Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 165 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Machine à concasser : concasseur giratoire
    Machine à concasser : concasseur giratoire Saint-Nabor - 15 rue des Carrières - en écart
    Inscriptions & marques :
    Entreprises Industrielles 9, rue Boissy D'Anglas Paris Inscription concernant le fabricant : Kennedy Gearless Crusher No 10 Made in France by Cie des
    Historique :
    carrière décidée au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale. Réalisé par la Compagnie des Entreprises Industrielles de Paris, son débit normal s'élevait à 400 tonnes par heure. Utilisé jusqu'à la cessation d'activité de la société des Carrières de Saint-Nabor en 2002, il est toujours présent sur le site.
    Auteur :
    [usine] Compagnie des Entreprises Industrielles
    Localisation :
    Saint-Nabor - 15 rue des Carrières - en écart
    Illustration :
    Partie supérieure du concasseur et aire de réception des blocs à traiter. IVR42_20066700563NUC2A
  • Usine de matériel d'équipement Quiri et Compagnie, anciennement Malterie Goetz, puis Malterie Ethel
    Usine de matériel d'équipement Quiri et Compagnie, anciennement Malterie Goetz, puis Malterie Ethel Schiltigheim - quartier du centre ville - 44, 46 route de Bischwiller - en ville - Cadastre : 1808 E 1912 25 1990 25
    Historique :
    dans l'installation des brasseries, puis de machines frigorifiques à partir de 1885. L'entreprise une usine de construction mécanique derrière la malterie en 1868. L'ensemble industriel fut presque impulsion à l'entreprise qui acquit une réputation européenne dans le domaine du froid. Certains bâtiments 1900, tandis que le bâtiment administratif fut érigé en 1966. L'entreprise a vendu en 1991 le secteur avenir proche, l'entreprise déménagera sur son autre site de Duttlenheim (67). En 2009 subsistent à malterie Ethel jusqu'en 1968), le hall industriel de 1922 (ingénieur-constructeur Stoll et Cie à Bischheim ), actuellement chaudronnerie, et à l'Est le hall de montage des machines frigorifiques Quiri des années 1900, un
    Observation :
    Ce site industriel illustre le développement d'activités autour de l'industrie brassicole. Les bâtiments de l'ancienne malterie Goetz sont d'un modèle plus ancien que celui des autres malteries qui sont (vers 1900) montrent le changement d'activité avec la production d'équipement industriel pour le froid
    Précision dénomination :
    site industriel
    Dénominations :
    usine de matériel d'équipement industriel
    Description :
    d'origine rue des Chasseurs ancien hall de montage maçonné de briques à un étage avec pignon Est rue des 1943), atelier de maintenance maçonné avec lanterneau vitré à deux pans. Des deux côtés 3 bâtiments
    Titre courant :
    Usine de matériel d'équipement Quiri et Compagnie, anciennement Malterie Goetz, puis Malterie Ethel
    Appellations :
    Société des Usines Quiri et Compagnie
    Illustration :
    Vue d'ensemble du site industriel vers l'ouest avec ancien atelier de menuiserie et magasin Vue d'ensemble du site industriel vers le sud-ouest avec chaudronnerie, anciennes forge et malterie Vue d'ensemble du site industriel vers l'Est avec anciens bureaux, réfectoire, atelier de Vue d'ensemble du site industriel vers l'Est avec anciens bureaux, réfectoire, atelier de Vue d'ensemble du site industriel vers l'ouest avec ancien réfectoire vitré à gauche et anciens Vue d'ensemble du site industriel vers l'ouest avec ancien atelier de menuiserie (magasin Vue d'ensemble du site industriel vers l'ouest avec ancien atelier de menuiserie (magasin Vue d'ensemble du site industriel vers l'Est depuis les étages du bâtiment administratif Vue d'ensemble intérieure vers l'ouest du hall industriel Stoll et Cie construit en 1922 (atelier Vue d'ensemble rapprochée du site industriel vers l'Est depuis les étages du bâtiment administratif
  • Entrepôt industriel dit Manufacture des tabacs de Colmar, puis caserne dite Jäger-Kaserne puis maison des associations et théâtre
    Entrepôt industriel dit Manufacture des tabacs de Colmar, puis caserne dite Jäger-Kaserne puis maison des associations et théâtre Colmar - 6 route d' Ingersheim - en ville - Cadastre : 2019 VM 10
    Historique :
    salle d’expertise et un magasin provisoire sont installés dans l’ancien couvent des dominicaines la ville sur la rue des Vosges, l’actuelle route d’Ingersheim, est acquise à cette fin. Cet -1885) qui dirige le service central des constructions de l’administration des Tabacs. Les plans du magasin servant à l’entreposage et au séchage des tabacs en feuilles sont établis par deux architectes (1805-1865), l’architecte de la Manufacture des tabacs de Strasbourg (étudiée, IA67012107). Inauguré en d’y installer une maison des associations et un centre de création artistique. Le théâtre de la
    Parties constituantes non étudiées :
    entrepôt industriel bâtiment administratif d'entreprise
    Référence documentaire :
    JUNG, Pia. La manufacture des tabacs de Colmar. Monuments historiques, 1990, 171, p. 79-80.
