Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Usine de feutre Jean Althoffer & Cie

Dossier IA68009558 réalisé en 2017

Fiche

La rédaction de ce dossier intervient dans le cadre d'une enquête thématique, menée en 2017 par Jérôme Raimbault et Frank Schwarz, visant à interroger la transformation du paysage des vallées vosgiennes du Haut-Rhin sous l’effet de l’industrialisation. La synthèse ci-dessous, qui précise l'historique de l'usine et sa description, donne ainsi lieu à une organisation spécifique des informations permettant de mettre en exergue divers aspects de la problématique retenue.

La campagne de prises de vues professionnelles est assurée par Christophe Hamm complétée des photographies de Jérôme Raimbault réalisées au cours de l'enquête de terrain et la cartographie du site par Abdessalem Rachedi. Pour l'identification des bâtiments, se reporter ainsi au plan de situation du site figurant dans les illustrations (IVR42_20196801001NUDA).

HISTORIQUE

Implantation originelle

L’usine de feutre Jean Althoffer & Cie est établie sur un pré, à l’est du noyau historique de la commune de Rimbach-Zell. Implantée sur la rive droite du Rimbach, au lieu-dit Bachmatten, elle est mise en mouvement par les eaux de la rivière au moyen d’un canal de dérivation qui suit le bas du versant septentrional de la vallée, sur près de 90 m et se poursuit par une conduite forcée souterraine de 250 m de long. Tout au long de son tracé dans le secteur du Bachmatten, le cours du Rimbach est bordé, de part et d’autre, de prés de fauche et de pâture et dominé au nord par le versant boisé de la montagne. L’usine est desservie par le chemin vicinal reliant Rimbach-près-Guebwiller à Soultz.

Développement du site

En 1907, les Ets Jean Althoffer & Cie transfèrent à Rimbach-Zell leur usine de feutre fondée en 1809 à Guebwiller par Michel Steinbrunner et son beau-frère Jean Althoffer pour produire des tissus d’ameublement en laine. Spécialisée par la suite dans les tissus techniques qui habillent des éléments de machines de filature, de tissage, d’apprêts et d’impression de tissus, l’entreprise s’est également orientée vers la fabrication de feutres pour papeterie, sous l’impulsion de Charles Althoffer (1838-1913). Cependant, son site de production de Guebwiller, situé le long du canal des moulins dans la ville haute, ne permet plus de disposer de l’eau pure et douce nécessaire à son activité, du fait de la pollution générée par les usines textiles implantées en amont.

Louis (1873-1941) et Charles (1878-1949) Althoffer font alors appel aux architectes guebwillerois Virgile (1845-1918) et Adolphe (1870-1944) Sautier pour leur construire une nouvelle usine. Celle-ci se compose d’un atelier de fabrication (A) en rez-de-chaussée couvert de sept travées de longs pans accolées, flanquées au sud d’une travée de plus grand développement qui accueille la chaufferie, la teinturerie et la salle de séchage, d’un bâtiment d’eau avec turbine (B), d’un magasin industriel (disparu), d’une écurie (G) et d’un logement d’ouvriers (étudié, IA68009559). En 1908, une usine relais est construite dans les Vosges, à Archettes, pour maintenir la clientèle française avec laquelle le commerce est de plus en plus entravé du fait de la frontière imposée par le Traité de Francfort et les droits de douane qui en découlent.

L’usine de Rimbach-Zell est fortement endommagée au cours de la Première Guerre mondiale du fait de sa proximité avec le front. Après le conflit, les bâtiments sont reconstruits et le matériel réinstallé notamment en prélevant des machines de l’usine d’Archettes qui est cédée en 1922. Cette même année, l'architecte Ch. Stemmel de Guebwiller livre les plans d'un nouveau hangar pour l’usine de Rimbach-Zell. Durant la Seconde Guerre mondiale, l’activité se poursuit après une période d’interruption avec notamment la production de couvertures imposée par les autorités allemandes. A partir de 1945, l’usine se consacre à nouveau pleinement à son activité de fabrication de tissus techniques. L’année suivante, Charles Althoffer prend sa retraite et son fils, Michel, lui succède. En 1947, le hangar servant de magasin de laine, situé à l’ouest de l’usine (disparu), est agrandi. Des bureaux (C) viennent également flanquer l’élévation occidentale de l’atelier de fabrication et une extension (D), son élévation méridionale. En 1954, l’effectif de l’usine s’élève à 48 ouvriers.

