Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Magasin industriel Clot et Cie, puis Conserverie Ungemach, puis atelier de fabrication de la Fabrique de plumes et duvets pour la literie L. Grumbach, puis entrepôt commercial des Caves Saint-Morand

Dossier IA67077939 réalisé en 2012

Fiche

La rédaction de ce dossier intervient dans le cadre d'une opération d'urgence menée par Frank Schwarz en 2012 en raison d'un projet de démolition de l'édifice pour y construire une résidence hôtelière, réalisée au moment de la rédaction de la présente notice, en 2015. La prise de vue professionnelle est réalisée par Frédéric Harster.

Dénominations magasin industriel, entrepôt commercial
Aire d'étude et canton Neustadt de Strasbourg - Strasbourg
Adresse Commune : Strasbourg
Adresse : 22 rue de Bouxwiller
Cadastre : 2015 74 37

Le magasin industriel du 22 rue de Bouxwiller est édifié en 1891 par la Conserverie J. Clot et Cie selon les plans de l'architecte Marcel Eissen (1848-1914). Par la suite, il passe aux mains de la Conserverie Ungemach. En 1938, le bâtiment, qui appartient toujours à la Société Ungemach, est occupé par la Fabrique de plumes et duvets pour la literie L. Grumbach. Après la deuxième guerre mondiale, il est cédé à la société des Caves Saint- Morand dont le siège social se situe à Mulhouse-Dornach (Haut-Rhin) qui y fonde un commerce de vin et spiritueux.

Cette dernière y mène des travaux de transformation sous la conduite de l’architecte strasbourgeois Georges Haudenschild (1912-1983) : en 1954, elle procède à l’aménagement de deux portes de chargement sur l’élévation sud-ouest ; en 1958, elle aménage trois bureaux d’une superficie totale de 46 m2 au rez-de-chaussée ; en 1960, elle fait poser une marquise sur l’élévation sud-est ; en 1961 enfin elle modifie trois baies sur l’élévation sud-ouest. Le premier étage accueille deux salles de danse dirigées par Patrick Hertzog. En 1984, celles-ci cèdent la place à un établissement de sauna exploité sous la raison sociale « Olympic Sauna Club ». Un autre local, au premier étage, est aménagé en débit de boisson. Le deuxième étage abrite également différentes activités qui se succèdent au fil du temps. En novembre 2011, l’immeuble a fait l’objet d’un permis de démolir pour laisser place à une résidence hôtelière.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle , daté par source
Dates 1891, daté par source
Auteur(s) Auteur : Eissen Marcel,
Marcel Eissen (1848 - 1914)

Architecte strasbourgeois né en 1848, mort en 1914 et ayant exercé toute sa carrière dans sa ville natale. Sa production architecturale s'inscrit dans un style historiciste éclectique mêlant le néo-classique au néo-Renaissance. Dans la Neustadt, il est l'auteur de la maison Seyboth, 32 boulevard Poincaré (1884), d'hôtels particuliers 10 rue Schweighaeuser et 13-15 avenue de la Paix (1896-1900), des immeubles commerciaux et d'habitation construits pour la filiale strasbourgeoise de la London Assurance Society en 1890-1896 au 43 rue du Maréchal-Foch et 4 rue du Général-Frère, de l'hôtel-restaurant Terminus Gruber 10-11 place de la Gare et du 8 place de la Gare commandités en 1891-92 par le directeur de l'Eden-Théâtre Georg Brückmann. Il réalisa également les plans des bâtiments industriels de stockage et de production pour la Conserverie Clot en 1891-1900 15-17 rue des Magasins, du siège administratif de la brasserie Gruber à Koenigshoffen, et de la Banque de Mulhouse, immeuble secondaire sur cour au 2 rue Brûlée (1904).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Haudenschild (architecte)

De plan rectangulaire, le magasin industriel s’élève à l’angle des rues de Bouxwiller et des Magasins. Il comporte, dans sa partie périphérique, un sous-sol, un rez-de-chaussée surélevé et deux étages carrés sous un toit à longs pans couvert d’ardoises. En cœur de parcelle, le bâtiment se déploie en rez-de-chaussée sous une travée de shed couverte de tôle nervurée. Edifié en maçonnerie enduite sur un soubassement en blocs de grès jaune assisés, l’immeuble est orné d’une chaîne d’angle régulière en briques et d’un bandeau d’étage en grès jaune. Les élévations ordonnancées comptent 11 travées d’ouverture sur la rue de Bouxwiller et huit sur la rue des Magasins. Les baies du rez-de-chaussée, en arc segmentaire, sont encadrées de briques avec impostes et appuis saillants en grès. Les baies du premier et du second étages sont réunies par un encadrement harpé dessinant un décor alternant briques rouges et jaunes et se terminant en arc segmentaire. Le linteau des fenêtres du premier étage est constitué d’un profilé métallique décoré d’une rosette. L’élévation sur la rue des Magasins est percée de deux portes de chargement équipées de quais hauts et protégée, pour l’une d’entre elles, d’une marquise en métal et plaques de plastique ondulées.

Murs brique maçonnerie enduit partiel
Toit ardoise, zinc en couverture
Plans plan rectangulaire régulier
Étages sous-sol, rez-de-chaussée surélevé, 2 étages carrés
Couvrements
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans
Escaliers escalier dans-oeuvre
(c) Inventaire général - Schwarz Frank
Frank Schwarz

Chercheur spécialisé en patrimoine industriel au Service de l'Inventaire de la Région Grand Est (site de Strasbourg).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.