    Dénominations :
    entrepôt industriel
    Description :
    des ponts de service aux étages. A l'est du site se déploie un entrepôt industriel de réalisation plus Le magasin des tabacs comporte un pavillon d’administration sur la rue devant une cour formée par trois bâtiments d’emmagasinage des tabacs. Les bâtiments sont isolés les uns des autres mais reliés par et encadrements des baies en grès, couverture en ardoises. Le pavillon d’administration comporte un de faux-mâchicoulis et d’échauguettes aux angles. L'entrepôt industriel, de conception plus récente
    Titre courant :
    Entrepôt industriel dit Manufacture des tabacs de Colmar, puis caserne dite Jäger-Kaserne puis maison des associations et théâtre
    Appellations :
    Manufacture des tabacs de Colmar
    Texte libre :
    , chercheur à la Direction générale des patrimoines du Ministère de la Culture à l'occasion de la publication , en 2017, de l'ouvrage : La Manufacture des tabacs de Strasbourg et les patrimoines du tabac en Alsace . La rédaction du dossier est assurée par Frank Schwarz à partir des notes de Paul Smith et la campagne
    Illustration :
    Plan de la ville de Colmar et de ses environs où figure le magasin des tabacs en feuilles (n° 30 Détail du plan de la ville de Colmar et de ses environs où figure le magasin des tabacs en feuilles Vue, depuis le sud, de la cour intérieure du magasin des tabacs, vers 1970. IVR42_20196801263NUC2A Élévation antérieure de l'aile nord du magasin des tabacs, vers 1970. IVR42_20196801266NUC2A Vue de détail de l'édicule qui surplombe l'aile nord du magasin des tabacs. IVR42_20196801265NUC2A Vue de détail de la clé de la porte d'entrée de l'aile occidentale du magasin des tabacs, avec la Vue des ailes nord et est du magasin des tabacs, depuis le sud-ouest. IVR42_20176800016NUCA Vue des ailes nord et est du magasin des tabacs, depuis le sud. IVR42_20176800013NUCA Vue du pavillon d'administration et de l'aile occidentale du magasin des tabacs, depuis l'est Élévation sur cour de l'aile orientale du magasin des tabacs. IVR42_20176800014NUCA
  • Hangar industriel de stockage de sel brut du puits Rodolphe 1 et 2
    Hangar industriel de stockage de sel brut du puits Rodolphe 1 et 2 Pulversheim - sans toponyme - C.D. 430b - en écart - Cadastre : 2002 28 113 2002 9 92
    Historique :
    : IA68000841) a été construit en 1929 par l'entreprise Zublin-Perrière et l'entreprise locale Gross, à la magasin industriel accolé, dit "" magasin à sacs "", daterait de 1938 (agrandi en 1943). Après l'arrêt du
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale patrimoine industriel : installations minières du Haut-Rhin
    Observation :
    Les hangars à sel brut ou à chlorure constituent l'une des grandes originalités du bassin hangars industriels de Rodolphe 1 et 2 sont considérés comme initiateurs d'un type constructif qui s'est
    Dénominations :
    hangar industriel
    Description :
    sud, est du magasin industriel pour le stockage des sacs en appentis et d'une tour abritant des . Les portes sont en bois ainsi que les châssis des baies d'éclairement. Le pignon nord ouest est
    Titre courant :
    Hangar industriel de stockage de sel brut du puits Rodolphe 1 et 2
    États conservations :
    établissement industriel désaffecté
  • Hangar industriel de stockage de chlorure du puits Rodolphe 1 et 2
    Hangar industriel de stockage de chlorure du puits Rodolphe 1 et 2 Pulversheim - sans toponyme - C.D. 430b - en écart - Cadastre : 2002 28 55 2002 9 111
    Historique :
    : IA68000840) a été construit en 1929 par l'entreprise Zublin-Perrière et l'entreprise locale Gross, à la à devenir un conservatoire technique rassemblant des machines minières.
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale patrimoine industriel : installations minières du Haut-Rhin
    Observation :
    Le hangar à chlorure, comme le hangar à sel brut voisin, constitue l'une des grandes originalités industrie extractive française n'a nécessité la construction de tels bâtiments. Les hangars industriels de
    Dénominations :
    hangar industriel
    Description :
    (étudié : IA68000840), mais présente des dimensions supérieures (8,50 m de hauteur pour 140 m de longueur et 25 m de largeur). Il communique avec le bâtiment des mélanges et jouxte le hangar à . Les portes sont en bois et les châssis des baies d'éclairement en béton. Le pignon nord ouest est
    Titre courant :
    Hangar industriel de stockage de chlorure du puits Rodolphe 1 et 2
    États conservations :
    établissement industriel désaffecté
  • Usine de traitement des corps gras dite Fondoirs Gachot et Compagnie
    Usine de traitement des corps gras dite Fondoirs Gachot et Compagnie Strasbourg - Meinau - 17 rue Lafayette - en ville - Cadastre : 1981 ER/31.N 147/62, 194/62
    Historique :
    aujourd'hui disparu, n'ayant pas survécu à la nouvelle législation restreignant l'emploi des farines animales
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale patrimoine industriel
    Parties constituantes non étudiées :
    magasin industriel
    Dénominations :
    usine de traitement des corps gras
    Description :
    Comme toutes les usines établies dans la zone industrielle de la Plaine des Bouchers, les Fondoirs utilisée comme magasin industriel. Elle avait 1 étage carré et une toiture à deux pans de tuiles. Les
    Titre courant :
    Usine de traitement des corps gras dite Fondoirs Gachot et Compagnie
    Appellations :
    fondoirs Gachot et Compagnie
  • Usine de matériel d’équipement industriel BUMIX, puis Metallux, puis usine de transformation des métaux Martel Catala & Cie, puis Alsafil, puis Le Bronze Alloys
    Usine de matériel d’équipement industriel BUMIX, puis Metallux, puis usine de transformation des métaux Martel Catala & Cie, puis Alsafil, puis Le Bronze Alloys Sélestat - 21 Vieux-Chemin de Bergheim - en ville - Cadastre : 2018 53 01 78
    Historique :
    BUMIX spécialisée dans la construction de lampes industrielles, une demande de permis de construire pour exploité par la société Metallux qui produit des lampes électriques de marque LUXI. En 1966, il est acquis partie des bâtiments existants. Ne sont conservées partiellement que les constructions exécutées en 1950 industriel. Une nouvelle extension du site est menée en 1974, prolongeant vers l’ouest la fonderie et les développement des fils en polymères plastiques. L’année suivante, Alsafil, qui emploie 69 salariés, est cédée à la firme Les câbles de Lyon, filiale de la Compagnie générale d’Électricité. Cette dernière produit des câbles pour Électricité de France mais aussi des caténaires, des fils téléphoniques, des câbles Industriel avec un effectif de 33 personnes. L’usine est actuellement exploitée sous la raison sociale Le