En 1965, les Ets Jean Althoffer & Cie se portent acquéreurs du tissage Bolcher, anciennement usine Latscha dite « die Schliff » (étudié, IA68009545), situé à 850 m en aval, pour accroître la surface de leurs ateliers. L’unité de filature y est déménagée et de nouveaux métiers automatiques sont installés dans les surfaces ainsi libérées au sein de l’usine de Rimbach-Zell. Dans les années 1970, la production s’oriente vers l’élaboration de médias filtrants qui équipent des incinérateurs de déchets ménagers. En 1988, Dominique Althoffer décide la construction d’une extension (E), au sud-est du site. Réalisée par l’architecte mulhousien Pierre-Yves Schoen, elle se présente sous la forme d’un hall de 644 m2 destiné à abriter un aiguilletage pour la fabrication de tissus filtrants et un traitement thermique sur tissus par bain d’huile et par infrarouge. En 1992, l’architecte Pierre-Yves Aubel de Bruyères (Vosges) livre les plans d’un nouveau hall d’entrée (F) qui vient flanquer les bureaux, sur l’élévation ouest de l’usine.

En 2000, la société Althoffer est rachetée par le groupe industriel italien Comital Saiag. Sa production se concentre sur cinq types de produits : les médias filtrants pour filtres de dépoussiérage et filtration liquide, les feutres aiguilletés et tissus techniques pour l’industrie, les tissus à haut module, support d’enduction et renforts de composites, les doubliers de décatissage et les feutres et textiles techniques pour machines de boulangerie.

Sources d’énergie

Au moment de sa construction, l’usine de feutre Jean Althoffer & Cie est mise en mouvement par l’énergie hydraulique au moyen d’une turbine installée dans un bâtiment d’eau (B) qui flanque l’élévation postérieure de l’atelier de fabrication.

DESCRIPTION

L’usine se compose de l’atelier de fabrication originel (A), flanqué à l’est du bâtiment d’eau (B), au sud de deux extensions successives (D, E) et à l’ouest de bureaux (C) et d’un hall d’entrée (F) et des anciennes écuries fortement remaniées (G).

L’atelier de fabrication originel (A), en rez-de-chaussée, est coiffé de huit travées de longs pans accolées, vitrées au nord-ouest et couvertes de tuiles mécaniques et de tôles nervurées. La travée la plus méridionale, de plus grand développement, accueillait initialement la chaufferie, la teinturerie et la salle de séchage. Édifié en maçonnerie enduite sur un soubassement en moellons de schiste à gros joints, il présente une élévation antérieure ajourée de baies géminées en arc segmentaire avec encadrements de briques et oculi cernés de briques dans les pignons. La chaufferie est percée de baies rectangulaires avec linteaux métalliques, jambages en briques et appuis saillants en grès. Le bâtiment est flanqué, dans son angle nord-ouest, d’une extension coiffée d’un toit en appentis couvert de tôles nervurées. Au sud-ouest, il est prolongé par une travée transversale en pan-de-bois et briques avec essentage de planches en partie supérieure, qui comporte un sous-sol et un rez-de-chaussée surélevé sous un toit à longs pans et tuiles mécaniques. Le soutènement intérieur de l’atelier de fabrication est assuré par six rangées de poteaux circulaires en fonte soutenant des sous-poutres faites de deux profilés métalliques en I.

