Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 278 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Maisons d’industriels dites villas du Domaine Bourcart
    Maisons d’industriels dites villas du Domaine Bourcart Guebwiller - 160 à 160 D rue de la République - en ville - Cadastre : 2018 15 16,30,41 à 44, 46, 64, 126, 128, 130, 133, 150, 224 à 235
    Historique :
    La villa principale est édifiée vers 1815 par Jean-Henri Bourcart (1753-1820). Après son décès en 1820, son épouse demeure dans la maison familiale bientôt rejointe par son fils, Jean-Jacques Bourcart ), il leur construit des maisons plus petites, au sein de son domaine. Après le décès de Jean-Jacques Bourcart en 1855, la maison est occupée par l’un de ses fils, Henri Bourcart (1824-1902) et son épouse Emma mains de la famille Bourcart. Au moment de l'enquête et en dépit de leur transformation en appartements
    Représentations :
    l'extension de la villa principale : HEB – MDCCCLX pour Henri et Emma Bourcart - 1860.
    Description :
    – MDCCCLX pour Henri et Emma Bourcart - 1860. Édifiée en maçonnerie enduite, la maison comporte un sous-sol
    Auteur :
    [auteur commanditaire] Bourcart Jean-Henri [auteur commanditaire] Bourcart Henri
    Titre courant :
    Maisons d’industriels dites villas du Domaine Bourcart
    Appellations :
    Domaine Bourcart
    Texte libre :
    filature de coton (étudiée, IA68009504). En 1813, la fille cadette de Jean-Henri Bourcart épouse Daniel Schlumberger (1788-1840), le frère cadet de Nicolas. Jean-Henri Bourcart et son épouse prennent alors la sociale Nicolas Schlumberger et Compagnie. A leur arrivée à Guebwiller, vers 1815, Jean-Henri Bourcart et , anime l’élévation nord. Jean-Henri Bourcart décède en 1820. Son épouse demeure dans la maison familiale bientôt rejointe par son fils, Jean-Jacques Bourcart (1801-1855) qui s’y établit en 1822 à l’issue de sa formation professionnelle. Après la disparition de sa mère en 1835, Jean-Jacques Bourcart hérite de la petites. C’est pourquoi la villa édifiée vers 1815 par Jean-Henri Bourcart est appelée, dans la tradition familiale, « la grande maison ». Après le décès de Jean-Jacques Bourcart en 1855, la maison est occupée par ). HISTORIQUE Implantation originelle Le domaine Bourcart, ses quatre villas, ses dépendances et son parc, est des moulins qui traverse le domaine Bourcart de part en part avant de longer l’ensemble du rempart
    Illustration :
    Plan de situation du domaine Bourcart. IVR42_20186801022NUDA Élévation postérieure de la villa Bourcart environnée de son parc, en 1846. IVR42_20196800896NUC2A Vue d'ensemble de la villa Bourcart au sein de son parc, depuis le nord-est, vers 1850 Plan de situation de la partie occidentale du domaine Bourcart, en 1927. IVR42_20196800895NUC2A Élévation antérieure de la villa Bourcart, vers 1900. IVR42_20196800898NUC2A Vue d’ensemble de l’entrée du domaine Bourcart commandée par les deux pavillons de conciergerie (E
  • coupe commémorative, plat, du cinquantenaire du mariage de Jean Dollfus et de Anne Catherine Bourcart
    coupe commémorative, plat, du cinquantenaire du mariage de Jean Dollfus et de Anne Catherine Bourcart Mulhouse - place de la Réunion - en ville
    Historique :
    de Jean Dollfus et de Catherine Bourcart le 30 octobre 1872.