    Parties constituantes non étudiées :
    magasin industriel
    Dénominations :
    usine de matériel d'équipement industriel usine de transformation des métaux
    Description :
    ) réalisée en 1974 et au sud d’un magasin industriel (F). La cour d’usine, qui borde les bâtiments à l’est des bâtiments, se reporter au plan de situation du site figurant dans les illustrations . Son angle nord-est est occupé par des transformateurs électriques. La travée qui accueille la fonderie façade. Au sud, la fonderie est prolongée par un magasin industriel (F) en maçonnerie enduite avec
    Titre courant :
    Usine de matériel d’équipement industriel BUMIX, puis Metallux, puis usine de transformation des
    Texte libre :
    cessation d'activité et à la mise en vente du site, de l'usine Martel Catala & Cie qui fabriquait des toiles s'est révélée nécessaire pour saisir le fonctionnement global des Ets Martel Catala & Cie. Cette
    Illustration :
    Vue d'ensemble des ateliers de laminage, de tréfilage et de fonderie, depuis le nord-est
  • Maison d'industriel
    Maison d'industriel Mulhouse - 9, 11 rue des Tanneurs - en ville - Cadastre : 1905 A K 130, 51
    Genre :
    d'industriel
    Historique :
    Maison construite pour un industriel Jelensperger et Kohler qui fonde un tissage de coton vers 1768 , avec ateliers à l'arrière de la maison ; en 1777 la maison appartient à Huguenin, Mantz et compagnie , puis en 1806 Thierry Mieg se sépare de son associé et vient habiter la maison rue des Tanneurs jusqu'en
    Localisation :
    Mulhouse - 9, 11 rue des Tanneurs - en ville - Cadastre : 1905 A K 130, 51
    Titre courant :
    Maison d'industriel
  • Usine de matériel d’équipement industriel Martel Catala & Cie, puis Albany International France
    Usine de matériel d’équipement industriel Martel Catala & Cie, puis Albany International France Sélestat - 1-3 route de Strasbourg - en ville - Cadastre : 2018 01 18, 19
    Historique :
    , à l’emplacement actuel des bureaux (R). En 1958, un magasin industriel doublé d’un atelier de sont également aménagés sur place. Au cours des années 1920, le site connaît plusieurs campagnes d’agrandissement dont les travaux sont confiés à l’entreprise de travaux publics Killy Frères de Sélestat. En 1922 nord. Enfin, en 1928, le hangar industriel (disparu) qui ferme le site au sud-ouest voit sa surface production, appelé tissage est (I). En 1963, un entrepôt industriel (O) vient flanquer la fonderie, au nord . L’année suivante, les ateliers de fabrication à sheds sont à nouveau étendus (d2) et prolongés par des bureaux (F). Une nouvelle extension (b2) des ateliers, en 1967, nécessite la démolition de la partie (T), pour produire des toiles plastiques. Le projet est dû aux architectes colmariens André et Claude Patrick Cognacq, livrent les plans d’un bâtiment qui accueille la menuiserie, la caisserie et des bureaux industriel (Q). En 2001, le site change de nom et devient Albany International France mais les effectifs ne
    Parties constituantes non étudiées :
    magasin industriel entrepôt industriel bâtiment administratif d'entreprise
    Référence documentaire :
    HOECHSTETTER, Jean-Jacques. 1898 : Martel-Catala, trente ans déjà. Une entreprise industrielle industrielle sélestadienne à l'apogée de sa première phase d'expansion. Annuaire des Amis de la Bibliothèque KUBLER, Maurice. Deux établissements industriels américains à Sélestat. Annuaire des Amis de la sélestadienne dans la force de l'âge. Annuaire des Amis de la Bibliothèque Humaniste de Sélestat, 66, 2016, p HOECHSTETTER, Jean-Jacques. Martel-Catala à la veille du premier conflit mondial : une entreprise WALTER, Pierre. Martel-Catala au début du XXe siècle. Annuaire des Amis de la Bibliothèque WALTER, Pierre. L'Entreprise Martel Catala et Cie. Témoignage d'un ancien tisserand.... Annuaire des Amis de la Bibliothèque Humaniste de Sélestat, 66, 2016, p. 122-128. WALTER, Pierre. L'Histoire du Tissage Est. Annuaire des Amis de la Bibliothèque Humaniste de JOSEPH, Jean-Marie. Les toiles métalliques à Sélestat. Annuaire des Amis de la Bibliothèque
    Dénominations :
    usine de matériel d'équipement industriel
    Description :
    ) avec ossature en béton armé et toit en terrasse et prolongés au nord-ouest par des bâtiments de bureaux ), deux magasins industriels (L et J), la tréfilerie (M), la fonderie (N) et un entrepôt industriel (O ). Ces bâtiments accolés les uns aux autres sont bordés à l’ouest et au nord par un entrepôt industriel
    Titre courant :
    Usine de matériel d’équipement industriel Martel Catala & Cie, puis Albany International France
    Texte libre :
    vente du site qui pourraient conduire à une démolition partielle ou totale des bâtiments industriels. La industriel (Q), dans le prolongement nord-ouest des bâtiments existants et la transformation en bureaux (R Schwarz en mai 2018 en raison de la cessation d'activité de l'usine en octobre 2017 et des projets de créée rue des Juifs à Sélestat par les frères Hatterer. Ils fondent pour cela la société Martel Catala succède aux côtés de son frère. En 1877, la société Martel Catala & Cie fait l’acquisition des terrains de personnes et dispose d’une force motrice de 176 chevaux produite par des machines à vapeur. Au cours des l’entreprise de travaux publics Killy Frères de Sélestat. En 1922, une extension vient faire la jonction entre suivante, un hangar industriel (disparu) est agrandi en limite occidentale de l’usine. En 1924, un nouvel hangar industriel (disparu) qui ferme le site au sud-ouest voit sa surface augmenter. C’est également au cours des années 1920, vraisemblablement après le décès d’Ignace Irénée Lang en 1922, qu’on procède à
    Illustration :
    Vue intérieure, d'ouest en est, du magasin industriel (J). IVR42_20186700322NUC4A
  • Usine de matériel d'équipement industriel, ancienne tonnellerie Fruhinsholz
    Usine de matériel d'équipement industriel, ancienne tonnellerie Fruhinsholz Schiltigheim - quartier des Rives de l'Aar - 1 avenue Pierre-Mendès-France - en ville - Cadastre : 1990:10:00