Le bâtiment d’eau (B), qui abrite encore une turbine hydraulique au moment de l'enquête (accès non autorisé), est accolé à l’élévation nord-est de l’atelier originel. Bâti en maçonnerie enduite, il est couvert d’un toit en appentis et tuiles mécaniques. Les baies sont rectangulaires et encadrées de grès à l’est, en arc segmentaire avec encadrements de briques au nord.

Les bureaux en rez-de-chaussée (C), qui prolongent à l’ouest les trois travées septentrionales de l’atelier originel, sont bâtis en briques apparentes sur un soubassement en béton et couverts de trois travées de longs pans avec tuiles mécaniques. Les baies rectangulaires présentent des linteaux métalliques décorés de rosettes. Les élévations sont ornées d’une corniche en briques. Ces bureaux sont prolongés à l’ouest par un hall d’entrée en maçonnerie enduite à deux travées (F).

La première extension de l’atelier (D) se présente sous la forme d’une construction de plan rectangulaire comportant un rez-de-chaussée et un comble à surcroît, sous un toit à longs pans couvert de tôles nervurées qui intègre la cheminée tronconique en briques et cerclée de fer de l’ancienne chaufferie contiguë. Ce bâtiment est prolongé à l’arrière par une longue travée à longs pans et tôles nervurées. L’ensemble est élevé en maçonnerie enduite sur un soubassement en moellons et ajouré de baies rectangulaires avec linteaux et appuis en ciment, jambages en briques. L’extension récente (E), en pan-de-fer et maçonnerie enduite, comprend un étage de soubassement et un rez-de-chaussée sous un toit à longs pans couvert de tôles ondulées avec lanterneaux en partie centrale. L’élévation postérieure est habillée d’un bardage métallique.

Les anciennes écuries (G), transformées en magasin industriel, ont été fortement remaniées. Adoptant un plan rectangulaire, le bâtiment comporte un rez-de-chaussée et un comble à surcroît couverts d’un toit à longs pans en tuiles mécaniques. Édifié en maçonnerie enduite pour les murs-gouttereaux, en briques apparentes et essentage de planches pour les murs-pignons, il est prolongé au sud par une extension en charpente métallique sous un toit à longs pans en tôles nervurées.

En amont de l’usine, le tracé du canal d’amenée est encore visible. A 250 m au nord des bâtiments, son extrémité est occupée par une chambre d’eau maçonnée (H), précédée d’un bassin de retenue maçonné avec deux canaux de décharge dont les vannes sont toujours en place et débouchant sur une conduite forcée qui conduit au bâtiment d’eau (B).

Appellations Althoffer & Cie
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, cour, bief de dérivation, bâtiment d'eau, bureau, écurie, cheminée d'usine, chaufferie, magasin industriel
Dénominations usine de feutre
Aire d'étude et canton aire d'étude du département 68 - Soultz-Haut-Rhin
Hydrographies Rimbach (dérivation du)
Adresse Commune : Rimbachzell
Lieu-dit : Bachmatten
Adresse : 4 rue de Rimbach
Cadastre : 2019 01 460, 462, 494, 495

L’usine de feutre des Ets Jean Althoffer & Cie est édifiée en 1907 selon les plans des architectes guebwillerois Virgile et Adolphe Sautier. Elle est fortement endommagée au cours de la Première Guerre mondiale. Après le conflit, les bâtiments sont reconstruits. En 1922, l'architecte Ch. Stemmel de Guebwiller livre les plans d'un nouveau hangar pour l’usine.

En 1947, le hangar servant de magasin de laine, situé à l’ouest de l’usine (disparu), est agrandi. Des bureaux viennent également flanquer l’élévation occidentale de l’atelier de fabrication et une extension, son élévation méridionale. En 1988, on procède à la construction d’une nouvelle extension de l'usine, au sud-est du site, réalisée par l’architecte mulhousien Pierre-Yves Schoen. En 1992, l’architecte Pierre-Yves Aubel de Bruyères (Vosges) livre les plans d’un nouveau hall d’entrée qui vient flanquer les bureaux, sur l’élévation ouest de l’usine.

