Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Fortification d'agglomération

Dossier IA00124606 réalisé en 1993

Fiche

Parties constituantes non étudiées porte de ville
Dénominations fortification d'agglomération
Aire d'étude et canton Sélestat - Sélestat
Adresse Commune : Sélestat
Cadastre : 1986

Sélestat, élevé au rang de ville avant 1217, fût fortifié sous le règne de Frédéric II, sous la direction du bailli Woelfelin ; cette première enceinte fut terminée vers 1230 : elle englobait l'église paroissiale et le prieuré Sainte-Foy ; cette enceinte fut agrandie vers 1280 pour englober les nouveaux couvents des ordres mineurs, dominicaines de Sylo, franciscains et hospitaliers ; elle comprend quatre portes, dont deux existaient déjà en 1230 ; cette deuxième enceinte fut renforcée par un second mur sur le même tracé, de 1397 à 1425 ; une quatrième enceinte fut élevée de 1505 à 1559, englobant le faubourg sud, sous la direction de l'architecte Jean Uhlberger ; la tour neuve fut remaniée en 1614 : elle porte 3 panneaux commémoratifs avec la date 1614 et des marques de tâcheron, dont l'une pourrait être celle du sculpteur Jérôme Kruch, auteur de la chaire de l'église Saint-Georges ; en 1632 la ville fut assiégée par les troupes suédoises qui la prirent et firent abattre une partie des murs ; Sélestat fut occupée par les Français en 1634, Louis XIV décida de supprimer son enceinte en 1673 ; mais en 1675 le prince de Condé qui s'est installé à Sélestat après sa victoire sur les Impériaux arrive à convaincre Louvois qu'il faut à nouveau fortifier Sélestat ; le projet fut confié à Jacques Tarade, ancien élève de Vauban ; le gros-oeuvre des travaux commencés en 1675 fut achevé 5 mois après ; en 1678 Vauban, devenu commissaire général des fortifications modifia les plans primitifs et supervisa les travaux qui furent achevés en 1691 ; la ville subit victorieusement deux sièges en 1814 et 1815, mais en 1870 elle ne résista pas à l'attaque allemande et se rendit le 24 octobre 1870 ; en 1874 le démantèlement de la forteresse fut décidé et exécuté les années suivantes ; il ne reste actuellement des murs d'enceinte successifs qu'une porte du 13e siècle, dite la tour des sorcières, une porte de 1280 dite la tour neuve, deux tours englobées dans des maisons, rue de la Jauge et place du vieux port, la porte de Strasbourg de 1675 et deux bastions encadrant une courtine au sud de la ville.

Période(s) Principale : 1er quart 13e siècle
Principale : 4e quart 13e siècle
Principale : limite 14e siècle 15e siècle
Principale : 16e siècle
Principale : 4e quart 17e siècle
Dates 1614, porte la date
Auteur(s) Auteur : Uhlberger Jean, architecte, attribution par travaux historiques
Auteur : Tarade Jacques, architecte, attribution par travaux historiques
Auteur : Vauban Sébastien Le Prestre de, marquis,
Vauban Sébastien Le Prestre de, marquis
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
ingénieur militaire, attribution par travaux historiques

La porte dite tour des sorcières est bâtie en briques, son toit couvert de tuiles plates ; la porte dite tour neuve est en moellon de grès et brique (?) avec enduit, son toit est couvert d'ardoise ; la porte de Strasbourg est en moellon et enduit, une élévation en pierre de taille.

Murs brique
grès
enduit
moellon
pierre de taille
Toit tuile plate, ardoise
Couvrements voûte d'arêtes
Élévations extérieures élévation ordonnancée sans travées
Couvertures toit en pavillon
toit à l'impériale
États conservations vestiges
Techniques sculpture
peinture
Représentations soleil de Louis XIV armoiries trophée
Précision représentations

armoiries de Sélestat ; sujet : trophée d'armes et de drapeaux

Statut de la propriété propriété publique
Intérêt de l'œuvre à signaler
Éléments remarquables porte de ville
Protections inscrit MH, 1947/03/07
inscrit MH, 1934/04/21
inscrit MH, 1929/06/18
Précisions sur la protection

reste des remparts inscrit en 1947 ; porte de Strasbourg inscrite en 1934 ; tour des sorcières et tour dite tour neuve inscrites en 1929

(c) Inventaire général - Scheurer Marie-Philippe