    Historique :
    . L'entreprise acquiert une renommée mondiale. L'activité cesse toutefois au lendemain de la seconde Guerre accolés des bureaux sur la façade sud (en 1961, selon un renseignement oral). En 2000, le site emploie une soixantaine de personnes. Un embranchement ferroviaire privé a relié dès 1872 l'usine à la gare de
    Précision dénomination :
    site industriel
    Dénominations :
    usine de matériel d'équipement industriel
    Description :
    soubassement en pierre de taille. Toit à longs pans brisés. Les murs sont rythmés par des pilastres en brique
    Localisation :
    Schiltigheim - quartier des Rives de l'Aar - 1 avenue Pierre-Mendès-France - en ville - Cadastre
    Titre courant :
    Usine de matériel d'équipement industriel, ancienne tonnellerie Fruhinsholz
    Destinations :
    usine de matériel d'équipement industriel
  • Couvent de dominicaines, couvent de l’Engelporthen, puis tissage, filature et usine d’impression sur étoffes Ziegler, Greuter et Compagnie, puis Witz-Witz, puis Frey & Witz, puis Frey-Witz & Compagnie, puis filature et tissage Henry Frey-Witz, puis Henry Frey-Witz & Compagnie, puis Henry Frey-Witz, puis Frey, Witz & Compagnie, puis F. et Th. Frey, puis logements d’ouvriers, actuellement immeubles à logements
    Couvent de dominicaines, couvent de l’Engelporthen, puis tissage, filature et usine d’impression sur étoffes Ziegler, Greuter et Compagnie, puis Witz-Witz, puis Frey & Witz, puis Frey-Witz & Compagnie, puis filature et tissage Henry Frey-Witz, puis Henry Frey-Witz & Compagnie, puis Henry Frey-Witz, puis Frey, Witz & Compagnie, puis F. et Th. Frey, puis logements d’ouvriers, actuellement immeubles à logements Guebwiller - 1, 1A, 3, 5, 7, 9, 11, 13, 15, 17 rue de la Gare 2, 4, 6, 8, 10 rue du 4ème Régiment-de-Spahis-Marocains 25 avenue du Maréchal-Foch 25, 27, 29, 31, 33, 35, 37 impasse de la Porte-de-l'Ange 2, 4, 6 avenue des Chasseurs-Alpins - en ville - Cadastre : 2018 11 18, 20, 21, 25, 102 à 104, 107, 108, 114, 115, 131, 137, 182, 194 à 198, 200, 204, 208, 210, 212, 213, 265, 266, 280, 292 à 296, 307, 308, 338, 339
    Parties constituantes non étudiées :
    salle des machines entrepôt industriel
    Localisation :
    -l'Ange 2, 4, 6 avenue des Chasseurs-Alpins - en ville - Cadastre : 2018 11 18, 20, 21, 25, 102 à 104, 107
    Titre courant :
    sur étoffes Ziegler, Greuter et Compagnie, puis Witz-Witz, puis Frey & Witz, puis Frey-Witz & Compagnie, puis filature et tissage Henry Frey-Witz, puis Henry Frey-Witz & Compagnie, puis Henry Frey-Witz , puis Frey, Witz & Compagnie, puis F. et Th. Frey, puis logements d’ouvriers, actuellement immeubles à
    Appellations :
    Ziegler, Greuter et Compagnie Frey-Witz & Compagnie Henry Frey-Witz & Compagnie Frey, Witz & Compagnie
    Texte libre :
    mouvement par les eaux dérivées de la Lauch au moyen du canal des moulins. L’entreprise se porte tout Compagnie. En 1835, l’établissement du couvent des dominicaines adopte une nouvelle raison sociale : Frey Jérôme Raimbault et Frank Schwarz, visant à interroger la transformation du paysage des vallées du site de l'ancien couvent et sa description, donne ainsi lieu à une organisation spécifique des site réalisée par Abdessalem Rachedi. Pour l'identification des bâtiments, se reporter ainsi au plan de site protoindustriel La firme Ziegler, Greuter et Compagnie acquiert deux établissements protoindustriels situés immédiatement en amont et en aval de l’enclos conventuel des dominicaines, saisi comme bien d’emphytéote. En 1820, les Ets Ziegler, Greuter et Compagnie font l’acquisition d’un second moulin à blé textile Ziegler, Greuter et Compagnie est établie au sein de l’enceinte fortifiée de Guebwiller, à l’emplacement du couvent des dominicaines dont elle réinvestit dans un premier temps certains des bâtiments pour
    Illustration :
    Détail d'un tableau du 18e s. : Apparition miraculeuse de la Vierge et la fuite des Armagnacs Plan de la ville basse en 1758, avec le couvent des dominicaines en haut à gauche Plan de la ville basse de Guebwiller en 1793-1794, avec le couvent des dominicaines en bas à gauche Détail de l'en-tête de l'entreprise F. & Th. Frey figurant l'usine vers 1910 Plan de masse de l'usine et plans au sol des trois niveaux de l'ancien atelier de fabrication (D Vue partielle de l'usine depuis l'avenue des Chasseurs-Alpins, au sud. Filature (F) édifiée en 1823 Vue d’ensemble de la salle des machines (G) accolée à la filature (F) érigée en 1823, depuis le sud Vue d’ensemble de l’entrepôt industriel (M) établi à l’est de l’emprise usinière, depuis l’ouest Vue d’ensemble de l’entrepôt industriel (M) établi à l’est de l’emprise usinière le long de
  • Usine de construction navale de la Société des Chantiers et Ateliers du Rhin, puis CMS, puis pépinière d'entreprise
    Usine de construction navale de la Société des Chantiers et Ateliers du Rhin, puis CMS, puis pépinière d'entreprise Strasbourg - Port du Rhin - 101 route du Rhin-Napoléon - en écart - Cadastre : 1983 156/1
    Historique :
    à la fin des années 1990. Cet ensemble industriel renfermait des machines et disposait d'une voie la navigation intérieure. Elle constituait le département Constructions Fluviales des Forges de avec ses aires de stockage des matières premières, ses grands ateliers de fabrication et de réparation , sa menuiserie, ses magasins industriels, ses bassins de radoub, ses bureaux administratifs, bureaux des chantiers était en cours en 1992 et les intérieurs n'avaient pas pu été visités. Le site est aujourd'hui réoccupé, (après démolition sélective) en pépinière d'entreprises.£Les Chantiers employaient 290
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale patrimoine industriel
    Parties constituantes non étudiées :
    salle des machines magasin industriel aire des matières premières
    Description :
    . L'atelier de menuiserie et serrurerie, avec magasin industriel accolé, sont en pan de fer et brique avec de l'atelier de débitage et des charpentes. Ces bâtiments sont en pan de fer et brique avec charpente métallique et toitures à 2 pans de tôle. L'atelier des charpentes ouvre sur l'aire de stockage des matières 1 étage carré et une toiture à 2 pans de tuiles, abrite les vestiaires. Le magasin industriel , l'atelier d'entretien et la salle des machines (avec compresseur et transformateur) occupent le long
