’une halle en pan de fer et remplissage en briques. Une chaufferie avec sa cheminée tronconique en briques et un atelier de trempe sont également érigés en cœur de site. L’année suivante, on prolonge la nouvelle halle vers le sud et on édifie un grand hall de montage en bordure de la rue Schertz. Les plans en sont dressés par l’usine Pantz de Jarville (Meurthe-et-Moselle) spécialisée dans les constructions métalliques. Par la suite, un atelier de finissage est élevé dans le prolongement de l’atelier de trempe.

En 1940-1941, une nouvelle grande halle en pan de fer et remplissage en briques est édifiée parallèlement à la précédente, au nord. En 1943, l’usine est exploitée par la Strassburger Stalbau A. G. A la Libération, la société Spiertz S.A. retrouve ses locaux et procède au rehaussement de son bâtiment administratif qui associe bureaux, garages et logement de fonction. Un magasin d’outillage voit le jour dans la cour de l’usine. En 1949, on procède à la construction d’un nouvel atelier à l’est du site.

La société Spiertz S.A. se spécialise dans la fabrication de presses hydrauliques, de cisailles et de matériel pour le travail des métaux par déformation. En 1960, elle s’étend en s’implantant de l’autre côté de la rue de la Plaine-des-Bouchers, au n° 86, ainsi que sur le terrain situé de l’autre côté de la rue Schertz. L’emprise manufacturière couvre alors une surface de 30 000 m2 dont 19 000 m2 sont bâtis. On y dénombre 760 employés. En 1966, l’entreprise rehausse une nouvelle fois son bâtiment administratif. A partir de 1980, Spiertz S.A. exporte des presses vers la Chine et la Roumanie, puis quelques années plus tard vers la Russie. En 1991, l’entreprise est reprise par le groupe Schuler. Les activités se replient sur une partie du site, avec l’abandon de la fonderie. Les grandes halles sont alors désaffectées, tout comme les magasins, entrepôts et le bâtiment administratif.

En 2001, l’entreprise Schuler Spiertz se restructure et abandonne la production pour se concentrer sur la vente et les prestations de services en matière de presses hydrauliques et mécaniques et de presses à former. N’ayant plus d’utilité à conserver ses bâtiments productifs sur son site originel, décision est prise de les céder. Au moment de l'opération d'urgence conduite en 2018 par l'Inventaire général, ils font l’objet d’un projet de démolition à l’exception du bâtiment administratif, en vue de la division foncière de la parcelle d’origine en trois sous-parcelles destinées à être bâties.

Description

L’emprise foncière originelle de l’usine Spiertz S.A. couvre une surface de plus de 11 500 m2, délimitée à l’ouest par la rue de la Plaine-des-Bouchers, au sud par la rue Schertz et à l’est par le tracé courbe d’une voie ferrée qui dessert les entreprises établies à proximité.

Le nord-est du site est occupé par les constructions initiales qui s’adaptent, à l’est, au tracé courbe de la parcelle. Elles sont édifiées en béton armé et couvertes de toits à longs pans ou en terrasse ajourés de lanterneaux vitrés de plan rectangulaire. Le long de la rue de la Plaine-des-Bouchers se dresse l’immeuble administratif de plan rectangulaire allongé associant bureaux, garages et logement de fonction. Il est bâti en béton armé avec remplissage en maçonnerie enduite. Comportant deux étages carrés sous un toit en terrasse dissimulé par un acrotère, il est percé aux étages de baies rectangulaires en bandeau avec appuis saillants en pierre artificielle. Il est flanqué, au sud-ouest, de la loge du gardien en rez-de-chaussée avec toit à longs pans et ciment amiante en couverture, qui commande l’entrée de la cour d’usine pavée de granite.

A l’arrière du site est implantée une chaufferie en béton armé coiffée d’une toiture cintrée avec tôle ondulée en couverture. Son élévation nord est couronnée d’un acrotère à redents percé d’une baie cintrée à armature métallique. La cheminée d’usine en briques avec cerclages en fer, qui la surplombe à l’ouest, est de forme tronconique. Elle culmine à 27 m de hauteur.

