Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Logement d'ouvriers de la firme Gilardoni

Dossier IA68010003 réalisé en 2019

Fiche

La rédaction de ce dossier intervient dans le cadre d'une opération d'urgence menée par Jérôme Raimbault et Frank Schwarz en juillet 2019 en raison du projet de démolition du logement d'ouvriers de la société Gilardoni qui commandait l'accès à la carrière d'argile de la firme.

La campagne de prises de vues est assurée par Christophe Hamm complétée des vues de terrain de Jérôme Raimbault et des photographies de l'architecte Rémy Claden prises lors d'une visite du site en juillet 2018.

Dénominations logement d'ouvriers
Aire d'étude et canton aire d'étude du département 68 - Altkirch
Adresse Commune : Altkirch
Lieu-dit : Buchweg
Adresse : 122 rue de la Forêt
Cadastre : 2019 24 6

En 1835, Thiébaut-Joseph (1805-1864) et François (1807-1893) Gilardoni fondent à Altkirch, en association avec leur beau-père Pierre-Antoine Heitschlin (1783-1837), un atelier de poêles en faïence, transformé en tuilerie en 1842 après l’invention de la tuile à emboîtement l'année précédente. Pour alimenter leur usine fonctionnant sous la raison sociale Gilardoni Frères, ils exploitent une carrière d’argile au sud de l’agglomération.

Un logement d’ouvriers, attesté par un plan d’État-major allemand levé vers 1885, est édifié à l’entrée de la glaisière. Il servait vraisemblablement à loger le gardien du site. Son édification donne lieu à la mise en œuvre d’un procédé novateur de toiture en carène sans charpente en bois, constituée de modules en terre cuite emboîtés et liés au mortier. Elle fait aussi appel au déploiement d’articles décoratifs de la firme à l’image des encadrements de baies en céramique pour « remplacer économiquement la pierre de taille », des tuiles de rive « destinées à remplacer économiquement dans la bordure du toit, le zinc, le bois et le mortier » ou du médaillon ornemental qui couronne le mur-pignon oriental. Par la suite, l’édifice est agrandi par l’adjonction d’un second corps de bâtiment et d’une dépendance agricole.

L’usine altkirchoise de la firme Gilardoni est fermée vers 1930. Les bâtiments de production sont démolis pour laisser place à une école, édifiée en 1935 (étudiée, IA68006188). L’exploitation de la carrière d’argile prend vraisemblablement fin à la même époque. Par la suite, le bâtiment est acquis par un particulier. Il demeure inoccupé durant plusieurs décennies.

Au décès de son propriétaire, vers 2015, il est racheté par la mairie qui étudie sa restauration. Son état de délabrement avancé conduit cependant à envisager sa démolition qui devrait intervenir au cours de l’été 2019.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle , (?)

Le logement d’ouvriers se compose d’un corps de bâtiment, de plan rectangulaire, orienté nord-sud, flanqué à l’ouest d’une adjonction, elle-même prolongée d’une dépendance agricole.

La construction initiale comprend un rez-de-chaussée et un étage de comble sous un toit en carène exempt de charpente et couvert de tuiles mécaniques disposées sur un lattis en bois. Dessous, la voûte est constituée de modules cintrés à emboîtement en terre cuite liés au mortier. Les rives de toit sont habillées de tuiles de rive à ondulation. Un médaillon décoratif, à figure animale, couronnait le pignon nord. Il a été déposé et orne aujourd’hui l’un des vestibules de l’Hôtel de Ville d'Altkirch. Le bâtiment est édifié en briques creuses tubulaires enduites et recouvertes d’un parement de carreaux rectangulaires en terre cuite sur les mur-gouttereaux. Les ouvertures, en arc segmentaire, sont encadrées d’éléments moulés et moulurés en terre cuite. Le rez-de-chaussée est occupé par quatre pièces couvertes d’une voûte cintrée constituée de modules en terre cuite. La dalle de sol est en béton grossier. Une cage d'escalier occupe l'angle nord-ouest du bâtiment. Les marches sont en briques moulées.

L’adjonction, à l’ouest, compte un rez-de-chaussée et un étage carré sous un toit à longs pans et tuiles mécaniques. Bâti en maçonnerie de briques enduites, il est ajouré de baies rectangulaires encadrées de briques.

La dépendance agricole en rez-de-chaussée est essentée de planches et couverte d’un toit en appentis et tuiles mécaniques.

Murs brique creuse maçonnerie enduit
essentage de tuile
pan de bois essentage de planches
Toit tuile mécanique
Plans plan rectangulaire régulier
Étages rez-de-chaussée, 1 étage carré, étage de comble, en rez-de-chaussée
Couvertures toit en carène
toit à longs pans
appentis massé
Techniques céramique
Représentations animal fantastique
Précision représentations

Un médaillon décoratif, à figure animale, couronnait le pignon nord de la construction initiale.

Statut de la propriété propriété de la commune
(c) Région Grand-Est - Inventaire général - Schwarz Frank
Frank Schwarz

Chercheur spécialisé en patrimoine industriel au Service de l'Inventaire de la Région Grand Est (site de Strasbourg).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Raimbault Jérôme