    Titre courant :
    Usine de construction navale de la Société des Chantiers et Ateliers du Rhin, puis CMS, puis pépinière d'entreprise
    Appellations :
    Société des Chantiers et Ateliers du Rhin, puis CMS
    Destinations :
    pépinière d'entreprise
  • Chocolaterie de la Compagnie Française des Chocolats et des Thés, puis L. Schaal et Cie, puis édifice commercial
    Chocolaterie de la Compagnie Française des Chocolats et des Thés, puis L. Schaal et Cie, puis édifice commercial Strasbourg - Centre - 17 rue des Moulins - en ville - Cadastre : 1981 5 50, 56
    Historique :
    La chocolaterie de la Compagnie Française des Chocolats et des Thés fut fondée en 1871 et agrandie l'immeuble qui abritait des bureaux et des magasins industriels. Ce dernier a été profondément remanié lors hydroélectrique (totalement déséquipé à la fin des années 1990, lors de sa reconversion en salon-sauna) et
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale patrimoine industriel
    Description :
    édifice privé commercial. Les anciens bureaux avec magasins industriels sont également en pierre et
    Localisation :
    Strasbourg - Centre - 17 rue des Moulins - en ville - Cadastre : 1981 5 50, 56
    Titre courant :
    Chocolaterie de la Compagnie Française des Chocolats et des Thés, puis L. Schaal et Cie, puis
    Appellations :
    Compagnie Française des Chocolats et des Thés, puis L. Schall et Cie
  • Maison d’industriel dite Villa Lang
    Maison d’industriel dite Villa Lang Sélestat - 2 rue du Général-Patch - en ville - Cadastre : 2018 01 18
    Historique :
    logements de domestiques à l’arrière (disparues) par les dirigeants de l’entreprise Martel Catala & Cie qui réaménagée pour y installer des bureaux au rez-de-chaussée et des logements pour employés dans les étages . Elle conserve ces fonctions de longues années. Après le rachat de l’usine par la firme Albany, des travaux de rénovation des logements sont engagés mais ne sont pas menés à leur terme. Au moment de
    Précision dénomination :
    d'industriel
    Description :
    l'occupant et le séparant de la vue, des odeurs et des bruits de l'usine. Elle dispose en outre d’une entrée
    Titre courant :
    Maison d’industriel dite Villa Lang
    Texte libre :
    Catala & Cie dont dépend la villa et des projets de vente du site. La campagne de prises de vues est
    Illustration :
    Vue de détail de l'une des portes décorées du salon de la villa. IVR42_20186700305NUC4A
  • Usine d'impression sur étoffe et filature de coton Dollfus Mieg et Compagnie
    Usine d'impression sur étoffe et filature de coton Dollfus Mieg et Compagnie Mulhouse - 13 rue de Pfastatt - en ville - Cadastre : 1905 17 1
    Historique :
    aux ateliers. La construction du magasin industriel et des 2 ateliers commencée en 1914 n'a été au cours de ces années : deux magasins industriels (1923, 1931), des bureaux commerciaux (1924), une hydraulique (disparu), complété en 1812 par une filature avec chaufferie et salle des machines à vapeur (1813 suivantes : chaufferies avec cheminée (1842, 1894), magasins industriels de coton (1852, 1879), ateliers de magasin des drogues, 4 petits corps de garde (1895), des écuries avec remises (1896). La seconde période de développement du site s'appuie sur l'électrification des équipements (avec construction d'une ), retorderie (1910), conciergerie (1913), magasin de coton (1914) et entrepôt industriel (1920). La nouvelle achevée qu'en 1920. La troisième période correspond à un renouvellement des installations, à l'adoption de processus de fabrication plus intégrés et à une organisation des services plus rationnelle. Sont construits sur la fabrication de fils à coudre et à broder. Ce repli s'est traduit par la cession des terrains et
    Cadre de l'étude :
    patrimoine industriel opération ponctuelle
    Parties constituantes non étudiées :
    salle des machines magasin industriel entrepôt industriel
    Description :
    recouvertes de tuile. Les bâtiments présentent 1 à 4 étages carrés (chaufferies avec sous-sol). Celles des
    Titre courant :
    Usine d'impression sur étoffe et filature de coton Dollfus Mieg et Compagnie
    Appellations :
    Dollfus Mieg et Compagnie
    Illustration :
    Vue ancienne de l'avenue de platanes, vers la ville, avec bâtiment industriel (Superba Vue ancienne des établissements Dollfus-Mieg. IVR42_19776800450P Vue ancienne des établissements Dollfus-Mieg. IVR42_19776800451P Ancien atelier des apprêts (bât. 59). IVR42_20046800597V chaufferie de 1842 (bât. 25) devenue Centre médical. À droite, magasin industriel (bât. 23) prolongeant au Vue d'ensemble des anciennes écuries (bât. 120). IVR42_20046800615V Mur pignon sud-ouest des anciennes écuries (bât. 120). IVR42_20046800616V Vue intérieure des écuries désaffectées (bât. 120). IVR42_20046800617V Vue intérieure des écuries désaffectées (bât. 120). IVR42_20046800618V Chaufferie implantée à l'angle des ateliers apprêts et blanchiment (bât. 72). IVR42_20046800627V
  • Moulin Gilg, puis filature de coton Jean-Jacques Bourcart et Fils dite usines du Moulin et de l’Ermitage, puis filature de coton Bourcart Fils et Compagnie, puis Filatures et Tissages Bourcart, puis usine de construction mécanique Nicolas Schlumberger et Compagnie, actuellement NSC Groupe
    Moulin Gilg, puis filature de coton Jean-Jacques Bourcart et Fils dite usines du Moulin et de l’Ermitage, puis filature de coton Bourcart Fils et Compagnie, puis Filatures et Tissages Bourcart, puis usine de construction mécanique Nicolas Schlumberger et Compagnie, actuellement NSC Groupe Guebwiller - 240 rue de la République - en ville - Cadastre : 2018 06 130, 131, 257, 258 Commune de Buhl 2018 29 213, 218 Commune de Guebwiller 2018 15 65,66 Commune de Guebwiller
    Historique :
    il est associé au sein de la société Nicolas Schlumberger et Compagnie et fonde, avec ses fils Henri sous le nom d’usine du Moulin, elle fait l’objet d’une première extension au début des années 1860. En mondiale, est menée en 1919-1920 par l’entreprise Preiswerk et Cie de Bâle en Suisse. En 1928, la filature construction d’un nouveau bâtiment. En 1971, les usines du Moulin et de l’Ermitage sont cédées à l’entreprise
    Parties constituantes non étudiées :
    magasin industriel hangar industriel
    Référence documentaire :
    Informations FTB. 1853 - 1953 Jean-Jacques Bourcart. Fondateur des FTB. Guebwiller, 1953.