    Titre courant :
    coupe commémorative, plat, du cinquantenaire du mariage de Jean Dollfus et de Anne Catherine Bourcart
    Appellations :
    du cinquantenaire du mariage de Jean Dollfus et de Anne Catherine Bourcart
    Illustration :
    Coupe commémorative et plat commémorant le cinquantenaire du mariage de Jean Dollfus et de Anne -Catherine Bourcart. IVR42_19916800137X
  • Moulin Gilg, puis filature de coton Jean-Jacques Bourcart et Fils dite usines du Moulin et de l’Ermitage, puis filature de coton Bourcart Fils et Compagnie, puis Filatures et Tissages Bourcart, puis usine de construction mécanique Nicolas Schlumberger et Compagnie, actuellement NSC Groupe
    Moulin Gilg, puis filature de coton Jean-Jacques Bourcart et Fils dite usines du Moulin et de l’Ermitage, puis filature de coton Bourcart Fils et Compagnie, puis Filatures et Tissages Bourcart, puis usine de construction mécanique Nicolas Schlumberger et Compagnie, actuellement NSC Groupe Guebwiller - 240 rue de la République - en ville - Cadastre : 2018 06 130, 131, 257, 258 Commune de Buhl 2018 29 213, 218 Commune de Guebwiller 2018 15 65,66 Commune de Guebwiller
    Historique :
    En 1852, Jean-Jacques Bourcart (1801-1855) se sépare de son beau-frère Nicolas Schlumberger auquel trois chantiers sont conduits par les architectes guebwillerois Jean Finiels (1927-2002) et Georges
    Référence documentaire :
    Informations FTB. 1853 - 1953 Jean-Jacques Bourcart. Fondateur des FTB. Guebwiller, 1953. SCHWEITZER, Julien. Filatures et Tissages Bourcart. In Deux siècles d'Industrie Textile dans le
    Auteur :
    [auteur commanditaire] Bourcart Jean-Jacques [architecte] Finiels Jean
    Titre courant :
    Moulin Gilg, puis filature de coton Jean-Jacques Bourcart et Fils dite usines du Moulin et de l’Ermitage, puis filature de coton Bourcart Fils et Compagnie, puis Filatures et Tissages Bourcart, puis
    Appellations :
    Jean-Jacques Bourcart et Fils Bourcart Fils et Compagnie Filatures et Tissages Bourcart
    Texte libre :
    Lautenbach à Guebwiller qui le borde au sud. Développement du site Jean-Jacques Bourcart (1801-1855) est courrier daté du 30 juillet 1848, Jean-Jacques Bourcart indique qu’il est disposé à se retirer « à cède également à la société Jean-Jacques Bourcart et Fils, la propriété dite de l’Ermitage soit première cité ouvrière construite par la société Jean-Jacques Bourcart et Fils (étudiée, IA68009518). Cette qui encadraient l’entrée de l’usine. Sources d’énergie La filature Jean-Jacques Bourcart et Fils est Bourcart en 1852. Au sud-est, de l’autre côté du chemin vicinal reliant Lautenbach à Guebwiller, une vaste parcelle se partage entre forêt et terres cultivées. C’est au sein de cette emprise que Charles Bourcart depuis le décès de son père Jean-Henri en 1820. L’entreprise, florissante, se spécialise dans la filature de litiges et de procédures qui se soldent, en 1852, par la construction, au profit de Jean-Jacques Bourcart et de ses fils Henri (1824-1902) et Charles (1828-1909), d’une nouvelle filature de coton. Sa
    Illustration :
    Plan de situation de la filature des Ets Jean-Jacques Bourcart & Fils, en 1852 Plan de situation de la filature des Ets Jean-Jacques Bourcart & Fils, en 1857 Plan de situation de la filature des Ets Jean-Jacques Bourcart & Fils, en 1857 Plan de situation de la filature des Ets Jean-Jacques Bourcart & Fils, en 1865 Plan de la filature des Ets Jean-Jacques Bourcart & Fils, en 1913. IVR42_20196800627NUC2A Plan de la filature des Ets Jean-Jacques Bourcart & Fils, en 1924 IVR42_20196800628NUC2A Plan de la filature des Ets Jean-Jacques Bourcart & Fils, en 1930. IVR42_20196800630NUC2A Plan de la filature des Ets Jean-Jacques Bourcart & Fils, en 1942. IVR42_20196800631NUC2A Vue de la filature des Ets Jean-Jacques Bourcart & Fils, en 1853. IVR42_20196800623NUC2A Vue de la filature des Ets Jean-Jacques Bourcart & Fils, vers 1855. IVR42_20196800622NUC2A
