Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

usine à papier héliographique Alfred Bertsch

Dossier IA67005119 réalisé en 1994

Fiche

  • Vue d'ensemble de l'usine, depuis la rue.
    Vue d'ensemble de l'usine, depuis la rue.
  • Impression
  • Parties constituantes

    • bureau
    • magasin industriel
    • atelier de fabrication
    • cour
    • chaufferie
    • salle des machines
    • écurie
    • garage
    • magasin coopératif
    • maison

La mise à jour du dossier intervient dans le cadre d'une opération ponctuelle menée par Frank Schwarz en avril 2018 en raison d'une demande de protection du site au titre des Monuments historiques émanant des propriétaires. Au moment de la rédaction du présent dossier, en juin 2018, cette demande n'a pas encore fait l'objet d'une présentation en Commission régionale du patrimoine et de l'architecture (CRPA). La campagne de prises de vues est assurée par Frédéric Harster.

La nouvelle synthèse ci-dessous apporte des compléments d’information relatifs à l’historique et à la description de l'usine. Le titre courant du dossier a également été précisé. Une cartographie du site a en outre été réalisée par Abdessalem Rachedi et des références documentaires ont été ajoutées.

Historique

La fabrique de papier héliographique de Gundershoffen est fondée en 1880 par Alfred Bertsch (1839-1920). Le process de production consiste en un traitement chimique du papier par émulsion de manière à permettre la reproduction de documents grâce à l'action du soleil (procédé héliographique).

En 1884, Alfred Bertsch entreprend la construction d'une usine dont il livre lui-même les plans. Les installations d'origine consistent en un bâtiment en bordure de rue, de plan rectangulaire, et comportant un rez-de-chaussée ajouré de six travées d'ouvertures. En 1900, l'usine est augmentée d'un étage et dotée d'une aile en retour d'équerre. En 1905, l'établissement est équipé de sept machines à préparer le papier et de trois machines à galater dont la fonction est de faire tremper le papier dans une préparation chimique afin de le rendre sensible au soleil. En 1907, l'effectif de l'entreprise s'élève à 22 personnes. Cette même année, l'usine est agrandie dans le respect du parti architectural d'origine, pour former le bâtiment principal (A) qui adopte un plan en U. En 1911, une centrale thermique (B) est édifiée à l'est du site pour abriter un nouveau moteur diesel et la dynamo qui y est associée.

A la veille de la Première Guerre mondiale, l'entreprise est florissante. Alfred Bertsch se retire dans le sud de la France en 1916. Son fils, Albert, reprend la direction de l'usine en 1920, mais décède en 1929. René Bertsch, incarnant la troisième génération, prend alors les commandes de l'entreprise. Durant la Deuxième Guerre mondiale, l'usine est réquisitionnée par les Allemands, puis par les Américains. A la Libération, la production reprend sous la direction de René Bertsch, jusqu’à son décès en 1962. Sa veuve poursuit l'exploitation de l'usine jusqu'à sa fermeture définitive en 1972. Le fond de commerce est alors cédé à un repreneur qui récupère une partie des machines. Depuis lors, les bâtiments sont partiellement occupés par divers artisans.

Description

Le site se compose, d'ouest en est, de l'usine originelle (A) associant espaces administratifs, magasins de stockage et surfaces de production, de la centrale thermique (B), de l'écurie (C), des garages (D), des sanitaires (E), d'une petite dépendance (F) et d'un magasin industriel (G) à l'état de vestiges. Pour l'identification des bâtiments, se reporter au plan de situation du site figurant dans les illustrations (IVR42_20186702005NUDA).

