Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison d'industriel dite Villa Spetz, puis Château du Bon Repos

Dossier IA00111899 réalisé en 1988

Fiche

  • Vue d'ensemble.
    Vue d'ensemble.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • conciergerie
    • parc
    • cour
    • garage

La mise à jour de ce dossier intervient dans le cadre d'une enquête thématique, menée en 2018 par Jérôme Raimbault et Frank Schwarz, visant à interroger la transformation du paysage des vallées vosgiennes du Haut-Rhin sous l’effet de l’industrialisation. La synthèse ci-dessous, qui précise l'historique de la villa et sa description, donne ainsi lieu à une organisation spécifique des informations permettant de mettre en exergue divers aspects de la problématique retenue.

Les compléments d’information portent sur l’historique et la description de la demeure. Ils ont également conduit à actualiser le titre courant du dossier.

La mise à jour a en outre donné lieu à une campagne de prises de vue professionnelle assurée par Christophe Hamm.

HISTORIQUE

Implantation originelle

La villa Spetz est édifiée sur la rive gauche du cours de la Lauch, à l’extrémité occidentale d’un terrain communal dénommé Nieder grunn, ayant servi de terrain de manœuvre et de champ de tir et sur lequel est aménagée une partie du parc d’agrément de la demeure. Sur la rive opposée de la rivière se déploie l’usine textile fondée en 1816 par les frères Zimmermann (étudiée, IA00111907) et dirigée depuis les années 1830 par leur neveu, Jean-Baptiste Spetz. La parcelle qui accueille la villa est desservie par l’ancienne route de Colmar qui débouche, à l’ouest, sur la route nationale n° 83 de Lyon à Strasbourg. À la rencontre de ces deux voies, au sud-ouest de la villa, se dresse un enclos avec cour centrale bordée d’imposants bâtiments dont l’ancien relais de poste. Dans les années 1830-1840, cet enclos aurait servi de demeure à Édouard Gast, associé à la conduite de l’usine des frères Zimmermann à compter du retrait de ces derniers, en 1840.

Développement du site

En 1850, après le départ d’Édouard Gast, Jean-Baptiste Spetz (1806-1878) dirige seul l’établissement textile fondé par les frères Zimmermann. En 1860, il devient l'unique propriétaire du site. Il décide alors de se faire bâtir une villa sur la rive opposée de la Lauch, au cœur d’un vaste parc arboré avec pièce d’eau. Les travaux de construction prennent fin en 1865.

À partir de 1875, son fils Georges Spetz (1844-1914), artiste et passionné d’art, y réunit une très riche collection d’objets d’art dont une Vierge à l’Enfant de la fin du 15e siècle provenant de l’ancienne commanderie des Antonins d’Issenheim et conservée aujourd’hui au musée du Louvre et une Nativité des alentours de 1480. Il constitue de la sorte un véritable musée, le plus important de toutes les collections privées d’Alsace, visité par un public nombreux parmi lequel figurent des personnalités de renom. C’est probablement lui qui fait rajouter, dans le dernier quart du 19e siècle, une aile en retour d’équerre pour accueillir certaines pièces de sa collection. Une véranda est également aménagée dans l’angle formé par les deux corps de bâtiment. La conciergerie, qui commande l’entrée du domaine à l’ouest, date vraisemblablement de la même époque.

Après la mort de Georges Spetz en novembre 1914, ses descendants dispersent sa riche collection et transforment la villa en résidence secondaire. En 1937, le domaine est cédé à Fridolin Osberger, qui y crée un établissement connu sous le nom de Château du Bon repos. En 1952, le domaine est acquis par Ernest Schlumberger, industriel à Guebwiller. En 1975, l’emprise foncière du parc d’agrément est vendue pour la réalisation d’un lotissement tandis que l’usufruit de la villa revient à la commune d’Issenheim qui se porte définitivement acquéreur de l’édifice en 1988. Depuis lors, la demeure a été revendue, scindée en différents appartements et rénovée.

DESCRIPTION

L’ancien domaine de la villa Spetz est aujourd’hui scindé en différentes entités. La conciergerie et son garage forment une propriété individuelle. La villa a été réaménagée et transformée en copropriété tandis que le parc a été loti. Ne subsistent que quelques conifères et platanes aux abords de la demeure et un segment de clôture en fer forgé sur mur-bahut en grès, en bordure de la rue de Rouffach.