  • Chapelle Saint-Jean-Baptiste
    Chapelle Saint-Jean-Baptiste Ensisheim - Saint-Jean - isolé
    Historique :
    porte donne la date et la dédicace : honneur à la très ste Vierge Marie à St Jean ; Ferdinand Habig
    Localisation :
    Ensisheim - Saint-Jean - isolé
    Titre courant :
    Chapelle Saint-Jean-Baptiste
    Vocables :
    Saint-Jean-Baptiste
    Illustration :
    Plan géométrique de la Cense de saint Jean située dans le ban d'Andolsheim. IVR42_19876802112X Plan géométrique de la Cense de saint Jean située dans le ban d'Andolsheim. IVR42_19876802113XA
  • Statue : saint Jean Népomucène
    Statue : saint Jean Népomucène Rixheim - rue de l' Eglise - en ville
    Historique :
    La statue était jadis située au centre du carrefour de la rue Saint-Jean à côté d'une chapelle vouée à saint Jean Népomucène ; en 1986 elle fut dressée rue de l'Eglise au sommet d'une fontaine sur
    Représentations :
    saint Jean Népomucène
    Titre courant :
    Statue : saint Jean Népomucène
    Illustration :
    Statue de saint Jean Népomucène:vue de face. IVR42_19926801327X
  • Statue : saint Jean Népomucène
    Statue : saint Jean Népomucène Oberhergheim - pont de l' Ill - en village
    Représentations :
    figure (saint Jean Népomucène)Saint debout en habit de chanoine tenant un crucifix et la palme des
    Titre courant :
    Statue : saint Jean Népomucène
  • Cité ouvrière dite Cité Florival
    Cité ouvrière dite Cité Florival Guebwiller - - 178 à 247 rue de la République 1 à 53 rue d' Angreth 2 à 36 rue Jean-Jaurès - en ville - Cadastre : 2018 15 4, 5, 7, 32 à 34, 37 à 40, 62, 63, 67 à 75, 97 à 114 2018 28 1 à 7, 9 à 39, 118, 119, 148 à 150, 176 à 179, 189 à 192
    Historique :
    premières constructions, initiées par Jean-Jacques Bourcart et ses fils, sont édifiées sur une parcelle de distance, sur la porte ouest de la ville. Développement du site En 1853, Jean-Jacques Bourcart (1801-1855 ville, dans le prolongement des constructions réalisées par Jean-Jacques Bourcart et ses fils. Cette emprise que Charles Bourcart (1828-1909) établit, à partir de 1861, sa résidence connue sous le nom de groupées en deux bâtiments sont édifiées (A et B). MM. Bourcart sollicitent une subvention de l’État pour sont Ferdinand Frey, Jean Schlumberger-Dollfus, Albert de Bary, Nicolas Schlumberger-Hartmann et Charles Bourcart. L’objet de cette société, précisé dans ses statuts, est la « construction à Guebwiller dernière forme avec les logements ouvriers de la famille Bourcart la Cité Florival. En 1861, la Société des année, la famille Bourcart fait construire huit nouveaux logements accolés en rez-de-chaussée (G) et vraisemblablement la maison destinée aux contremaîtres (K). En outre, les Bourcart ont établi au sein de leur cité
    Description :
    famille Bourcart et celles que l’on doit à la Société des cités ouvrières de Guebwiller. Pour (IVR42_20186801026NUDA). La cité ouvrière Bourcart se compose de quatre immeubles comportant chacun huit logements la rue Jean-Jaurès, afin de pouvoir accéder au sous-sol, desservi par des escaliers extérieurs
    Auteur :
    [auteur commanditaire] Bourcart Jean-Jacques [auteur commanditaire] Bourcart Henri [auteur commanditaire] Bourcart Charles
    Localisation :
    Guebwiller - - 178 à 247 rue de la République 1 à 53 rue d' Angreth 2 à 36 rue Jean-Jaurès - en
    Illustration :
    Vue de la cité ouvrière des Ets Jean-Jacques Bourcart & Fils, vers 1855. IVR42_20196800621NUC2A
  • Temple de calvinistes Saint-Jean