L'usine en bordure de parcelle, donnant sur la Grand-rue, adopte un plan en U et résulte de campagnes de construction successives. Elle affiche cependant une grande unité dans sa mise en œuvre architecturale et décorative. Comportant un sous-sol partiel, un rez-de-chaussée surélevé, un étage carré et un comble à surcroît, les bâtiments sont édifiés en briques apparentes de couleur jaune sur un soubassement en blocs de grès rose appareillés. Ils sont décorés de chaînes d'angle, pilastres, bandeaux, encadrements de baies et corniches en briques rouges et couverts de toits à longs pans et tuiles mécaniques. Les baies sont en arc segmentaire avec appuis saillants en grès. L'élévation sur rue, à dix travées d'ouvertures, porte la raison sociale de l'entreprise : ETABLISSEMENTS ALFRED BERTSCH S.à.R.L. PAPIERS PHOTOGRAPHIQUES INDUSTRIELS. Les baies centrales, au rez-de-chaussée, correspondent à l'usine originelle. Les autres résultent du rehaussement et de l’agrandissement des bâtiments. Le soutènement intérieur est assuré par des rangées de poteaux circulaires en fonte sur lesquels repose une poutrelle métallique profilée en I. L'un des deux monte-charges qui équipaient les bâtiments est toujours en place. A l'ouest, l'usine est flanquée d'une extension en rez-de-chaussée coiffée d'un toit en terrasse couvert de zinc et percé de lanterneaux vitrés. La cour d'usine, ménagée entre les bâtiments, est couverte d'un auvent en tôles ondulées ajouré de lanterneaux et renforcé de tirants métalliques.

La centrale thermique (B), édifiée en briques apparentes de couleur jaune sur un soubassement en appareil de grès rose, comporte un sous-sol partiel, un rez-de-chaussée de haut développement et un étage de comble auquel on accède au moyen d'un escalier métallique intérieur en colimaçon. Elle est couverte d'un toit à longs pans avec tuiles mécaniques et ornée de chaînes d'angle droites et d'une corniche à ressauts en briques. L'élévation antérieure est percée d'une grande porte en plein cintre encadrée de deux baies en arc segmentaire avec appuis saillants en grès. L'élévation orientale est rythmée par cinq travées de baies en arc segmentaire en partie basse et circulaires en partie haute.

L'écurie (C), en rez-de-chaussée avec étage de comble, est de plan rectangulaire. Édifiée en briques apparentes de couleur jaune, elle est couverte d'un toit à longs pans et tuiles mécaniques. L'élévation sur cour, ajourée de baies en arc segmentaire, est protégée par un auvent reposant sur une ossature métallique faite d'une sous-poutre profilée en I et d'un poteau circulaire en fonte. Le bâtiment des garages (D) est également de plan rectangulaire et bâti en briques apparentes de couleur jaune. Il comporte un rez-de-chaussée et un comble à surcroît sous un toit à longs pans et tuiles en écaille. Il est décoré de pilastres, chaînes d'angle et corniches en briques. Ajouré de baies rectangulaires, il est flanqué à l'ouest d'une extension moderne.

Le bâtiment des sanitaires (E), en rez-de-chaussée, est édifié en briques et couvert d'un toit à longs pans et tuiles mécaniques. La dépendance (F), de petite taille, est construite en pan-de-bois et maçonnerie enduite et couverte d'un toit à longs pans et tuiles mécaniques.

Le magasin industriel (G), en fond de parcelle, ne conserve qu'une partie de ses élévations en briques apparentes de couleur jaune, ornées de pilastres, chaînes d'angle et corniches en briques.

Précision dénomination usine de papier héliographique
Parties constituantes non étudiées bureau, magasin industriel, atelier de fabrication, cour, chaufferie, salle des machines, écurie, garage, magasin coopératif, maison
Dénominations usine à papier
Aire d'étude et canton Niederbronn-les-Bains
Adresse Commune : Gundershoffen
Adresse : Grand'Rue 56, 58
Cadastre : 1985 002 274, 275

C'est Alfred Bertsch qui fonda une entreprise de production de papier héliographique en 1880 ; l'usine fut construite en 1884 ; en 1900, il fit ajouter un étage ; en 1907, l'usine employait 22 personnes ; l'usine cessa toute fabrication en 1972.

Complément de l'enquête menée en 2018 :

En 1884, Alfred Bertsch entreprend la construction d'une usine dont il livre lui-même les plans. En 1900, l'usine est augmentée d'un étage et dotée d'une aile en retour d'équerre. En 1905, l'établissement est équipé de sept machines à préparer le papier et de trois machines à galater dont la fonction est de faire tremper le papier dans une préparation chimique afin de le rendre sensible au soleil. En 1907, l'effectif de l'entreprise s'élève à 22 personnes. Cette même année, l'usine est agrandie dans le respect du parti architectural d'origine, pour former le bâtiment principal qui adopte un plan en U. En 1911, une centrale thermique est édifiée à l'est du site pour abriter un nouveau moteur diesel et la dynamo qui y est associée.