Les constructions établies dans la moitié méridionale de l’emprise sont toutes de même nature. Il s’agit de grandes halles formant vaisseaux de grand développement, érigées en charpente métallique boulonnée avec remplissage de briques apparentes sur une semelle en béton armé, ajourées de baies rectangulaires avec châssis métalliques et couvertes de toits à longs pans avec verrière zénithale. La couverture est en tôle ondulée, en zinc ou en tuiles mécaniques. Las halles sont accolées les unes aux autres formant un ensemble compact.

Appellations Fonderie Strasbourgeoise en Fer et Métaux H. Motz , Fonderie du Rhin , Fonderie Mécanique Holl et Decocq , Fonderie et Ateliers du Rhin J. Spiertz et Cie , Spiertz SA
Destinations usine de construction mécanique
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, magasin industriel, chaufferie, cheminée d'usine, transformateur, voie ferrée, bâtiment administratif d'entreprise, conciergerie, cour
Dénominations fonderie
Aire d'étude et canton Strasbourg - Strasbourg
Adresse Commune : Strasbourg
Lieu-dit : Meinau
Adresse : 79 rue de la Plaine-des-Bouchers
Cadastre : 1981 : ER/32.N : 147ET, 152ET, 278A, 280/1, 86, 62

En 1921, la Fonderie Strasbourgeoise en Fer et Métaux H. Motz est l'une des premières usines installées dans la nouvelle zone industrielle créée Plaine-des-Bouchers. Elle devient Fonderie du Rhin dès 1922 puis Fonderie et Ateliers du Rhin J. Spiertz et Cie en 1929. La construction de nouveaux ateliers est attestée en 1930 (grand hall de montage en bordure de la rue Schertz dont l'ossature métallique est livrée par l’usine Pantz de Jarville en Meurthe-et-Moselle), 1941, 1946 et 1956, cette dernière extension ayant aussi donné lieu à la construction de nouveaux bureaux, de vestiaires d'usine et d'une cantine. En 1960, la fonderie Spiertz et Cie, spécialisée dans la fabrication de presses hydrauliques, s'étend encore en s'implantant 86 rue de la Plaine-des-Bouchers. Elle agrandit ses bureaux en 1966 (par surélévation du bâtiment) et construit, en 1968, un nouvel atelier haut de 23 m pour le montage des presses. Après fusion avec la société de construction mécanique Schuller, les activités de l'usine Spiertz se sont repliées sur une partie du site ancien, abandonnant l'activité de fonderie et laissant désaffectés les plus grands ateliers de fabrication implantés de part et d'autre de la rue de la Plaine-des-Bouchers avec leurs annexes (chaufferie, magasins et entrepôts industriels). Le grand bâtiment de bureaux abritant autrefois la direction de la fonderie Spiertz est également désaffecté.

Période(s) Principale : 1ère moitié 20e siècle , daté par source
Principale : 3e quart 20e siècle , daté par source
Dates 1921, daté par source
1930, daté par source
1941, daté par source
1943, daté par source
1946, daté par source
1956, daté par source
1960, daté par source
1966, daté par source
1968, daté par source
Auteur(s) Auteur : Motz Henri,
Henri Motz

Fondateur en 1921 de la Fonderie Strasbourgeoise en Fer et Métaux, dans la nouvelle zone industrielle de la Plaine-des-Bouchers à Strasbourg.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
auteur commanditaire, attribution par source
Auteur : Pantz,
Pantz

Entreprise de construction métallique installée à Jarville (Meurthe et Moselle).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, attribution par source

Ce site est accessible par un embranchement ferroviaire. Présence d'une aire de chargement.

Murs brique
pan de fer
Énergies énergie thermique
énergie électrique
produite sur place
achetée
États conservations remanié, désaffecté, menacé
(c) Région Grand-Est - Inventaire général - Buchheit Chip - Schwarz Frank
Frank Schwarz

Chercheur spécialisé en patrimoine industriel au Service de l'Inventaire de la Région Grand Est (site de Strasbourg).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.