    Description :
    . Il est flanqué, au nord-est, d’un entrepôt industriel de plan rectangulaire formant un vaste vaisseau . La chaufferie est insérée dans un magasin industriel en maçonnerie enduite et bardage métallique partie supérieure. A l’est de l’usine se dresse un hangar industriel en charpente de bois essentée de
    Titre courant :
    l’Ermitage, puis filature de coton Bourcart Fils et Compagnie, puis Filatures et Tissages Bourcart, puis usine de construction mécanique Nicolas Schlumberger et Compagnie, actuellement NSC Groupe
    Appellations :
    Bourcart Fils et Compagnie Nicolas Schlumberger et Compagnie
    Texte libre :
    (H). A l’est de cet ensemble se dresse un hangar industriel (I). Pour l'identification des bâtiments Jérôme Raimbault et Frank Schwarz, visant à interroger la transformation du paysage des vallées de l'usine et sa description, donne ainsi lieu à une organisation spécifique des informations professionnelles est assurée par Christophe Hamm, complétée des vues prises au cours de l'enquête par Jérôme toute habitation, hors les murs de la ville de Guebwiller, à la limite des bans communaux de Guebwiller établi sur des prés de fauche et à l’est d’un vaste champ cultivé sur lequel est implantée la filature associé à son beau-frère Nicolas Schlumberger au sein de la société Nicolas Schlumberger et Compagnie depuis le décès de son père Jean-Henri en 1820. L’entreprise, florissante, se spécialise dans la filature mécanique et la production de machines textiles au sein de locaux qui ne cessent de s’étendre. Dès 1846, des société Nicolas Schlumberger et Compagnie suite à sa dissolution. Celui-ci donne lieu à plusieurs années
    Illustration :
    Vue intérieure du magasin industriel (F) avec au fond la chaufferie et les vestiges des anciennes Plan de situation de la filature des Ets Jean-Jacques Bourcart & Fils, en 1852 Plan de situation de la filature des Ets Jean-Jacques Bourcart & Fils, en 1857 Plan de situation de la filature des Ets Jean-Jacques Bourcart & Fils, en 1857 Plan de situation de la filature des Ets Jean-Jacques Bourcart & Fils, en 1865 Plan de la filature des Ets Jean-Jacques Bourcart & Fils, en 1913. IVR42_20196800627NUC2A Plan de la filature des Ets Jean-Jacques Bourcart & Fils, en 1924 IVR42_20196800628NUC2A Plan de la filature des Ets Jean-Jacques Bourcart & Fils, en 1930. IVR42_20196800630NUC2A Plan de la filature des Ets Jean-Jacques Bourcart & Fils, en 1942. IVR42_20196800631NUC2A Vue de la filature des Ets Jean-Jacques Bourcart & Fils, en 1853. IVR42_20196800623NUC2A
  • Tissage Klein Frères, puis usine de pâtes alimentaires Valfleuri, puis usine de matériel d’équipement industriel CEMEL, aujourd’hui immeuble à logements, atelier de fabrication et magasin industriel
    Tissage Klein Frères, puis usine de pâtes alimentaires Valfleuri, puis usine de matériel d’équipement industriel CEMEL, aujourd’hui immeuble à logements, atelier de fabrication et magasin industriel Lautenbachzell - Herrenmatt - 23 rue de la Lauch - en village - Cadastre : 2018 9 226, 227
    Historique :
    Le tissage Klein Frères est fondé en 1859. En 1912, Jules Klein entreprend des travaux de conception des locaux et la réalisation des travaux sont confiées au cabinet d'architectes et d'entrepreneurs 1966. Les bâtiments sont réinvestis en 1969 par la société Valfleuri qui produit des pâtes
    Dénominations :
    usine de matériel d'équipement industriel
    Titre courant :
    d’équipement industriel CEMEL, aujourd’hui immeuble à logements, atelier de fabrication et magasin industriel
    Destinations :
    magasin industriel
    Texte libre :
    Jérôme Raimbault et Frank Schwarz, visant à interroger la transformation du paysage des vallées de l'usine et sa description, donne ainsi lieu à une organisation spécifique des informations professionnelles est assurée par Christophe Hamm complétée des vues de terrain de Frank Schwarz. HISTORIQUE l’annexion allemande de 1871, Émile et Eugène Klein succèdent à leur père à la tête de l’entreprise. De 1877 Klein en 1912, son fils Jules entreprend des travaux de rénovation et porte la capacité de Klein engage sa reconstruction en 1919 sous la forme d'ateliers à sheds. La conception des locaux et la réalisation des travaux sont confiées au cabinet d'architectes et d'entrepreneurs Preiswerk & Cie à Bâle en -2007). Entre 1959 et 1964, le parc des machines est modernisé avec l’installation de quelques 200 métiers à tisser qui produisent des écrus destinés à la lingerie féminine, aux chemises de travail, aux l’usine à son fils, Maurice. La perte des débouchés en Algérie et dans les anciennes colonies d’outre-mer
