Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Tissage Klein Frères, puis usine de pâtes alimentaires Valfleuri, puis usine de matériel d’équipement industriel CEMEL, aujourd’hui immeuble à logements, atelier de fabrication et magasin industriel

Dossier IA68009553 réalisé en 2015

Fiche

Œuvres contenues

La rédaction de ce dossier intervient dans le cadre d'une enquête thématique, menée en 2015 par Jérôme Raimbault et Frank Schwarz, visant à interroger la transformation du paysage des vallées vosgiennes du Haut-Rhin sous l’effet de l’industrialisation. La synthèse ci-dessous, qui précise l'historique de l'usine et sa description, donne ainsi lieu à une organisation spécifique des informations permettant de mettre en exergue divers aspects de la problématique retenue.

La campagne de prises de vues professionnelles est assurée par Christophe Hamm complétée des vues de terrain de Frank Schwarz.

HISTORIQUE

Implantation originelle

Le tissage établi en 1859 par Gangolf Klein se dresse sur une grande parcelle de prairie sise au lieu-dit Herrenmatt et acquise en 1853 par son beau-frère, Valentin Arnold, sur laquelle ce dernier envisageait la construction d’une scierie. Malgré le dépôt, en 1853, d’une demande d’autorisation d’implantation et de percement d’un canal d’amenée d’eau pris sur la Lauch, il semble que ce projet n’a pas été réalisé. Le site d’implantation, au pied du versant de la montagne, dessine une parcelle oblongue comprise entre le lit de la rivière et le chemin qui dessert le hameau de Sengern dit Sengeren-Weg. Le site est bordé au nord par un quartier d’habitat dispersé dépendant de la commune de Linthal. Au sud, à flanc de montagne, se dressent de rares maisons isolées.

Développement du site

En 1859, Gangolf Klein fait ériger un tissage de coton équipé de 100 métiers à tisser sous la raison sociale Klein Frères. En 1868, l’établissement est équipé de 100 métiers à tisser supplémentaires. Au moment de l’annexion allemande de 1871, Émile et Eugène Klein succèdent à leur père à la tête de l’entreprise. De 1877 à 1889, les locaux sont loués à la société Frey, Witz et Cie de Guebwiller, déjà intéressée à l’affaire en 1859, puis à la firme Ritgen de Francfort-sur-le-Main en Allemagne. En 1896, on procède à l’installation de la lumière électrique et d’une préparation complète pour numéros fins. Après le décès d’Émile Klein en 1912, son fils Jules entreprend des travaux de rénovation et porte la capacité de l’établissement à 300 métiers à tisser.

Le 25 octobre 1914, les troupes allemandes incendient le tissage. Jules Klein engage sa reconstruction en 1919 sous la forme d'ateliers à sheds. La conception des locaux et la réalisation des travaux sont confiées au cabinet d'architectes et d'entrepreneurs Preiswerk & Cie à Bâle en Suisse. En 1950, l’usine est agrandie par la construction d’un bâtiment de bureaux qui flanque l’angle nord-est de l’établissement. Les plans en sont dressés par l'architecte colmarien Jean Chomel (1919-2007). Entre 1959 et 1964, le parc des machines est modernisé avec l’installation de quelques 200 métiers à tisser qui produisent des écrus destinés à la lingerie féminine, aux chemises de travail, aux pyjamas et aux supports d’impression sur robes. Jules Klein décède en 1964 laissant la direction de l’usine à son fils, Maurice. La perte des débouchés en Algérie et dans les anciennes colonies d’outre-mer entraîne une grave crise qui conduit à la fermeture du tissage Klein le 31 décembre 1966. L’usine emploie encore plus de 60 ouvriers.