    Temple de calvinistes Saint-Jean Mulhouse - rue de la Synagogue - en ville - Cadastre : 1905 A O 32
    Historique :
    aux catholiques et la ville fit construire un temple par Jean Charles Dufau architecte voyer de la ville de 1831 à 1836 ; en 1856 l'architecte Jean-Baptiste Schacre réalisé le projet d'agrandissement du
    Auteur :
    [architecte voyer] Dufau Jean-Charles [architecte] Schacre Jean-Baptiste
    Titre courant :
    Temple de calvinistes Saint-Jean
    Vocables :
    Saint-Jean
    Illustration :
    Vue ancienne du temple calviniste Saint Jean. IVR42_19776820456P
  • Eglise paroissiale Saint-Jean-l'Evangéliste
    Eglise paroissiale Saint-Jean-l'Evangéliste Ballersdorf - rue André-Malraux - en village - Cadastre : 1891 02
    Titre courant :
    Eglise paroissiale Saint-Jean-l'Evangéliste
    Vocables :
    Saint-Jean-l'Evangéliste
  • Eglise Saint-Jean-Baptiste, Temple
    Eglise Saint-Jean-Baptiste, Temple Heiligenstein - rue Principale - en village - Cadastre : 1965 2 60
    Titre courant :
    Eglise Saint-Jean-Baptiste, Temple
    Vocables :
    Saint-Jean-Baptiste
  • Verrières (2) : saint Jean l'Evangéliste, sainte Madeleine
    Verrières (2) : saint Jean l'Evangéliste, sainte Madeleine Krautergersheim - Grand Rue - en village
    Représentations :
    figures bibliques (saint Jean l'Evangéliste, sainte Madeleine)
    Titre courant :
    Verrières (2) : saint Jean l'Evangéliste, sainte Madeleine
    Illustration :
    Saint Jean. IVR42_19806702010X
  • Monument funéraire de Jean-Baptiste Missel
    Monument funéraire de Jean-Baptiste Missel Bergholtz - en village
    Inscriptions & marques :
    épitaphe du PRETRE JEAN ; BAPTISTE MISSEL, MORT EN 1869 ; MONUMENT EXECUTE PAR BARTA A ROUFFACH
    Représentations :
    Jean, La Croix, Les instruments de la Passion)
    Titre courant :
    Monument funéraire de Jean-Baptiste Missel
    Appellations :
    De Jean-Baptiste Missel
  • Tombeau No 13, de Jean Joseph Lang
    Tombeau No 13, de Jean Joseph Lang Sélestat - rue du Cimetière
    Historique :
    Tombeau de Jean Joseph Lang, décédé en 1868 ; il était curé de l'église Sainte-Foy à Sélestat puis
    Titre courant :
    Tombeau No 13, de Jean Joseph Lang
    Appellations :
    de Jean Joseph Lang
    Illustration :
    Tombeau de Jean-Joseph Lang, curé de Sainte-Foy et de Saint-Georges, décédé en 1868 Tombeau de Jean-Joseph Lang, curé de Sainte-Foy et de Saint-Georges, décédé en 1868
  • Tableau : portrait de Jean-Louis Stoltz
    Tableau : portrait de Jean-Louis Stoltz Andlau - cour de l' Abbaye - en ville
    Historique :
    Portrait de Jean-Louis Stoltz né en 1777, mort en 1869, officier de santé et ampélographe réputé
    Représentations :
    portrait (Stoltz Jean-Louis : assis, en médaillon, raisin, livre) ; ornementation (ruban)
    Titre courant :
    Tableau : portrait de Jean-Louis Stoltz
    Illustration :
    Tableau : portrait de Jean-Louis Stoltz (1777-1869) officier de santé des armées de la République
  • Maison d’industriel dite Villa du Bois Fleuri
    Maison d’industriel dite Villa du Bois Fleuri Guebwiller - 251 rue de la République - en ville - Cadastre : 2018 27 130
    Historique :
    En 1859, Charles Bourcart se porte acquéreur d'un terrain paysager agrémenté d'une maison et d'une ). En 1891, la villa est la proie d’un incendie. Charles Bourcart fait reconstruire l’édifice en Charles Bourcart en 1909, la propriété passe aux mains de son fils Daniel. Au lendemain de la Première l’architecte Jean Chomel (1919-2007), une extension sur deux niveaux abritant la cantine de l'usine située à
    Représentations :
    Le blason de la famille Bourcart orne l'élévation nord de la villa. Il se compose d'un médaillon