    Illustration :
    Vue de l’usine depuis le nord avec à gauche les bureaux réalisés au début des années 1950
  • Usine d’apprêt des étoffes Dollfus, Mieg et Cie, puis usine d'armes, puis usine de matériel de bureau JAPY, puis usine de cycles Peugeot scooters
    Usine d’apprêt des étoffes Dollfus, Mieg et Cie, puis usine d'armes, puis usine de matériel de bureau JAPY, puis usine de cycles Peugeot scooters Dannemarie - 43 rue de Bâle 45 rue de Bâle - en village - Cadastre : 1967 04
    Historique :
    1940 à 1944, y sont fabriqué des armes et notamment des ogives d'obus. L'ensemble est racheté par la Peugeot. Complément de l'enquête menée en 2015 : En 1924, l’entreprise de textile Dollfus, Mieg et Cie de la seconde guerre mondiale. A partir des années 1950, les locaux sont réinvestis par la société JAPY qui produit des machines à écrire. Vers 1971, la Société Mécanique du Haut-Rhin (SMHR), filiale du et le montage des petits moteurs, d’un immeuble de bureaux et d’une fonderie d’aluminium. Cet
    Parties constituantes non étudiées :
    magasin industriel
    Dénominations :
    usine d'apprêt des étoffes
    Titre courant :
    Usine d’apprêt des étoffes Dollfus, Mieg et Cie, puis usine d'armes, puis usine de matériel de
    Texte libre :
    Schwarz en décembre 2015 en raison des projets de réaffectation à usage d'habitation de la partie -dessous apporte des compléments d’information relatifs à l’historique et à la description de l'usine. Le , l’entreprise de textile Dollfus, Mieg et Cie de Mulhouse (Haut-Rhin) décide de créer un atelier de finissage à notamment d’ogives d’obus durant la seconde guerre mondiale. A partir des années 1950, les locaux sont réinvestis par la société JAPY qui produit des machines à écrire. Vers 1971, la Société Mécanique du Haut accueille l’usinage et le montage des petits moteurs, d’un immeuble de bureaux et d’une fonderie d’aluminium bâtiments plus récents dénommés « grand site » au sud-est, bordés au sud par un magasin industriel. L’usine rangées de neuf poteaux octogonaux) et, à l’étage, par des poteaux circulaires en fonte avec sous-poutres rampe en fer forgé. Les encadrements rectangulaires des baies et le bandeau de niveau sont en pierre travées accolées en rez-de-chaussée sous des toits à longs pans couverts de tôles ondulées en ciment
    Illustration :
    Vue aérienne du site, au courant des années 1990. IVR42_20156800019NUC4A Vue d'ensemble des ateliers. IVR42_20016807325ZE
  • Tissage de coton Bourcart Fils et Cie, puis Filatures et Tissages Bourcart, puis usine de construction mécanique Nicolas Schlumberger et Compagnie, actuellement garage de réparation automobile, magasins de commerce et bureaux
    Tissage de coton Bourcart Fils et Cie, puis Filatures et Tissages Bourcart, puis usine de construction mécanique Nicolas Schlumberger et Compagnie, actuellement garage de réparation automobile, magasins de commerce et bureaux Guebwiller - 153-155 rue Théodore-Deck - en ville - Cadastre : 2018 27 267, 296, 300, 309 à 311, 314, 315, 317, 318, 320 à 326, 341, 346 à 353
    Historique :
    des années 1970 et le site est acquis par l’entreprise « Nicolas Schlumberger et Cie ». Celle-ci s’établissent des sociétés industrielles et de services. traite les filés produits par les deux filatures de coton que l’entreprise exploite à proximité (étudiées Sautier (1870-1944). En 1924, ce dernier livre les plans d’un magasin industriel en béton armé, puis en occupe les locaux jusque dans les années 1990. Au début des années 2000, l’usine est partagée en lots où
    Parties constituantes non étudiées :
    salle des machines magasin industriel hangar industriel
    Référence documentaire :
    Informations FTB. 1853 - 1953 Jean-Jacques Bourcart. Fondateur des FTB. Guebwiller, 1953.