Les bâtiments sont réinvestis en 1969 par la société Valfleuri qui produit des pâtes alimentaires. Celle-ci fait édifier, en 1979, un silo à céréales qui flanque l’élévation orientale de l’usine. Le projet est conçu par l'architecte Jean Chomel. En 1988, la société Valfleuri quitte les locaux de l’ancien tissage où la société CEMEL (Construction Électrique, Mécanique et Électronique de Lautenbach-Zell), spécialisée dans les moteurs à courant continu, lui succède. En 1996, le site est partitionné et investi par divers occupants : les ateliers municipaux de la commune de Lautenbach-Zell occupent 440 m2 d’ateliers, une coutellerie et un grossiste en vêtements, toujours présent dans les locaux, se partagent le reste de la superficie. Cinq appartements sont également aménagés dans la partie administrative de l’usine et une partie des ateliers.

Sources d’énergie

Le tissage créé par Gangolf Klein en 1859 est mû, à ses débuts, par une turbine hydraulique. En 1868, il est équipé d’une machine à vapeur. En 1893, une nouvelle machine à vapeur et une nouvelle chaudière sont installées. L’usine conserve, au sous-sol, deux turbines de type Francis peut-être installées au moment de la reconstruction de l’usine suite à la Première Guerre mondiale. Une variante, présentée par le cabinet Preiswerk & Cie en 1919, prévoyait la mise en place d'une machine à vapeur. Il semble que cette option n'ait pas été retenue.

DESCRIPTION

Le tissage Klein se compose de trois ensembles imbriqués : des ateliers à sheds au sud-est et à l’ouest de l’usine et dont les travées les plus occidentales ont été démolies peu de temps avant l'enquête d'inventaire, des ateliers à étages en partie centrale le long du cours de la Lauch et les anciens bureaux édifiés au début des années 1950 dans l’angle nord-est de l’usine. Le canal usinier qui traverse l’emprise foncière est souterrain sur l’ensemble de son parcours.

L’atelier de fabrication qui occupe la partie occidentale de l’usine, actuellement utilisée par un grossiste en vêtements, se compose de sept travées de sheds en rez-de-chaussée d’inégal développement. Orientées est-ouest et vitrées au nord, elles sont construites en maçonnerie enduite et couvertes de tuiles mécaniques. Le soutènement intérieur est assuré par des poteaux circulaires en fonte. L’élévation nord de cet ensemble est flanquée d’une adjonction en rez-de-chaussée sous un toit en appentis et tuiles mécaniques.

Les actuels ateliers municipaux, au sud-est de l’usine, se composent de trois travées en rez-de-chaussée, deux sont couvertes de sheds vitrés au nord et la troisième est à longs pans et lanterneau vitré. L’ensemble, édifié en maçonnerie enduite, est couvert de tuiles mécaniques et ajouré au sud de baies rectangulaires encadrées de briques. Cet atelier est flanqué à l’est d’un silo de grande hauteur réalisé en maçonnerie enduite. Au sous-sol, deux turbines Francis sont en position (étudiées, IM68012603).

La partie centrale de l’usine, le long du cours de la Lauch, se compose de trois travées de longs pans accolées couvertes de tuiles mécaniques. Construit en maçonnerie enduite, ce bâtiment comporte un rez-de-chaussée et un étage carré. L’élévation septentrionale est ajourée de grandes baies rectangulaires.

Les anciens bureaux, aujourd’hui reconvertis en logements, occupent l’angle nord-est de l’usine et résultent d’une extension menée au début des années 1950. Édifiés en maçonnerie enduite, ils comportent un sous-sol, un rez-de-chaussée surélevé et un étage carré sous un toit en appentis et tuiles mécaniques dissimulé par un acrotère. Les élévations est et nord sont percées de baies rectangulaires en bandeau avec appuis saillants en pierre artificielle.