    Description :
    armes de la famille Bourcart. La villa est prolongée par la cantine édifiée par la Société NSC
    Auteur :
    [auteur commanditaire] Bourcart Charles [architecte] Chomel Jean
    Texte libre :
    en 1813 et, à partir de 1852, la filature Jean-Jacques Bourcart et Fils (étudiée, IA68009508) érigée Charles Bourcart qui dirige avec son père Jean-Jacques (1801-1855) et son frère Henri (1824-1902) la , la famille Bourcart a fait construire un ensemble de quatre maisons ouvrières qui constituent les construction de la villa de Charles Bourcart (1828-1909), d’un projet d’extension porté conjointement par la Société des cités ouvrières de Guebwiller et par la famille Bourcart. Il est réalisé entre 1861 et 1862 construire une boutique au nord-est de la demeure. Une aquarelle de Charles Bourcart, insérée dans l'album proie d’un incendie. Les étages de comble et la toiture sont intégralement détruits. Charles Bourcart agrandies. Après le décès de Charles Bourcart en 1909, la propriété passe aux mains de son fils Daniel. Au villa et selon les plans de l’architecte Jean Chomel (1919-2007), une extension sur deux niveaux saillie, ajourée de grandes baies jumelées et décorée d’un blason aux armes de la famille Bourcart
    Illustration :
    La villa de Charles Bourcart en mars 1892, après sa reconstruction, depuis le sud-est La villa de Charles Bourcart en mars 1892, après sa reconstruction, depuis le sud-ouest La villa de Charles Bourcart en mars 1892, après sa reconstruction, depuis le nord-ouest La villa de Charles Bourcart en mars 1892, après sa reconstruction. IVR42_20086800135NUC2A La villa de Charles Bourcart en mars 1892, après sa reconstruction, depuis l'est Vue de détail du blason de la famille Bourcart qui orne l'élévation nord de la villa
  • dessin : couple assis : Cosette et Jean Valjean
    dessin : couple assis : Cosette et Jean Valjean Mulhouse - 4 place Guillaume Tell - en ville
    Représentations :
    figures (couple : assis, Cosette, Jean Valjean) §
    Titre courant :
    dessin : couple assis : Cosette et Jean Valjean
  • Forge, puis tissage et filature Jean Kiener, puis Filatures & Tissages Jean Kiener Fils, puis caserne
    Forge, puis tissage et filature Jean Kiener, puis Filatures & Tissages Jean Kiener Fils, puis caserne Wintzenheim - La Forge - 8 rue Principale - en écart - Cadastre : 1985 77
    Historique :
    Taillanderie créé en 1840 par Jean Bicking de Munster à un endroit situé entre Wintzenheim et 1847 l'usine est louée à Jean Kiener de Gunsbach qui y installe un tissage mécanique de coton et une bureaux. Complément de l'enquête menée en 2017 : En 1838, le taillandier munstérien Jean Bicking s’associe 1847, le manufacturier Jean Kiener prend à bail la forge puis acquiert le site en 1854. Il y fait bâtir
    Auteur :
    [auteur commanditaire] Kiener Jean [auteur commanditaire] Kiener Jean
    Titre courant :
    Forge, puis tissage et filature Jean Kiener, puis Filatures & Tissages Jean Kiener Fils, puis
    Appellations :
    Filatures & Tissages Jean Kiener
    Texte libre :
    1838, le taillandier munstérien Jean Bicking s’associe à Martin Bresch, qui exploite une ferme à cinq foyers de maréchalerie, d’un gros marteau et de quatre martinets. En 1847, Jean Kiener (1794-1875 alors à 600 quintaux de pièces diverses. Implantation originelle La forge fondée par Jean Bicking est ° 12 de Colmar à Munster qui délimite son emprise, au sud. Développement du site En 1854, Jean Kiener (étudiée, IA68003773). Jean Kiener fils (1838-1895) et son frère Alphonse prennent la succession de leur père dans la conduite de l’établissement, après le décès de ce dernier en 1875. Féru d’agronomie, Jean Jean Kiener Fils comme les autres usines du groupe, l’établissement est durement touché par la crise