    Description :
    logement du concierge (D) prolongé au sud-ouest par un magasin industriel (E), d’un hangar (F), d’un transformateur électrique (G) et de la chaufferie édifiée dans les années 1970 (H). Pour l'identification des magasin industriel (E), de plan rectangulaire, présente une ossature porteuse faite de poteaux et de carré sous un toit en terrasse. Au sud-ouest du magasin industriel, se dressent un hangar en pan-de
    Titre courant :
    construction mécanique Nicolas Schlumberger et Compagnie, actuellement garage de réparation automobile
    Appellations :
    Nicolas Schlumberger et Compagnie
    Texte libre :
    ensemble industriel. L’usine est alors partagée en lots où s’établissent des sociétés industrielles et de Jérôme Raimbault et Frank Schwarz, visant à interroger la transformation du paysage des vallées de l'usine et sa description, donne ainsi lieu à une organisation spécifique des informations professionnelles est assurée par Christophe Hamm, complétée des vues prises au cours de l'enquête par Jérôme tissage Bourcart est établi au nord-ouest de la ville de Guebwiller, au-delà des anciens remparts. Cet établissement est édifié sur des terrains constitués de prés de fauche et de vergers au sud d’un faubourg industriel qui s’articule autour du château d’Angreth dont la fonction était de veiller, à distance, sur la Société des cités ouvrières de Guebwiller. Au-delà se déploie la vaste enceinte manufacturière des Ets « Nicolas Schlumberger et Compagnie » (étudiée, IA68009504). En amont, à l’ouest du chemin vicinal reliant usine traite les filés produits par les deux filatures de coton que l’entreprise exploite à Guebwiller
    Illustration :
    Vue aérienne de l’ensemble du site industriel, depuis l'est. IVR42_20186800721NUCA Vue aérienne de l’ensemble du site industriel, depuis le nord. IVR42_20186800722NUCA logement du concierge (D) et le magasin industriel (E) dans son prolongement. IVR42_20186802248NUC2A Vue de détail d’une des travées de l’élévation méridionale de l’atelier de tissage (A ) prolongé par le magasin industriel (E) et, à droite, l’atelier de tissage (A). IVR42_20186802261NUC2A Vue d'ensemble, depuis le sud-ouest, du magasin industriel (E). IVR42_20186802249NUC2A Vue d’ensemble, depuis le nord-est, du magasin industriel (E). IVR42_20186802263NUC2A Vue de détail du panneau qui orne la cage hors-oeuvre du monte-charge du magasin industriel (E
  • Moulin à farine et moulin à foulon dit Bleichenmühle, puis filature et usine de construction mécanique Nicolas Schlumberger et Compagnie, puis usine de construction mécanique Nouvelle Société de Construction ci-devant Nicolas Schlumberger et Cie, puis Nicolas Schlumberger et Cie et filature Union Textile, puis Filatures du Florival, puis Filés du Florival, actuellement fonderie et usine de construction mécanique NSC Groupe
    Moulin à farine et moulin à foulon dit Bleichenmühle, puis filature et usine de construction mécanique Nicolas Schlumberger et Compagnie, puis usine de construction mécanique Nouvelle Société de Construction ci-devant Nicolas Schlumberger et Cie, puis Nicolas Schlumberger et Cie et filature Union Textile, puis Filatures du Florival, puis Filés du Florival, actuellement fonderie et usine de construction mécanique NSC Groupe Guebwiller - 166, 170, 197 rue de la République 5, 5A rue Jean-Baptiste-Weckerlin 3 rue du 17-Novembre - en ville - Cadastre : 2018 15 80, 82, 139, 141, 142, 145, 146, 148, 152, 162, 168, 171 à 174, 191, 200, 201, 208 à 221, 237, 238 2018 28 50
    Historique :
    Schlumberger et Compagnie est intégralement modernisée. On édifie un atelier à sheds qui nécessite la démolition de l’ancien moulin. Une villa environnée d’un parc (étudiée, IA68009524) et des bureaux centraux magasin à fer (J) pour la forge. En 1891, l’entreprise se dote d’un nouveau bâtiment à étages, en brique magasin des modèles (F) et une nouvelle fonderie (G). En 1902, un atelier d’emballage voit le jour (disparu) suivi d’une extension des ateliers vers le nord (I) et, en 1907, d’un nouvel atelier d’ébauchage ) d’après les plans des architectes Virgile et Adolphe Sautier. La Première Guerre mondiale affecte entrepôt pour la menuiserie (N) est construit sur les plans de l’entreprise A. Sautier au nord-ouest de dotée d’une chaufferie moderne, implantée à l’est des ateliers de mécanique. Les derniers travaux d’importance sur le site consistent à établir, en 1988, une extension (M) au magasin industriel (L) implanté au , par une nouvelle compagnie dénommée Union Textile qui reconstruit les bâtiments productifs totalement
    Parties constituantes non étudiées :
    magasin industriel entrepôt industriel bâtiment administratif d'entreprise
    Référence documentaire :
    ENGELBACH, F. Historique de la société N. Schlumberger & Cie des origines à nos jours. 1983. FREY, Michel. Les raisons du succès d'une entreprise de construction de machines textiles alsacienne. Bulletin de la Société Industrielle de Mulhouse, 1990, 816, p. 59-63.
    Description :
    soit des bâtiments à sheds en rez-de-chaussée (B, E, H) et couverts de tuiles mécaniques ou de zinc , soit des constructions (C, D, F) à un ou deux étages carrés (C, D, F), édifiées en moellons de grès industriel (L), implanté au nord-ouest de l’emprise usinière, comporte deux vaisseaux accolés coiffés de industriel, se dresse un entrepôt industriel (N) de plan rectangulaire, construit en béton armé et coiffé
    Titre courant :
    mécanique Nicolas Schlumberger et Compagnie, puis usine de construction mécanique Nouvelle Société de
    États conservations :
    établissement industriel désaffecté
    Appellations :
    Nicolas Schlumberger et Compagnie
    Texte libre :
    ). L’entreprise Nicolas Schlumberger et Cie fait l’acquisition, en 1971, des anciens locaux des Filatures Bourcart nord-ouest de l’emprise usinière se déploient des magasins et un entrepôt industriels (L, M et N) et au Jérôme Raimbault et Frank Schwarz, visant à interroger la transformation du paysage des vallées de l'usine et sa description, donne ainsi lieu à une organisation spécifique des informations professionnelles est assurée par Christophe Hamm, complétée des vues prises au cours de l'enquête par Jérôme champs et d'un hectare et 60 centiares de prés. Des saules, des osiers et des noyers en dépérissement rive gauche de la Lauch en empruntant le pont dit Bruderbruck. Dès 1821, ces voies de circulation sont sous la raison sociale Nicolas Schlumberger et Compagnie. Originaire de Richterswil près de Zurich en 1788 à 1801. Le remontage des machines est confié à un brillant mécanicien, Antoine Herzog, qui dirige des équipements. A cette époque, les machines textiles sont exclusivement produites en Angleterre qui
    Illustration :
    L'usine Nicolas Schlumberger et Compagnie vers 1875. IVR42_20186802220NUC2A Affiche publicitaire figurant l'usine Nicolas Schlumberger et Compagnie et les autres sites exploités par l'entreprise en 1908. IVR42_20186802221NUC2A Dessin d'implantation en volume des bâtiments de l'usine de construction mécanique vers 1950 Vue partielle de la partie ouest de l'usine, avec l'entrepôt industriel (N) à gauche et le magasin industriel (L) à droite, flanqué de son extension (M). IVR42_20186802533NUC2A Vue partielle de la partie ouest de l'usine, avec l'entrepôt industriel (N) à gauche et le magasin industriel (L) à droite. IVR42_20186802531NUC2A l'arrière du magasin des modèles (F). IVR42_20186802483NUC2A Vue d'ensemble du magasin des modèles (F), depuis le bâtiment dit du Louvre au sud-ouest
1 2 3 4 9 Suivant