Destinations immeuble à logements, atelier de fabrication, magasin industriel
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, bureau, bief de dérivation
Dénominations tissage, usine de pâtes alimentaires, usine de matériel d'équipement industriel
Aire d'étude et canton aire d'étude du département 68 - Guebwiller
Hydrographies Lauch (dérivation de la)
Adresse Commune : Lautenbachzell
Lieu-dit : Herrenmatt
Adresse : 23 rue de la Lauch
Cadastre : 2018 9 226, 227

Le tissage Klein Frères est fondé en 1859. En 1912, Jules Klein entreprend des travaux de rénovation et porte la capacité de l’établissement à 300 métiers à tisser. Après son incendie au cours de la Première Guerre mondiale, l’usine est reconstruite à partir de 1919 sous la forme d'ateliers à sheds. La conception des locaux et la réalisation des travaux sont confiées au cabinet d'architectes et d'entrepreneurs Preiswerk & Cie à Bâle en Suisse.

En 1950, l’usine est agrandie par la construction d’un bâtiment de bureaux qui flanque l’angle nord-est de l’établissement. Les plans en sont dressés par l'architecte colmarien Jean Chomel (1919-2007). Confronté à une grave crise, le tissage Klein ferme ses portes le 31 décembre 1966.

Les bâtiments sont réinvestis en 1969 par la société Valfleuri qui produit des pâtes alimentaires. Celle-ci fait édifier, en 1979, un silo à céréales qui flanque l’élévation orientale de l’usine. Le projet est conçu par l'architecte Jean Chomel. En 1988, la société Valfleuri quitte les locaux de l’ancien tissage où la société CEMEL (Construction Électrique, Mécanique et Électronique de Lautenbach-Zell), spécialisée dans les moteurs à courant continu, lui succède. En 1996, le site est partitionné et investi par divers occupants.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle , daté par source
Principale : 1er quart 20e siècle , daté par source
Secondaire : 2e moitié 20e siècle , daté par source
Dates 1859, daté par source
1919, daté par source
1950, daté par source
1979, daté par source
Auteur(s) Auteur : Preiswerk et Cie,
Preiswerk et Cie

Architectes et entrepreneurs installés à Bâle en Suisse et à Saint-Louis (Haut-Rhin)


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Chomel Jean, architecte, attribution par source
Auteur : Klein Gangolf, auteur commanditaire, attribution par source

L’atelier de fabrication à l’ouest de l’usine se compose de sept travées de sheds en rez-de-chaussée, vitrées au nord et couvertes de tuiles mécaniques. Il est construit en maçonnerie enduite. L’atelier de fabrication au sud-est de l’usine comprend trois travées en rez-de-chaussée, deux sont couvertes de sheds vitrés au nord et la troisième est à longs pans et lanterneau vitré. L’ensemble, édifié en maçonnerie enduite, est couvert de tuiles mécaniques. Au sous-sol, deux turbines Francis sont en position (étudiées, IM68012603).

La partie centrale de l’usine, le long du cours de la Lauch, se compose de trois travées de longs pans accolées couvertes de tuiles mécaniques. Construit en maçonnerie enduite, ce bâtiment comporte un rez-de-chaussée et un étage carré.

Les anciens bureaux, aujourd’hui reconvertis en logements, sont édifiés en maçonnerie enduite. Ils comportent un sous-sol, un rez-de-chaussée surélevé et un étage carré sous un toit en appentis et tuiles mécaniques.

Murs maçonnerie enduit
Toit verre en couverture, tuile mécanique
Étages sous-sol, en rez-de-chaussée, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré
Couvertures shed
toit à longs pans lanterneau
appentis massé
Énergies énergie hydraulique produite sur place turbine hydraulique
Statut de la propriété propriété d'une personne privée
propriété de la commune

Références documentaires

Bibliographie
  • MARTIN, Hubert. Le tissage Klein de Sengern. In Deux siècles d'Industrie Textile dans le Florival. Guebwiller, 2001, p. 148-155.

(c) Région Grand-Est - Inventaire général - Schwarz Frank
Frank Schwarz

Chercheur spécialisé en patrimoine industriel au Service de l'Inventaire de la Région Grand Est (site de Strasbourg).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Raimbault Jérôme