En 2000, la société Althoffer est rachetée par le groupe industriel italien Comital Saiag. L’activité se poursuit au moment de l’enquête d’inventaire.

Période(s) Principale : 1er quart 20e siècle , daté par source
Secondaire : 2e quart 20e siècle , daté par source
Secondaire : 4e quart 20e siècle , daté par source
Dates 1907, daté par source
1922, daté par source
1947, daté par source
1988, daté par source
1992, daté par source
Auteur(s) Auteur : Sautier V. et A. (architecte)
Auteur : Schoen Pierre-Yves,
Pierre-Yves Schoen

Architecte établi à Mulhouse (Haut-Rhin) et actif dans le dernier quart du 20e siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Aubel Pierre-Yves,
Pierre-Yves Aubel

Architecte établi à Bruyères (Vosges) et actif dans le dernier quart du 20e siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Stemmel Ch.,
Ch. Stemmel

Architecte, établi à Guebwiller (Haut-Rhin) et actif dans la première moitié du 20e siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

L’atelier de fabrication originel, en rez-de-chaussée, est coiffé de huit travées de longs pans accolées, vitrées au nord-ouest et couvertes de tuiles mécaniques et de tôles nervurées. Il est édifié en maçonnerie enduite sur un soubassement en moellons de schiste et flanqué, dans son angle nord-ouest, d’une extension coiffée d’un toit en appentis couvert de tôles nervurées. Au sud-ouest, il est prolongé par une travée transversale en pan-de-bois et briques avec essentage de planches en partie supérieure, qui comporte un sous-sol et un rez-de-chaussée surélevé sous un toit à longs pans et tuiles mécaniques.

Le bâtiment d’eau, bâti en maçonnerie enduite, est couvert d’un toit en appentis et tuiles mécaniques. Les bureaux en rez-de-chaussée sont exécutés en briques apparentes sur un soubassement en béton et couverts de trois travées de longs pans avec tuiles mécaniques.

La première extension de l’atelier, en maçonnerie enduite, comprend un rez-de-chaussée et un comble à surcroît sous un toit à longs pans couvert de tôles nervurées. L’extension récente, en pan-de-fer et maçonnerie enduite, comprend un étage de soubassement et un rez-de-chaussée sous un toit à longs pans couvert de tôles ondulées avec lanterneaux. Les anciennes écuries comportent un rez-de-chaussée et un comble à surcroît couverts d’un toit à longs pans en tuiles mécaniques. Édifié en maçonnerie enduite pour les murs-gouttereaux, en briques apparentes et essentage de planches pour les murs-pignons, il est prolongé au sud par une extension en charpente métallique sous un toit à longs pans en tôles nervurées.

Murs schiste maçonnerie enduit
brique pan de bois essentage de planches
béton pan de fer
Toit tuile mécanique, verre en couverture, tôle nervurée, tôle ondulée
Plans plan rectangulaire régulier
Étages sous-sol, en rez-de-chaussée, rez-de-chaussée surélevé, étage de soubassement, comble à surcroît
Couvertures toit à longs pans lanterneau
appentis massé
Énergies énergie hydraulique produite sur place turbine hydraulique
énergie thermique produite sur place
énergie électrique achetée
Statut de la propriété propriété d'une société privée

Références documentaires

Bibliographie
  • RISACHER, Bertrand. Les mutations successives d'un espace enclavé et déshérité : industrialisation et désindustrialisation dans la vallée du Rimbach du XVIIIe siècle à nos jours. Thèse de doctorat soutenue à l'Université de Haute Alsace, Mulhouse, 2010.

  • RISACHER, Bertrand. Althoffer & Compagnie à Rimbach-Zell. In Deux siècles d'Industrie Textile dans le Florival. Guebwiller, 2001, t. 1, p. 172-173.

(c) Région Grand-Est - Inventaire général - Schwarz Frank
Frank Schwarz

Chercheur spécialisé en patrimoine industriel au Service de l'Inventaire de la Région Grand Est (site de Strasbourg).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Raimbault Jérôme