La conciergerie, de style néo-régionaliste, comporte un rez-de-chaussée et un comble à surcroît sous un toit à longs pans avec demi-croupes, ardoises et épis de faîtage. Le rez-de-chaussée est édifié en maçonnerie enduite sur un soubassement en moellons de grès, le niveau de comble en pan-de-bois à croisillons avec remplissage en maçonnerie enduite. L’élévation occidentale est ajourée d’une vaste baie en triplet dont la structure en grès mouluré fait saillie. L’élévation orientale accueille une extension en forme d’abside et l’élévation méridionale une extension rectangulaire. Les baies rectangulaires du rez-de-chaussée sont encadrées de grès, celles du comble ont des encadrements en bois avec corniches moulurées. En bordure de Lauch, un garage reprend le répertoire néo-régionaliste avec un pignon en pan-de-bois et remplissage en maçonnerie enduite.

La villa Spetz se compose d’un corps de bâtiment principal, de plan rectangulaire, orienté nord-ouest/sud-est et d’une aile basse en retour d’équerre à l'angle nord-ouest. Dans l’angle formé par les deux corps de bâtiment est aménagée une véranda semi-circulaire en métal et verre, délimitée par un garde-corps à balustres en grès. Élevé en maçonnerie enduite sur un soubassement en appareil de grès à gros blocs, le corps principal comporte un sous-sol, un rez-de-chaussée surélevé, un étage carré et un comble à surcroît sous un toit à longs pans et croupes brisés et ardoises. L’élévation orientale est animée d’une véranda en métal et verre, prolongée d’une marquise de même facture. L’élévation septentrionale est flanquée d’une terrasse avec garde-corps à balustres en grès et l’angle nord-ouest d’une tourelle octogonale hors-œuvre à trois niveaux coiffée d’une flèche avec ardoises et épi de faîtage. Ce corps principal est décoré de bandeaux de niveau, d’étage et d’appui ainsi que d’une frise à denticules en grès et cantonné de chaînes d’angle à refends en enduit. Les baies du rez-de-chaussée, toutes encadrées de grès mouluré, sont soit rectangulaires et sans décor soit en plein cintre avec un élément de décor rapporté à l’agrafe (coquille entre deux volutes). Les baies rectangulaires de l’étage, également encadrées de grès, sont pour la plupart surmontées d’une corniche moulurée ornée au centre d’un élément sculpté en haut-relief à décor végétal. L’étage de comble est ajouré de lucarnes et d’œil-de-bœuf à encadrements moulurés. L’aile en retour d’équerre, bâtie en maçonnerie enduite sur un soubassement en appareil de grès, se déploie en rez-de-chaussée sous un toit à longs pans et croupe couvert de zinc. Elle est sommée, à l’ouest, de deux urnes en grès décorées de guirlandes. Ornée de chaînes d’angle à refends en enduit, cette aile est ajourée de grandes baies rectangulaires avec encadrements en grès mouluré et sculptés de palmettes.

Genre d'industriel
Appellations Villa Spetz, Château du Bon Repos
Parties constituantes non étudiées conciergerie, parc, cour, garage
Dénominations maison
Aire d'étude et canton Soultz-Haut-Rhin
Adresse Commune : Issenheim
Adresse : 62 rue de Rouffach
Cadastre : 1983 14 86

Villa de l'industriel Spetz dont l'usine se trouvait de l'autre côté de la Lauch ; il la fit construire entre 1850 et 1878 date de sa mort.

Période(s) Principale : 2e moitié 19e siècle
Murs grès
enduit
moellon sans chaîne en pierre de taille
Toit ardoise
Étages sous-sol, 1 étage carré
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans brisés
croupe brisée
Escaliers escalier dans-oeuvre
Statut de la propriété propriété publique
(c) Inventaire général - Scheurer Marie-Philippe - Schwarz Frank
Frank Schwarz

Chercheur spécialisé en patrimoine industriel au Service de l'Inventaire de la Région Grand Est (site de Strasbourg).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Raimbault Jérôme