    Illustration :
    Vue d'ensemble depuis le sud-ouest de l'un des bâtiments agricoles édifiés sur le site par Jean Vue d'ensemble depuis le nord-ouest de l'un des bâtiments agricoles édifiés sur le site par Jean
  • Tissage Jean-Jacques Ziegler, puis usine de passementerie Hildebrand & Stocker, puis filature Hildebrand & Stocker, puis F. Spinnler & Cie, puis usine de passementerie Baumann aîné & Cie, puis usine de produit textile non tissé Thermolite
    Tissage Jean-Jacques Ziegler, puis usine de passementerie Hildebrand & Stocker, puis filature Hildebrand & Stocker, puis F. Spinnler & Cie, puis usine de passementerie Baumann aîné & Cie, puis usine de produit textile non tissé Thermolite Soultz-Haut-Rhin - 4, 6 rue Jean-Jaurès 1 rue du Château-Fort - en ville - Cadastre : 2018 1 149, 268, 269
    Historique :
    En 1830, Jean-Jacques Ziegler (1770-1847), fonde un tissage au sein de l’enclos de la commanderie d’hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem. En 1856, cet établissement échoit à Bernard Hildebrand qui s’associe à
    Auteur :
    [auteur commanditaire] Ziegler Jean-Jacques
    Localisation :
    Soultz-Haut-Rhin - 4, 6 rue Jean-Jaurès 1 rue du Château-Fort - en ville - Cadastre : 2018 1 149
    Titre courant :
    Tissage Jean-Jacques Ziegler, puis usine de passementerie Hildebrand & Stocker, puis filature
    Appellations :
    Jean-Jacques Ziegler
    Texte libre :
    (IVR42_20196801005NUDA). HISTORIQUE Implantation originelle Le tissage Jean-Jacques Ziegler est édifié au sein de l’enclos de la commanderie d’hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem (étudié, IA00111947), situé dans sur la Grande-Rue, actuelle rue Jean-Jaurès. Ils sont bordés, au nord et à l’ouest de vastes jardins qui se déploient au pied des fortifications. Développement du site En 1830, Jean-Jacques Ziegler d’hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem qui comporte un rez-de-chaussée et un étage occupés par les ateliers de tissage ainsi qu’un niveau de comble qui abrite le bobinage. Après son retrait des affaires en 1836, Jean quelques années auparavant, la Maison Kageneck, l’ancienne résidence de Jean-Jacques Ziegler, est démolie . La société Thermolite quitte le site en 1963 pour s’établir dans l’ancien tissage Bourcart situé et d’employés (C) au sud-ouest et les anciens bureaux (B), édifiés le long de la rue Jean-Jaurès
    Illustration :
    -Jean-de-Jérusalem ayant servi de hangar, puis d'écuries et enfin de logement d'ouvriers Saint-Jean-de-Jérusalem ayant servi de hangar, puis d'écuries et enfin de logement d'ouvriers
  • Calvaire édicule : Christ en croix, Vierge, saint Jean
    Calvaire édicule : Christ en croix, Vierge, saint Jean Oberhergheim - rue Principale - en village
    Inscriptions & marques :
    inscription : effacée sur le fût de saint Jean inscription pieuse sur le socle de la Croix
    Représentations :
    figures bibliques (Christ, croix, I.N.R.I.)£ (Vierge)£ (saint Jean) ; paysage (Golgotha)Vierge et saint Jean debout, en prière.
    Titre courant :
    Calvaire édicule : Christ en croix, Vierge, saint Jean
    Illustration :
    Vue de saint Jean l'Evangéliste. IVR42_19876800785X
  • Tableau : rencontre du Christ et de saint Jean-Baptiste
    Tableau : rencontre du Christ et de saint Jean-Baptiste Lingolsheim - rue du Maréchal Foch - en ville
    Inscriptions & marques :
    inscription : ECCE AGNUS DEI sur le gonfanon de saint Jean-Baptiste
    Représentations :
    scène biblique (Christ, saint Jean-Baptiste, rencontre) ; fond de paysage (ville)
    Titre courant :
    Tableau : rencontre du Christ et de saint Jean-Baptiste
1 2 3 4 14 Suivant