A la veille de la Première Guerre mondiale, l'entreprise est florissante. Alfred Bertsch se retire dans le sud de la France en 1916. Son fils, Albert, reprend la direction de l'usine en 1920. Durant la Deuxième Guerre mondiale, l'usine est réquisitionnée par les Allemands, puis par les Américains. A la Libération, la production reprend sous la direction de René Bertsch, jusqu’à son décès en 1962. Sa veuve poursuit l'exploitation de l'usine jusqu'à sa fermeture définitive en 1972. Le fond de commerce est alors cédé à un repreneur qui récupère une partie des machines.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle , daté par source
Principale : 1er quart 20e siècle , daté par source
Dates 1884, daté par source
1900, daté par source
1907, daté par source
1911, daté par source
Auteur(s) Auteur : Bertsch Alfred,
Alfred Bertsch (1839 - 1920)

Il est originaire de Suisse et travaille avec la Belgique et la Rhénanie.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
auteur commanditaire, attribution par source

Les bâtiments de la production de papier pour le tirage de calques sont en brique de couleur jaune sur solin en grès rose, avec chaînes d'angles et pilastres en brique de couleur rouge ; les machines ont été vendues lors de la fermeture de l'usine ; le logis avec sous-sol à demi enterré comporte un étage carré et un étage de comble ; murs couverts d'enduit ; toits recouverts d'ardoise.

Complément de l'enquête menée en 2018 :

L'usine en bordure de parcelle comporte un sous-sol partiel, un rez-de-chaussée surélevé, un étage carré et un comble à surcroît. Les bâtiments sont édifiés en briques apparentes de couleur jaune sur un soubassement en blocs de grès rose appareillés et couverts de toits à longs pans et tuiles mécaniques. A l'ouest, l'usine est flanquée d'une extension en rez-de-chaussée coiffée d'un toit en terrasse couvert de zinc et percé de lanterneaux vitrés.

La centrale thermique, édifiée en briques apparentes de couleur jaune sur un soubassement en appareil de grès rose, comporte un sous-sol partiel, un rez-de-chaussée de haut développement et un étage de comble. Elle est couverte d'un toit à longs pans avec tuiles mécaniques. L'écurie, en rez-de-chaussée avec étage de comble, est de plan rectangulaire. Édifiée en briques apparentes de couleur jaune, elle est couverte d'un toit à longs pans et tuiles mécaniques. Le bâtiment des garages est également de plan rectangulaire et bâti en briques apparentes de couleur jaune. Il comporte un rez-de-chaussée et un comble à surcroît sous un toit à longs pans et tuiles en écaille.

Le bâtiment des sanitaires, en rez-de-chaussée, est édifié en briques et couvert d'un toit à longs pans et tuiles mécaniques. La dépendance, de petite taille, est construite en pan-de-bois et maçonnerie enduite et couverte d'un toit à longs pans et tuiles mécaniques. Le magasin industriel, en fond de parcelle, ne conserve qu'une partie de ses élévations en briques apparentes de couleur jaune.

Murs brique
grès
maçonnerie enduit
pan de bois
Toit tuile mécanique, tuile en écaille, zinc en couverture
Plans plan rectangulaire régulier, plan régulier en U
Étages sous-sol, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, étage de comble, comble à surcroît
Couvertures terrasse lanterneau
toit à longs pans
Énergies énergie thermique produite sur place moteur thermique à combustion interne
Typologies chaîne d'angle
Intérêt de l'œuvre à signaler

Références documentaires

Périodiques
  • LERCH, Dominique. La fabrique de papier héliographiques Bertsch de Gundershoffen. L'Outre-Forêt, 37, 1982, p. 40-46.

(c) Inventaire général - Poinsot Gilbert - Stadler Jean-Luc - Schwarz Frank
Frank Schwarz

Chercheur spécialisé en patrimoine industriel au Service de l'Inventaire de la Région Grand Est (site de Strasbourg).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.